Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 11-07-2019]

Stations météo

Les stations météo connectées révolutionnent l’itinéraire cultural

photo article
( Crédit photo : Sencrop ) Les stations météorologiques connectées permettent d’avoir des informations locales pour piloter plus précisément les apports d’eau, les traitements, etc.

Les stations météorologiques connectées affinent les prévisions météorologiques et les interventions culturales qui en dépendent.

Le marché regorge de plus en plus de stations météorologiques connectées. Souvent mobiles, ces stations donnent des informations pertinentes pour les cultures à une échelle fine. En effet, nombre d’exploitations disposent de
parcellaires éclatés. Aussi, il peut être intéressant de connaître les conditions météorologiques locales lorsqu’on a l’intention d’aller travailler sur une parcelle située à 25 kilomètres de
l’exploitation.

A-t-il plu dans une parcelle dont je dois travailler le sol ? Et si oui, en quelles quantités ? Est-ce que les conditions d’hygrométrie et de vent sont réunies pour aller traiter une autre parcelle ? Si les nombreuses plateformes web de prévisions météos donnent des informations sur un secteur, elles s’arrêtent bien souvent à une échelle, au mieux de l’ordre du kilomètre, le plus souvent de la dizaine de kilomètres. S’équiper de petites stations météos permet d’affiner les connaissances climatiques à l’échelle d’une parcelle ou d’un groupe de parcelles, et de tenir compte des variabilités locales, dues au relief, à la proximité d’un cours d’eau, etc. Lorsqu’elles sont connectées, les données arrivent directement sur l’ordinateur ou le smartphone de l’agriculteur ou du viticulteur qui ajuste son programme de travail sans avoir à se déplacer.

Un panel de capteurs plus ou moins étoffés
Selon les modèles choisis, ces stations météos proposent différentes mesures. Les plus basiques concernent la pluviométrie, la température, l’hygrométrie, la pression atmosphérique, ou encore la vitesse et la direction du vent. D’autres mesurent des informations plus spécifiques, comme l’humectation foliaire, la durée d’ensoleillement, ou encore le rayonnement solaire. Plusieurs fabricants de stations météos connectées proposent la possibilité de partager les données avec les voisins. Un groupe d’agriculteurs ou de viticulteurs peut ainsi mettre en place un maillage de stations qui offrira des informations à une échelle fine et à moindre coût. Il faut en effet compter quelques centaines à quelques milliers d’euros pour une station.
En combinant les informations collectées par les stations connectées et les prévisions par les modèles de Météo France ou d’autres acteurs majeurs, certains fabricants ont développé des prévisions météorologiques personnalisées sur leur plateforme web. Le chef d’exploitation peut par exemple utiliser ces prévisions pour aller traiter pendant les fenêtres météos optimales, ceci selon la nature du produit à pulvériser.

Des outils d’aide à la décision
Mais bien souvent, les fournisseurs de stations connectées proposent des outils d’aide à la décision (OAD), afin de piloter principalement trois interventions : les traitements phytosanitaires, la lutte contre le gel et l’irrigation.
Les connaissances sur les conditions de développement de certaines maladies fongiques permettent, à partir des données collectées, de prédire leur apparition dans les cultures. Le chef d’exploitation reçoit alors des alertes sur son téléphone portable, afin qu’il aille traiter en préventif ou en curatif, selon les conditions météorologiques passées et à venir. Parmi les maladies bien « maîtrisées » par ces OAD, citons la rouille et la septoriose du blé, la cercosporiose de la betterave, le mildiou pour la pomme de terre, ou encore le mildiou, l’oïdium, le botrytis ou le black rot pour les vignes.

Pour l’irrigation, ces stations connectées doivent être combinées à des capteurs (tensiomètres ou sondes capacitives) informant de l’état hydrique du sol. Cela permet d’avoir un pilotage fin de l’irrigation en apportant la bonne dose d’eau au bon moment, évitant ainsi tout gaspillage et stress hydrique.
Enfin, les viticulteurs ne seront pas insensibles aux OAD permettant de piloter les solutions de lutte contre le gel. Des prévisions météorologiques à l’échelle de la parcelle apportent une information fine des risques de gel encourus par une vigne tout juste débourrée. En cas de risque, le viticulteur déploiera ses solutions de lutte qu’il n’enclenchera que s’il reçoit sur son téléphone une alerte confirmant le gel imminent.

Ludovic Vimond

Groupama vous informe - La prévention pour éviter les sinistres

[En ligne le 28-11-2019]

photo article

Groupe Buchez - Le Valtra Démo Tour accueilli à Luzy

[En ligne le 21-11-2019]

photo article

SV Pro - Romaric Meuriau, un nouvel expert

[En ligne le 21-11-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1556

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux