Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 12-09-2019]

Sortie

Musée du Pays Châtillonnais : des trésors à partager

photo article
( Crédit photo : R. Krebe ) Le vase de Vix en majesté… Le plus gros récipient en bronze que l’antiquité nous ait légué à ce jour. Car le vase décoré avec raffinement aurait une origine grecque et aurait été confectionné dans le sud de l’Italie avant de se
photo article
photo article
photo article
( Crédit photo : Mathieu Rabeau - RMN Grand palais ) Lébès sur trépied en bronze, trouvé à Sainte colombe sur Seine et datant de la fin du 1er âge du fer. C’est une pièce exceptionnelle d’inspiration typiquement étrusque qui montre l’importance des échang
photo article
( Crédit photo : RMN-Mathieu Rabeau ) La torque en or, un trésor au sens propre du terme. Ce bijou évoque également un mélange de cultures illustrant le dynamisme des échanges en Europe à la fin du premier âge de fer.

Installé dans le vaste bâtiment de l’ancienne Abbaye Notre-Dame à Châtillon-sur-Seine, le Musée est surtout connu pour abriter le trésor de Vix. Mais ce sont bien d’autres trésors historiques qui se dévoilent à la vue du visiteur tout au long d’une visite à la découverte d’une histoire sans fin, qui va de l’âge du fer à l’époque moderne.

Qui n’a pas entendu parler du Vase de Vix, un trésor souvent évoqué… Mais qui a vu «en vrai» ce fameux vase de Vix ? Tous ceux qui ont eu le plaisir de découvrir le Musée du Pays Châtillonnais et ses nombreux trésors. Si ce n’est déjà fait c’est le moment de sortir des routes toutes tracées pour découvrir les collections évoquant le riche passé historique de cette région aux confins de la Bourgogne, tutoyant la Champagne proche et traversée par la Seine en sa naissance.

Si ce lieu est chargé d’histoire c’est qu’à l’âge du fer, la région était une zone d’échanges fructueux du fait de sa position géographique entre sillon rhodanien et bassin de la Seine. La pierre et la sidérurgie étaient déjà bien présentes, la forêt favorisant aussi des formes d’industrie et de commerce prospères. En témoigne le fameux trésor de Vix qui s’est révélé à l’ouverture de la tombe de la Dame de Vix. Entre 800 et 500 av. JC, les activités ne manquaient pas et les progrès de la sidérurgie naissante bouleversaient durablement l’art de la guerre, tout en profitant à l’agriculture avec l’invention du soc de charrue. La possession d’une épée, si difficilement travaillée et forgée, manifestait l’importance du guerrier et sa place dans la hiérarchie sociale.

Tout au long de la vallée de la Seine, de Sainte-Colombe à Vix en particulier, des témoignages de l’industrie et de l’art celtes sont sortis de terre et se trouvent maintenant rassemblés au Musée du Pays Châtillonnais. L’art et l’industrie ne faisaient alors qu’un, comme le révèlent ces objets d’exception d’un âge ancien que l’on aurait tort de confondre avec un âge des ténèbres.

Les Celtes dominaient le paysage et le moindre objet usuel révèle un raffinement et un sens artistique maîtrisé. Les salles du musée laissent une large place à ces évocations du passé, avec en point d’orgue la vision du vase de Vix dans toute sa splendeur, chef-d’œuvre intemporel de la créativité, de l’ingéniosité et du brassage des cultures dans l’Europe d’alors.

La colonisation romaine qui a suivi a souvent relégué dans les brumes de l’histoire antique cet âge du fer, imposant son propre raffinement et ses réalisations monumentales, non sans mêler les peuples plus anciens sous le commun vocable de barbares.

La période gallo-romaine ne durera guère, le haut Moyen Âge a ouvert un nouveau millénaire de l’an 476 à l’année 1492, marquée par la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb et l’entrée des civilisations dans l’âge moderne.

Un millénaire chasse l’autre dans notre mémoire collective, mais la juxtaposition des collections du Musée atteste toute la diversité et la richesse des apports des uns et des autres, sans exclusive. Cette vue d’ensemble permet aussi de mesurer le formidable potentiel d’un génie humain multiforme, qui n’a cessé de s’exprimer au cours d’une histoire mouvementée, où chaque société a voulu imprimer sa marque exclusive.

Pour qui sait observer, l’histoire n’est pas linéaire et tout l’art d’un musée est de raconter le passé sans hiérarchiser les époques mais, en laissant percer leur mutuel enrichissement.

Anne-Marie Klein

photo article

Boucherie - La mise en avant de l'excellence

[En ligne le 01-04-2020]

photo article

Traces écrites - Chantal Olivier, militante des écrits paysans

[En ligne le 23-03-2020]

photo article

Culture - Héroïnes : une pièce qui met à l’honneur les agricultrices d’hier et d’aujourd’hui

[En ligne le 12-03-2020]

reperes

Août/novembre 2019 : une nouvelle campagne de fouilles à Vix

Pendant trois mois, une nouvelle campagne de fouilles va concerner le tombeau de la Dame de Vix, le vaste monument funéraire qui abritait le trésor de Vix n’ayant jamais fait l’objet d’investigations plus poussées. Après des années d’attente, la sépulture de la Dame de Vix pourrait révéler de nouveaux secrets à la lumière des progrès technologiques faits depuis l’ouverture du monument dans les années soixante. Les moyens d’investigation dont les chercheurs disposent aujourd’hui sont sans commune mesure avec ceux employés il y a 66 ans. Vix et sa région attendent beaucoup de cette nouvelle campagne de fouilles qui devrait renseigner plus précisément sur l’histoire du site et la vie quotidienne de ce carrefour de civilisations important à son époque. Le site de Vix est emblématique du phénomène princier celtique. Hormis la célébrissime tombe de la Dame de Vix, il englobe un promontoire dominant la Seine, fortifié par un vaste et complexe réseau de remparts. En son sommet est implanté un habitat, siège vraisemblablement de l’aristocratie locale. Racheté par la Communauté de communes du Pays Châtillonnais, le site a été classé récemment au titre des monuments historiques. Les journées du Patrimoine vont arriver à point nommé pour réaliser une première évaluation des fouilles et évoquer un chantier par ailleurs strictement interdit au public. Des journées portes ouvertes sont ainsi prévues le samedi 21 septembre puis les mercredis 9 et 23 octobre et ensuite le 5 novembre.

RECHERCHE

ÉDITION N°1585

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux