Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 07-05-2019]

Chambre d’agriculture

Une première réussie

photo article
Didier Baumier explique l’itinéraire technique réalisé sur ses parcelles.
photo article
Une cinquantaine de personnes ont assisté à cette journée d’information.
La Chambre d’agriculture organisait le mardi 30 avril la première édition du «Bio Ti Full Day». Le Gaec Baumier a servi de cadre à cette journée qui avait pour objectif de comprendre et de réussir sa conversion en agriculture biologique. Les agriculteurs et les OPA ont répondu présents à cet événement.
Les conversions en agriculture biologique ont le vent en poupe. La Chambre d’agriculture l’a bien compris et souhaite soutenir ce genre d’initiatives, d’où l’idée d’organiser cette première édition de la Bio Ti Full Day. «Je souhaite que l’on monte en compétence pour mieux accompagner les porteurs de projets» a annoncé Didier Ramet, le président de la Chambre d’agriculture, dans son propos préliminaire. Ce mardi 30 avril, agriculteurs et responsables d’OPA avaient rendez-vous sur l’exploitation Baumier située à Brinon-sur-Beuvron. Judith Nagopae et Philippe Jaillard, conseiller à la Chambre d’agriculture ont animé cette après-midi qui a débuté par un point général sur la conversion en agriculture biologique.
«C’est la parcelle que l’on convertit et non la culture» a précisé Judith Nagopae. Une conversation bio se déroule en général sur trois ans. La première année (appelée C1), toutes les cultures sont vendues aux prix du conventionnel. La deuxième et la troisième année (C2 et C3), les cultures annuelles doivent être récoltées 12 mois au moins après la date de début de conversion. Pour ce qui est des cultures pérennes, la récolte doit intervenir entre le 12ème et le 36ème mois après la conversion. À ce stade, les cultures sont valorisables en aliments du bétail en conversion vers l’AB. Ce n’est qu’entre le 24ème et le 36ème mois (selon les cultures) que les céréales sont vendues sous le cahier des charges en agriculture biologique.

Des résultats technico-économiques honorables
La conversion en AB de la famille Baumier date de 2002, au départ uniquement avec Didier, le père. Caroline son épouse arrive dans l’exploitation en 2008 avec 5,62 ha. Enfin c’est en 2015 que Thomas, le fils, décide de rejoindre le Gaec avec 98 ha en conversation. Aujourd’hui, les trois associés sont à la tête d’une exploitation de 260 ha dont 123 ha de cultures. Leurs parcelles étant situées sur des sols calcaires et sur du limon, ils effectuent deux types de rotations différentes. Pour les sols calcaires, la tête d’assolement est une luzerne, suivi d’un blé, du triticale, de la féverole d’hiver, une nouvelle fois du triticale, des lentilles et de l’épeautre. Pour l’autre type de terre, la tête de rotation est un mélange de trèfles et ray-grass suivis du blé, du triticale et du soja pour finir. «Le blé, la féverole et le triticale sont en contrat de multiplication» précise Didier Baumier.
Des rotations qui permettent au Gaec de réaliser 29 quintaux de moyenne chaque année. Des céréales qui sont vendues à 1 208 euros/tonne pour la lentille, 675 euros/t pour le soja et 456 euros/t pour le blé tendre par exemple.
Côté élevage, l’exploitation effectue en moyenne 96 vêlages par an avec une production de broutards, broutardes, vaches grasses et génisses grasses. «Lorsque je me suis converti, j’ai fait le choix de changer complètement de race. J’étais auparavant en Charolais et j’ai opté pour de la Limousine, une race moins gourmande en nourriture et qui est plus rustique. Mon kilo de carcasse est valorisé plus cher et j’ai 95 % de vêlages tranquilles» précise Didier Baumier.

Un tour de champ apprécié
En fin d’après-midi, un tour des parcelles du Gaec Baumier a été effectué. Didier Baumier a présenté les itinéraires techniques mis en place sur chaque culture et les conseillers de la Chambre d’agriculture ont donné des recommandations pour la bonne gestion des adventices et de la fertilisation du sol. Une visite de terrain très appréciée qui a permis de mieux se rendre compte du travail à affecter pour arriver à un résultat optimum de ces parcelles.

Contact : Chambre d’agriculture 03 86 93 40 00.

Théophile Mercier

votre publicité
photo article

Météo - Un orage fait de nombreux dégâts

[En ligne le 13-08-2019]

photo article

Élevage - Les bons gestes à adopter en période de sécheresse

[En ligne le 08-08-2019]

photo article

Fête des moissons - Un week-end de fête pour l’agriculture

[En ligne le 08-08-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1540

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux