Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 16-05-2019]

Enseignement

Un projet bien avancé

Une étude est en cours sur l’ensemble des exploitations qui sont rattachées aux lycées agricoles. Un projet porté par le Legta de Challuy. Explications avec Sarah Ghibaudo, la cheffe de projet.
C’est un projet qui a vu le jour en 2017 avec les neuf directeurs d’exploitations des lycées agricoles de Bourgogne Franche-Comté. L’idée de départ était de s’interroger sur la durabilité (développer l’autonomie fourragère, ne plus passer par les coopératives…) et la résilience (être en capacité de retrouver un état d’équilibre économique après un aléa, la sécheresse par exemple) de ces outils pédagogiques mis à disposition des élèves.
Ce projet qui est en cours doit se terminer en 2021. Pour mener à bien ce projet ambitieux, la région a nommé un chef de projet sous l’intitulé «Durabilité Résilience en système polyculture élevages des lycées agricoles de Bourgogne Franche-Comté (DURESPCE)», un poste qui est occupé actuellement par Sarah Ghibaudo. «Mes missions sont assez larges, j’ai dans un premier temps fait un diagnostic de l’ensemble des neuf exploitations. Des propositions d’améliorations de la conduite vont être faites à la suite de ces diagnostics. Mon public cible étant relativement large (des étudiants, enseignements et partenaire), je dois faire preuve de pédagogie et d’adaptabilité».

Une étude sur la durabilité
C’est l’un des premiers volets de ce projet régional, une étude d’envergure sur la durabilité des neuf exploitations des lycées agricoles. «Une mission que nous menons en collaboration avec les étudiants et les enseignements» précise Sarah Ghibaudo, cheffe de projet DURESPCE. «Pour réaliser ce volet du projet, nous nous sommes inspirés de l’étude appelé IDEA créé par le CEZ-Bergerie de Rambouillet. C’est un lycée de référence pour les expérimentations et les formations d’enseignants agricoles. C’est une étude qui est éprouvée depuis l’an 2000. Nous allons adapter cette dernière à la spécificité de notre projet. L’intérêt, c’est qu’elle est très pédagogique et qu’elle prend en compte les trois piliers du développement durable : performance économique, social et environnemental. Nous allons y ajouter des indicateurs que nous allons définir d’ici juillet» explique en longueur la cheffe de projet.

Un second volet sur la résilience
«L’objectif de ce volet est de se comparer aux exploitations privées» explique la jeune femme. Pour ce volet, l’inspiration vient d’une étude déjà existante de l’Institut de l’Élevage. «Cette dernière a été réalisée en bovin allaitant et en exploitation laitière, nous allons l’adapter au système polyculture élevage». Afin d’avoir un appui méthodologique la cheffe de projet s’est engagée dans le RMT SPYCE : réseau mixte technologique, en système polyculture élevage.
En parallèle de ces deux volets, Sarah Ghibaudo a estimé nécessaire de faire un bilan sur les conditions de travail au sein de ces neuf exploitations. C’est la raison pour laquelle elle a fait appel a des ingénieurs d’Agrosup Dijon qui a raison d’une semaine sur six mois vont décortiquer les aspects positifs et négatifs des conditions de travail pratiquée.
Un bilan à mi-parcours sera effectué durant l’année 2019-2020.

Contact : Sarah Ghibaudo, 06 27 81 11 53.

Théophile Mercier

photo article

Fête de l’agriculture - Une édition 2019 réussie

[En ligne le 19-09-2019]

photo article

Sanitaire - FCO : les résultats de l’enquête du GDS dévoilés

[En ligne le 12-09-2019]

photo article

Viticulture - Un nouveau chai pédagogique pour le lycée de Cosne

[En ligne le 12-09-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1545

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux