Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 07-08-2014]

Elle sillonne la campagne nivernaise durant tout l’été

La caravane de la culture sillonne la campagne nivernaise cet été

photo article
Bibliothèque bleu, à l’assaut !
photo article
photo article
Musique et sons improbables
photo article
Court métrage, dans le bibliobus blanc.

Le Conseil général de la Nièvre a décidé de diffuser la culture dans les bourgs les plus reculés du département durant tout l’été.
A l’aide de deux bilblibus et d’un muséobus, la Tournée d’alimentation culturelle générale sillonne la campagne et propose aux habitants une offre culturelle aussi éclectique que variée avec spectacles vivants, courts métrages, lectures, expositions...

Sur le modèle des commerçants ambulants se déplaçant de village en hameau, de hameau en cour de ferme, le camion d’alimentation générale culturelle, d’une part, et les deux bibliobus et le muséobus du Conseil général, d’autre part, sillonnent les routes de la Nièvre afin de proposer, en juillet et août, des productions artistiques et intellectuelles de qualité. Pour l’institution, «cette initiative est l’occasion de réaffirmer le rôle essentiel de l’art et de la culture dans la construction des individus et des groupes sociaux. Elle permet aussi de rencontrer les Nivernais sur leurs territoires de vie et d’entendre leurs paroles» tout en leur proposant des moments de détente propices à des vacances agréables. Enfin, le Conseil général fait le pari que ces échanges sont favorables à l’expérimentation de nouvelles formes d’actions en territoire rural, contribuant ainsi au dynamisme des «Nouvelles ruralités».

 

Spectacles vivants et courts métrages

Ce jeudi 24 juillet, à Anizy, hameau de la commune de Limanton, c’est Mme et M. Perret qui accueillent l’événement. Vers 16h30, la caravane arrive et s’installe dans leur cour de ferme. Déjà, des habitants, y compris des enfants, mais aussi des touristes, dont un couple allemand en vacances dans la région, attendent impatiemment que la caravane soit installée. En guise d’apéritif, le bibliobus blanc se transforme en salle de cinéma. Un premier groupe s’enferme dans le noir pour visionner, et apprécier, un court métrage néerlandais. 20 courts métrages sont ainsi proposés à la demande et projetés à chaque étape (6 par jour) des quatre tournées organisées dans le département. 

 

Plus loin, le muséobus offre à la vue des curieux une reproduction du tableau de Rosa Bonheur, «le labourage nivernais», pièce maîtresse du réalisme de 1848 actuellement exposée dans le grand hall du Musée d’Orsay à Paris. La mini-exposition retrace à la fois les points forts de la toile ainsi que le courant pictural dans lequel s’est inscrite l’auteure, au milieu du XIXème siècle, en venant dépeindre le travail des premiers bœufs charolais nivernais.

Du spectacle vivant

A côté, le bibliobus vert, laissé à son état habituel, propose des prêts classiques de livres aux habitants visités ainsi qu’aux touristes de passage. Chaque site de la tournée accueille de nouveau la caravane trois autres fois durant l’été. Et les enfants ne sont pas les derniers à s’adonner à de pacifiques activités de remue-méninges, entre les lignes des ouvrages mis à leur disposition. Car le bus est aussi conçu pour faire salle de lecture. Pour les petits ou grands intellectuels qui préfèrent la consultation d’albums de bande dessinée, de romans, de livres d’art ou d’œuvres numériques sur tablettes... 

 

Mais le clou de la pause culturelle, celle qui se révèle la plus fédératrice et à laquelle participent tous les visiteurs, c’est le spectacle vivant -un nouveau à chaque étape, 108 au total durant l’été sur 24 lieux de diffusion- qui, en certains points de jonction avec la caravane culturelle, vient s’y greffer. Ce jeudi, les artistes qui descendent de la camionnette, sont deux Néerlandais, installés dans la Nièvre depuis quinze ans, qui ont créé un «Musée du son» à côté de Tannay et qui, durant une demi-heure, font écouter le bruit de leurs drôles de machines faites sur-mesure. Synthétiseurs, amplificateurs, bandes magnétiques trafiquées sur des tabourets et des bidons, des parapluies et des roues de vélo, voix déstructurées, captent l’attention des 25 spectateurs assis devant eux, dans une variation contemporaine sur le bruit, que les classes de musique expérimentale des écoles de musique ne renieraient pas. 

 

Au gré des étapes, le Conseil général a demandé à des humoristes-chanteurs, une historienne d’art, à des danseurs, à une philosophe, des conteurs vendéens et à un chanteur lyrique de faire partager un moment de création avec leurs hôtes. Petits et grands, dans une communion «religieuse» jamais démentie, regardent, écoutent, touchent et apprécient ces biens immatériels, culturels, dont l’universalisme joue avec la délocalisation incongrue des sites où ils sont diffusés. A raison d’une vingtaine de spectateurs en moyenne sur 24 lieux différents, «quel bonheur de voir arriver à pied des gens du village à la rencontre d’artistes qui jouent vraiment le jeu»!

Emmanuel Coulombeix

agricarb
photo article

Saint-Vincent tournante de Bourgogne à Vézelay - La colline éternelle étincelante

[En ligne le 31-01-2019]

photo article

Orientation professionnelle - Se former autrement avec les Compagnons du Devoir

[En ligne le 10-01-2019]

photo article

Duché de Bourgogne et Comté de Bourgogne - Une longue histoire de rivalités... et d’épousailles

[En ligne le 15-02-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1519_P01.jpg

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux