Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 15-07-2020]

Tourisme

été 2020 : Et si le dépaysement était au bout du champ ?

photo article
La boutique de Florence Massé permet aux clients de repartir avec les produits qu’ils ont apprécié durant le repas.
photo article
Florence Massé reçoit les clients du vendredi midi au dimanche midi. Elle attend avec impatience le début de la saison.

Avec le contexte de pandémie que nous vivons actuellement, les Français vont privilégier cet été la proximité pour leur séjour de vacances. Un besoin de sécurité et de local dont pourrait bien bénéficier le secteur agricole. Exemples avec le gîte de Sidonie et la ferme auberge du Mont.

Cet été les vacances seront locales ou nationales. En raison de la pandémie du Covid 19 qui sévit encore actuellement dans le monde, beaucoup de Français vont privilégier les destinations proches de chez eux. D’après le réseau national de Bienvenue à la Ferme, 90% du marché touristique sera en «staycation» : des vacances à proximité de la maison. Une clientèle cette année qui sera donc très locale, voire hyperlocale, avec de fortes attentes en terme de sécurité sanitaire et alimentaire. De ce point de vue, les exploitants agricoles engagés dans l’accueil à la ferme ont une carte à jouer. C’est le cas notamment de Florence Massé, gérante de la Ferme Auberge du Mont située à Chateauneuf-Val-de-Bargis. L’établissement est une petite exploitation d’élevage de 24ha où sont élevés dans un cadre verdoyant des porcs, des moutons et des volailles. «Cela fait 5 ans que je me suis lancée dans ce projet. Nous réalisons en général 2500 couverts par an.  Les clients viennent chercher chez moi un cadre agréable et la convivialité. C’est valorisant de pouvoir travailler des produits que l’on a soit même cultivé ou élevé» explique Florence Massé, sourire aux lèvres . À la Ferme Auberge du Mont, vous dégusterez un repas réalisé avec des produits locaux des fermes voisines ou directement produits à la ferme. L’exploitante élève pour son auberge environ 10 à 15 porcs et 50 à 60 poules pondeuses par an. «Je propose un menu unique à 25 euros comprenant l’apéritif, un plat, le fromage, le dessert, deux verres de vin et le café. S’ils ont apprécié un produit, les clients peuvent l’acheter à la boutique et repartir avec. J’ai par exemple de la demande sur de la farine, de la bière locale ou encore de l’huile» détaille-t-elle.
L’éleveuse craint en revanche que la crise du covid vienne mette un coup de frein sur l’ambiance bon enfant de l’établissement :  
«Avant la crise du covid, les clients se passaient le plat et avaient de l’interaction entre eux. Malheureusement avec les mesures barrières, je suis contrainte de faire individuellement pour chaque client et de mettre de l’espace entre les tables, c’est quand même moins chaleureux» estime Florence Massé. Cette dernière attend désormais le démarrage de la saison même si elle anticipe une chute d’activité. Si la situation devait perdurer, elle n’exclue pas de se lancer dans la vente directe.

Et pourquoi pas le Morvan ?
Situé dans la vallée de la Dragne sur les hauteurs du Morvan, le gîte Sidonie vous accueille pour des vacances reposantes. Vous  serez réceptionnés sur place par Jannie Goujon qui gère ce lieu depuis 2016. Que vous soyez de passage pour une nuit ou pour la semaine, pour pourrez séjourner en toute indépendance comme si vous étiez à la maison grâce aux nombreux équipements. «Cet endroit est idéal pour les gens qui veulent revenir aux sources  et trouver de la quiétude durant leurs séjours. Etant randonneuse, je donne des conseils d’itinéraires autour de Villapourçon. J’envisage aussi de développer un guide pour permettre aux clients de se rendre à pied sur le site de Bibracte situé à 12km, un lieu très visité l’été. Le réseau Bienvenue à la Ferme m’apporte également beaucoup de familles  qui veulent découvrir la campagne et l’environnement de la ferme. J’ai également des VRP qui souhaite trouver un endroit pour y travailler au calme le temps d’une soirée. D’ailleurs en plus du gîte, j’ai ouvert un appartement pour les gens de passage sur un court séjour. L’idéal est de venir la semaine complète afin de découvrir le secteur. Même si aujourd’hui, les clients viennent d’avantage pour deux ou trois nuits pas plus» déplore-t-elle. Avant le covid, l’établissement de Jannie Goujon était complet d’avril à mai. Fort heureusement, les réservations qu’elle avait enregistré pour le mois de juillet ont été maintenues, ce qui fait que le rez-de-chaussée du gîte est complet à partir du 18 juillet. Des nuitées sont encore disponibles pour l’appartement. «La période est favorable pour nous et il faut surfer dessus même si il faut faire attention aux effets de mode. Car certains clients souhaitent venir à la campagne et séjourner à la ferme sans avoir les nuisances ou les désagréments qui vont avec. Je constate également cette année qu’ils négocient les prix comme si le séjour à la ferme avait moins de valeur  qu’un autre service d’hébergement» explique-t-elle.

Théophile Mercier

votre publicité
photo article

Circuit court - C’est parti pour les marchés d’été à Nevers

[En ligne le 15-07-2020]

Distribution - Emmaüs envisage de multiplier les boutiques de producteurs dans son réseau

[En ligne le 15-07-2020]

photo article

Soutien - L’outil régional de promotion des produits locaux

[En ligne le 08-07-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1595_P01.jpg

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux