Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 01-04-2020]

Boucherie

La mise en avant de l'excellence

photo article
Les membres du jury composé de Sébastien Leboeuf (professionnel sur Bourges), Éric Dulat, vice-président du syndicat professionnel des bouchers-charcutiers-traiteurs de la Nièvre, Jean François Tissier (employé chez Sébastien Leboeuf), Tom Avignon (gagnan
photo article
Lisa Le Toux est la seule féminine de cette édition.
photo article
Les frères Leboeuf réunis pour soutenir cette deuxième édition du BP

Lundi 9 mars s'est déroulé la deuxième édition du Brevet Professionnel de Boucherie au campus des métiers de Marzy en présence de Romain Leboeuf, meilleur ouvrier de France et boucher dans le XVième arrondissement de Paris. Ce dernier est venu présider le jury pour la deuxième année.

La valorisation du travail bien fait. Voici comment est défini le concours national d’apprentis bouchers en BP du Campus Métiers Marzy qui s'est déroulé le 9 mars dernier.
C'est un événement qui monte en puissance avec quatre candidats en 2019 contre 6 cette année. « L'objectif était de montrer le travail de l'artisanat dans toute son exigence. C'est aussi l'occasion pour les candidats de mettre à profit les connaissances acquises depuis le CAP. Ces derniers travaillent à partir de pièces d'agneaux qui sont une base de travail exigeante et difficile chez nous, et bien entendu sur du bœuf. Nous notons tout ce qui se fait dans une boucherie à savoir : la découpe, le désossage, le parage mais aussi la présentation. Nous allons plus loin, car nous portons une importance sur la manière de travailler au niveau de l’hygiène, la propreté et l'organisation de leur travail. Par la suite, ces futurs bouchers pourront valoriser leur participation au concours lors d'un futur entretien d'embauche. C'est une belle carte de visite, d'autant plus que nous avons la chance d'avoir pour la deuxième année consécutive, Romain Leboeuf, meilleur ouvrier de France et président du jury » explique Éric Dulat, vice-président du syndicat professionnel des bouchers-charcutiers-traiteurs de la Nièvre et membre du jury sur ce BP.

« Je suis ravi de pouvoir valoriser ma région »
Romain Leboeuf, meilleur ouvrier de France et artisan boucher dans le XVième arrondissement de Paris. Il préside pour la deuxième année consécutive le BP Boucherie. L'occasion de s’intéresser avec lui au métier de bouchers-charcutiers-traiteurs et plus précisément à la filière en général
Terres de Bourgogne : « Pourquoi avoir accepté de présider une nouvelle fois ce jury ? » 
Romain Leboeuf :
« Je suis originaire de la Nièvre et j'ai fait mes premières armes au CFA à Bourges. Je suis ravi de pouvoir valoriser ma région. Par ailleurs, je trouve qu'il y a deux professeurs à Marzy qui se bouge pour faire vivre cette section boucherie, c'est donc important de valoriser leur travail »

TDB : « On sent de nouveau un engouement de la part des jeunes pour ces métiers de bouchers charcutiers. Est-ce également votre sentiment ? » 
RL : « Oui en effet et je vais même aller plus loin. À Paris, la demande des jeunes est si importante que nous n'avons pas, assez de maître d'apprentissage. Ce déficit est dû à la période de carence que nous avons eue au sein de la profession mais que nous sommes en train de combler doucement. En attendant, il va falloir inciter soit les anciens soit les jeunes qui démarrent, à former et à transmettre ce qu'ils ont appris »

TDB : « Récemment, Interbev a obtenu que la contractualisation soit obligatoire dans les transactions commerciales dans la filière bovine en LABEL ROUGE. Qu'en pensez-vous ? 
RL : « Je siège à la section gros bovins d'Interbev, j'ai donc participé à l'élaboration du cahier des charges. Cette contractualisation va apporter une confiance entre le consommateur et les producteurs et surtout une rémunération des éleveurs engagés dans la démarche. Nous sommes dans une montée en gamme de la filière et c'est satisfaisant. En revanche, à titre personnel, je suis contre cette contractualisation. Pour la simple et bonne raison que les éleveurs avec lesquels je travaille font de la qualité depuis longtemps, et ils n'ont pas attendu la loi Égalim pour qu'on leur dise que leur viande est bonne, ils le savent. Néanmoins pour l'intérêt de la filière, il fallait ce type de cahier des charges pour que la rémunération des éleveurs soit enfin à la hauteur de leurs coûts de production

TDB : « Un conseil pour les jeunes qui veulent se lancer dans le métier ? » 
RL : « Il ne faut jamais rien lâcher et essayer de s'améliorer sans cesse. La remise en cause doit être permanente. Car penser que l'on est excellent dans son domaine et le meilleur moyen pour se faire dépasser. C'est l'une des clefs de la réussite.

Théophile Mercier

votre publicité
photo article

Café Vélo, à Nevers - Un nouveau QG pour les amateurs de vélo

[En ligne le 01-10-2020]

photo article

Magazine - Un nouveau QG pour les amateurs de vélo

[En ligne le 21-08-2020]

photo article

Patrimoine - Paul Lhuillier et son encyclopédie mécanique

[En ligne le 08-07-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1601

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux