Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 13-06-2019]

Congrès des Jeunes Agriculteurs

Une vision forte pour la jeunesse rurale

photo article
( Crédit photo : Marie-Annick Carré )
Réunis en congrès du 4 au 6 juin à Roanne, Jeunes agriculteurs a, dans son rapport d’orientation annuel, élargi ses réflexions à l’ensemble du milieu rural, proposant des solutions pour redynamiser les espaces ruraux et redonner des perspectives à la jeunesse de ces territoires.
En dépit de leur grande diversité, les territoires ruraux font face à des handicaps communs qui freinent leur attractivité et leur dynamisme : mobilité difficile, éloignement des services publics et des formations, faiblesse des réseaux de télécommunications...

Au cœur de la vitalité des territoires, les agriculteurs sont les premiers impactés par la perte d’attractivité de ces zones. Dans son rapport d’orientation 2019, Jeunes agriculteurs (JA) s’est saisi de cette problématique pour se projeter dans l’avenir au sein d’une «ruralité éternellement jeune». Présenté et discuté lors de la deuxième journée du congrès annuel de l’organisation, le 5 juin, le rapport propose un certain nombre de mesures pour faciliter la vie des jeunes dans les territoires ruraux. Ce qui passe par une couverture numérique efficace et complète, permettant l’accès à des services dématérialisés, des mesures pour favoriser l’accès à l’emploi (foyers de jeunes ruraux sous un format «coloc rurale», développement de l’innovation solidaire, horaires aménagés pour les navetteurs...), le soutien aux associations et à la création de liens, intergénérationnels mais aussi entre ruraux/agriculteurs et les néoruraux. Pour les jeunes agriculteurs, plus spécifiquement, la question de la préservation du foncier agricole doit également être prioritaire pour faciliter le renouvellement des générations en agriculture.

Créer des débouchés au sein des territoires
Si le taux de chômage des jeunes est plus faible en milieu rural qu’en ville, un grand nombre de formations restent difficile d’accès pour des raisons de mobilité, les emplois les plus qualifiés sont rares, et JA liste plusieurs leviers à actionner pour redonner des perspectives à la jeunesse sur ces territoires. Ainsi, pour faciliter l’accès à la formation, JA propose la mise en place d’une plateforme unique à tous les métiers pour inscrire toute démarche de formation continue dans un projet global et la revalorisation des filières professionnalisantes.

L’engagement citoyen des jeunes doit également être encouragé. JA développe sur ce point l’idée d’une institution qui soit représentative de la jeunesse, à l’échelle intercommunale, et qui soit apolitique et asyndicale. Elle permettrait à n’importe quel jeune résidant sur le territoire concerné de déposer un projet, via une plateforme numérique, en lien avec les élus locaux. Autre proposition importante du rapport d’orientation, l’amélioration de la transmission des entreprises, à travers des outils comme le «Projet personnalisé de formation transmission» pour le cédant à 6 ans de la date prévue de fin de carrière, qui permettrait de bénéficier d’aides, un pacte pour la transmission des entreprises, des incitations financières. L’esprit, positif, de toutes ces mesures, est bien de s’appuyer sur les atouts propres de la ruralité pour faire de ces territoires des lieux d’innovation attractifs, porteurs d’avenir.

Les JA veulent des garanties pour l’avenir
Face aux jeunes agriculteurs qui l’ont interrogé, à l’occasion de leur congrès, sur les sujets d’actualité - PAC, accords de libre-échange, loup… - le ministre de l’Agriculture a garanti que le financement des aides à l’installation serait assuré et que l’enveloppe prévue à cet effet serait rallongée si nécessaire.

«Oui, je prends l’engagement qu’aucun jeune, en 2019 et en 2020, ne puisse pas s’installer car il manque de l’argent. L’installation fait partie des priorités du gouvernement, et l’argent des DJA sera présent partout !», a promis le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume, lors de la dernière journée du congrès de Jeunes Agriculteurs (JA), le 6 juin, à Roanne (Loire). L’augmentation du nombre d’installations aidées, «une bonne nouvelle pour la France», selon Samuel Vandaele, président de JA, laissait en effet craindre un dépassement de l’enveloppe initialement prévue et donc un manque de financement pour la dotation jeunes agriculteurs (DJA). Le ministre a par ailleurs indiqué qu’il souhaitait «engager un grand plan de formation» pour «réorienter les programmes dans les lycées agricoles» et faire en sorte qu’ils soient plus proches des réalités du terrain.

Inquiétudes sur un possible accord UE/Mercosur
Si le ministre, qui a répondu aux interrogations des jeunes agriculteurs sous un format inédit de questions/réponses, a pu clairement rassurer l’assistance sur l’accompagnement à l’installation, d’autres sujets ont été soulevés, sans annonce notable de la part de Didier Guillaume. Ce dernier a notamment rappelé, dans le cadre des négociations entre l’Union européenne et les pays du Mercosur, que la France ne signerait pas d’accord qui permettrait d’importer des produits qui ne correspondent pas aux standards européens et français. «Mais l’enjeu politique, c’est de faire monter l’ensemble des standards européens, car si la France dit non et que l’ensemble des pays est pour cet accord, cela pose problème», a-t-il néanmoins reconnu, tout en demandant parallèlement à la filière bovine de se battre davantage pour conquérir des marchés internationaux. La présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, a également insisté sur ce point, exigeant «que l’article 44 de la loi Égalim (ndlr : qui interdit de proposer à la vente des produits qui ne répondent pas aux normes françaises) soit mis en application le plus rapidement possible».

Agribashing, revenus
Dans l’esprit de leur rapport d’orientation, qui défend une ruralité attractive, vivante pour la jeunesse au sein des territoires, les jeunes agriculteurs ont rappelé l’importance de maintenir l’attractivité du métier d’agriculteur, mis à mal depuis quelques années par les faibles revenus, l’agribashing ou encore les freins à l’installation. Ainsi, face à une grande distribution qui peine à mettre en pratique la loi Égalim, «les sanctions doivent tomber vite, aussi vite que les sanctions de la PAC», a souligné Samuel Vandaele. «Le compte n’y est pas», a reconnu le ministre, en dépit des 2 000 contrôles déjà réalisés sur les 6 000 prévus par la DGCCRF. «Nous continuerons à mettre la pression», a-t-il ajouté, incitant les JA à en faire de même vis-à-vis des distributeurs récalcitrants. Enfin, le sujet de l’agribashing est évidemment revenu à plusieurs reprises dans les échanges, d’autant plus ravivé par les intrusions qui ont eu lieu ces derniers temps dans les élevages et les abattoirs et qui entraînent pour les agriculteurs un sentiment «d’injustice», pour Christiane Lambert, et une «souffrance», estime Samuel Vandaele. «Quand pensez-vous faire respecter notre liberté ?», a demandé le président de JA de la Loire, Rémi Jousserand. Si le ministre a condamné ces attaques, de même que l’agribashing en général, il attend que la justice fasse son travail le plus rapidement possible. Loup : «les choses avancent», estime Didier Guillaume Également interpellé par les JA sur le sujet de la prédation, le ministre de l’Agriculture a estimé que les points de vue évoluaient sur le sujet. «C’est la première fois que l’administration annonce qu’on a dépassé le seuil de 500 loups», ce qui signifie qu’il n’est plus en voie d’extinction. Le ministre souhaite avancer dans deux directions : aider les situations dramatiques, avec des indemnités plus importantes, et prévenir les attaques sur les troupeaux.
Au niveau européen, la France pousse ainsi pour que soit revu le guide interprétatif issu de la directive «Habitats», avec le soutien d’autres États membres, notamment la Finlande. «Nous aurons plus de latitude pour réguler le loup au sein des États membres», indique le ministre.

Actuagri

photo article

Commerce extérieur - L’angoisse de la balance

[En ligne le 18-07-2019]

photo article

Future Pac - Réaliste, la présidence finlandaise du Conseil de l’UE ne prévoit pas d’accord en 2019

[En ligne le 11-07-2019]

photo article

Stations météo - Les stations météo connectées révolutionnent l’itinéraire cultural

[En ligne le 11-07-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1536

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux