Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 07-05-2019]

Abattoir de Corbigny

Un dossier qui avance timidement

photo article
Romaric Gobillot (chemise blanche) entourée de Jean-Charles Rochard (président de la communauté de communes Tannay-Brinon-Corbigny), de Florian et Ludovic Guyard (membre de ATE).
L’association «Avenir Territoire Élevage» tenait son assemblée générale samedi 28 avril à Corbigny. Des travaux qui ont permis de faire le point sur le projet de reprise de l’abattoir.
Une quarantaine de personnes sont venues assister à l’assemblée générale de l’Association «Avenir Territoire Élevage» (ATE). Cette dernière a été créée en décembre 2017 à la suite de l’annonce de Sicarev de se retirer de la gestion de l’abattoir de Corbigny. Depuis un an, beaucoup d’actions ont été entreprises. Il y a eu tout d’abord la nomination d’un cabinet consultant pour étudier la faisabilité du projet de reprise par l’association. En avril et mai 2018, plusieurs rencontres avec des éventuels repreneurs et des membres de Sicarev ont eu lieu. Dernièrement, un comité de pilotage et des rencontres avec les élus ont été organisés. «Ce que l’on cherche à travers ce projet de reprise, c’est avant tout promouvoir nos produits locaux, défendre notre savoir-faire et conserver des outils de production qui favorisent le maintien de l’économie locale» martèle Romaric Gobillot, le président d’Avenir Territoire Élevage. Conscientes que la situation de l’abattoir de Corbigny n’est pas unique en France, l’association ATE et la Chambre d’agriculture ont essayé durant l’année écoulée de trouver ailleurs en France, des projets de reprise. Ainsi en juillet 2018, une visite de l’abattoir de Grenoble a eu lieuS. Un abattoir sauvé grâce aux regroupements des salariés et des collectivités locales. Pour cerner le marché et adapter leur projet de reprise à la conjoncture, les membres d’ATE se sont également formés. «La production de carcasses de qualité», «Comment se mettent en place les filières de qualité ?» ou encore «Quels sont les acteurs de la filière bovine ?» tels ont été les thèmes de ses formations qui se sont étalées entre novembre 2018 et mai 2019.
Désormais, l’association se fixe trois objectifs : trouver une personne capable de créer et d’organiser la filière en cogestion avec les éleveurs locaux (gestion de l’amont à l’aval). Ensuite maintenir un outil de proximité pour assurer les prestations d’abattage pour les particuliers (bouchers, chevillards et éleveurs pratiquant la vente directe). Enfin créer un outil capable de proposer plusieurs niveaux de transformation (de la carcasse entière au steak haché). Une complémentarité avec l’abattoir de Cosne a été évoquée. Ce dernier s’est notamment lancé dans la mise en place d’un atelier de transformation pour de la viande maturée. Pour l’heure, tout n’est pas encore perdu et l’espoir est encore permis pour l’association ATE.

Théophile Mercier

votre publicité
photo article

Météo - Un orage fait de nombreux dégâts

[En ligne le 13-08-2019]

photo article

Élevage - Les bons gestes à adopter en période de sécheresse

[En ligne le 08-08-2019]

photo article

Fête des moissons - Un week-end de fête pour l’agriculture

[En ligne le 08-08-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1540

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux