Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 05-04-2018]

Sport nature

Rendez-vous le 1er mai à Château-Chinon

photo article
Le comité d’organisation en pleine reconnaissance du parcours
photo article
Le comité d’organisation réuni au complet.

Le  BTSA Dévelopement, Animations des Territoires Ruraux basé à Chateau-Chinon organise pour la première fois une épreuve sportive intitulé Mor’Vent de Boue. Cette course de 7km se déroulera le 1er mai prochain. L’occasion de voir avec Amélie Delaporte,  du comité d’organisation, le liens entre sport et agriculture.

- Comment est né le projet et pourquoi avoir choisi le nom Mor’Vent de Boue ?
Amélie Delaporte: «Dans le cadre de notre formation nous devons concevoir, réaliser et promouvoir un événement. En accord avec toute la classe nous avons décidé de mettre en place une course d’obstacles car ce sont des manifestations très à la mode et le territoire de Château-Chinon s’y prête totalement (forêt, obstacles naturels…), les élus avaient aussi pour objectif de dynamiser le territoire.
Le nom Mor’Vent de Boue vient de l’expression «Vent debout» qui signifie aller de l’avant. Cela représente bien notre course d’obstacle car malgré les difficultés à franchir il faut continuer d’avancer».

- Combien de temps de préparation a t-il été nécessaire ? Comment avez-vous financé ce projet ?
AD : «Nous préparons le projet depuis le début de l’année scolaire, supervisés par nos professeurs. Nous avons décidé de réaliser le parcours dans le bois de la Chapelle du chêne, sur la commune de Château-Chinon. Le terrain est particulièrement adapté et réserve quelques obstacles naturels.
De plus, la commune nous soutient dans notre projet en mettant à notre disposition à peu près tout ce dont nous avons besoin. Le comité des fêtes nous prêtes du matériel, un artisan nous fabrique des obstacles.
Nous avons choisi un parcours de 7 km afin de rendre la course accessible à tous sans trop de difficultés. Nous avons fait plusieurs reconnaissances avant de faire un choix définitif. Il a également fallu vérifier chaque parcelle que nous traversions, l’ONF nous a aidé dans nos démarches.
Le projet est financé en faisant appel aux acteurs du territoire. Nous avons aussi réalisé quelques actions (vente de gâteaux, tombola ...) pour collecter des fonds. Le budget final est d’environ
10 000 € (frais de ravitaillement, de dossards, de chronomètre, de matériaux divers pour la construction des obstacles, Service départemental d’incendie et de secours pour une sécurité maximum et les pompiers de Château-Chinon mettent à disposition leur parcours d’entrainement, site internet, communication, tee-shirts, médailles...). De nombreux organismes et associations nous soutiennent également».
 
- Peut-on encore apporter son aide financière à votre projet ?
AD : «Il est effectivement encore possible de nous aider et ce, de plusieurs manières. Nous attendons encore des réponses de diverses structures du territoire mais le budget n’est pas totalement bouclé ! Et puis il y a les imprévus auxquels nous devons faire face et qui coûtent malheureusement cher, comme par exemple le branchement électrique pour les friteuses du repas du midi (raccordement EDF 400€).
Nous proposons la course dans un esprit d’amusement ou de compétitions pour ceux qui le veulent.
Le jour J les participants partiront par vague de 25 coureurs toutes les 15 minutes. Durant le parcours et à l’arrivée seront proposés des ravitaillements. Ils seront tous chronométrés, pour l’instant la 1ere femme, le 1erhomme, la meilleure équipe et le meilleur déguisement seront récompensés. Nous offrirons également un lot aux trois premiers de chaque catégorie. Si d’autres partenaires nous offrent des lots nous redistribuerons la totalité car notre objectif n’est pas de faire du bénéfice mais bien d’animer le territoire. Nous offrons à chaque participants un tee-shirt et une médaille».

- De manière général, quels liens faites-vous entre le sport et l’agriculture ?
AD : «Notre lycée dépend du ministère de l’Agriculture, mais les formations qu’il dispense ne sont pas toutes en lien direct avec l’agriculture. D’ailleurs, notre formation s’intitule Développement, Animation des Territoires Ruraux, si l’agriculture fait partie intégrante de la ruralité, elle ne se limite pas à l’agriculture.
L’image de l’agriculture se limite souvent trop à des clichés, représentant un manque de dynamisme, d’activités peu modernes enfermées dans des traditions. L’organisation de ce type d’événement permet de lutter contre ces clichés et de proposer des activités ouvertes sur l’extérieure».

Propos recueillis par Théophile Mercier

votre publicité
photo article

Diversification - Exigence d’authenticité et de qualité en ferme auberge

[En ligne le 23-03-2017]

Sécurité routière - L’Yonne sur le banc des mauvais élèves

[En ligne le 16-02-2017]

photo article

Agriculture et ruralité - «Comment ensemble, faire plus et mieux ?»

[En ligne le 28-04-2016]

RECHERCHE

ÉDITION N°1472

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux