Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 15-02-2018]

Duché de Bourgogne et Comté de Bourgogne

Une longue histoire de rivalités... et d’épousailles

photo article
Plus de 150 personnes ont assisté au colloque «Bourgogne-Franche-Comté : la longue histoire d’une unité». Un événement organisé par la Région et l’Université.
photo article

Le Conseil régional a organisé un colloque à Dijon, le 2 février dernier, autour de l’histoire mouvementée des duché et comté de Bourgogne. Les deux Bourgogne ont longtemps cheminé côte à côte, se défiant souvent, se trouvant réunies parfois. C’est une longue histoire qui aboutit aujourd’hui à la construction récente de la Bourgogne-Franche-Comté. Une histoire qui doit permettre de mieux se comprendre pour travailler ensemble à bâtir le futur des populations sans renier le passé.

Les antagonismes, les rivalités, les méfiances ne datent pas d’hier entre Bourgogne et Franche-Comté. L’une et l’autre, si proches et si dissemblables à la fois, se sont attirées, repoussées, puis unies plusieurs fois, au rythme des mariages entre princes, princesses et Grands des cours d’Europe.
« La longue histoire d’une unité » est aussi celle d’une longue rivalité qui se solde par une union de raison, finalement scellée en 2015.
Si l’union entre Bourgogne et Franche-Comté est de fraîche date, ces deux territoires ont entretenu depuis longtemps des rapports étroits, renforcés par quelques mariages princiers, mais souvent perturbés par deux voisins fortement antagonistes la Maison de France et les Habsbourg. L’âge d’or de la réunion sous une même bannière du Duché de Bourgogne et du Comté de Bourgogne ( la  Franche-Comté) va de 1477 à 1493. À la faveur d’un mariage bien raisonné, ces deux territoires se trouvent entre les mains de Charles le Téméraire et y resteront jusqu’à sa mort en 1493. La frontière entre le duché de Bourgogne intégré au royaume de France et la comté, province du Saint-Empire, se consolide alors. Les destins des deux provinces divergent ensuite, le duché restant dans le royaume de France, alors que la Comté passe sous le contrôle des Habsbourg. À un moment, Il s’en fallut de peu que les deux Bourgogne (duché et comté) ne glissent du côté du Saint-Empire, mais les défaites du Téméraire stoppèrent le mouvement.

Nouveau rebondissement sous le règne de Louis XIV qui annexe purement et simplement la Comté en 1678. Ce qui n’ira pas de soi pour les populations de Franche-Comté, très attachées à leur singularité et qui ont toujours défendu une certaine idée de leur liberté. Ces populations ont d’ailleurs payé un lourd tribu aux guerres et aux épisodes de peste qui se sont succédés. On estime ainsi que les deux tiers des Francs-Comtois sont morts pendant la guerre de Dix Ans. Le grand Voltaire a été sensible au destin de la Franche-Comté : «Cette province, assez pauvre en argent mais très fertile, bien peuplée, étendue en long de quarante lieues et large de vingt, avait le nom de Franche et l’était en effet. Les rois d’Espagne en étaient plutôt les protecteurs que les maîtres. Quoique ce pays fût du gouvernement de la Flandre, il n’en dépendait que peu. Toute l’administration était partagée et disputée entre le parlement et le gouverneur de la Franche-Comté. Le peuple jouissait de grands privilèges, toujours respectés par la Cour de Madrid qui ménageait une province jalouse de ses droits, et voisine de la France. Besançon même se gouvernait comme une ville impériale (...) Jamais peuple ne vécut sous une administration plus douce et ne fut si attaché à ses souverains. Son amour pour la maison d’Autriche s’est conservé pendant deux générations ; mais cet amour était, au fond, celui de la liberté.». Sous la poigne de fer de Louis XIV, la douceur de vivre en Franche-Comté en pris un sacré coup.
L’intégration de la Franche-Comté au royaume de France crée une frontière étatique entre la France et les cantons suisses. Cette frontière traverse des cantons jurassiens qui avaient pu constituer, au cours des siècles précédents, un espace commun. Les Francs-Comtois se réfugiaient souvent dans ces territoires pour échapper aux exactions dont ils étaient victimes au gré des guerres entre princes et ducs. L’étude historique montrent également que Bourguignons et Comtois sont tous des Bourguignons «canal historique», puisque la région de Franche-Comté, officiellement supprimée en 2015, correspond presque exactement à l’ancien comté de Bourgogne.

Anne-Marie Klein

votre publicité
photo article

Comment réaménager un magasin de producteurs - Comment réaménager un magasin de producteurs

[En ligne le 11-10-2018]

photo article

Innovation - La FoodTech se met au naturel

[En ligne le 26-09-2018]

photo article

Tourisme - Un petit tour en montgolfière ?

[En ligne le 13-09-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1498

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux