Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 02-05-2019]

Assemblée générale de JA Bourgogne Franche-Comté

Des JA en quête de bon sens

photo article
Entouré par Fabrice Chabod, Thomas Lémée et Justine Grangeot, Florent Point, président des JA BFC, a donné la parole à chaque département pour un état des lieux rapide de leur situation respective.
photo article
De gauche à droite, Sébastien Colin, Christophe Lamarre, Fabrice Genin, Patrick Grosjean et Florian Salmon ont témoigné lors de la table ronde sur leurs vécus et leurs expériences, lors d’échanges entre agriculteurs ou de construction en filière et interf
L’assemblée générale des JA de Bourgogne Franche-Comté s’est déroulée à Dissangis dans l’Yonne le 19 avril dernier. Au menu de la convivialité bien entendu, mais aussi beaucoup de bon sens et des échanges propres à faire réfléchir les jeunes comme les aînés.
L’ambiance était à l’action pour cette assemblée générale des JA de Bourgogne Franche-Comté, qui s’est déroulée à Dissangis dans l’Yonne. Avec un retour sur les actions 2018 et un point sur ce qui constitue le fond de l’activité du syndicat jeune : l’installation, la formation, le renouvellement des générations… Arnaud Gaillot, secrétaire général des JA au national, n’a pas manqué d’ajouter à cette liste le nécessaire suivi des dossiers professionnels en cours, comme la structuration des filières, la mise en place des Égalim, les enjeux eau et climat… autant d’axes de réflexion «qui demandent la mobilisation et la participation des JA aux groupes de réflexion».

Mobilisation et participation
Pas question d’oublier que ce sont les JA d’aujourd’hui qui construisent l’agriculture de demain et qui vont se retrouver exposés en première ligne aux profondes adaptations que l’évolution du contexte environnemental, sociétal et économique va nécessiter. Une évidence ressort de cette assemblée générale, un(e) jeune agriculteur (trice) qui s’installe aujourd’hui se trouve rapidement confronté à tous les enjeux du métier. L’évolution du contexte agricole ne s’est jamais apparentée à un long fleuve tranquille, mais l’avenir à moyen et long terme, du fait des incertitudes économiques et climatiques, apparaît pour le moins préoccupant. Pas d’état de grâce donc pour les jeunes installés, mais une plongée dans le grand bain et l’obligation d’apprendre à nager très vite. Les JA profitent heureusement des atouts de la jeunesse : le dynamisme, la volonté de dépasser les obstacles, l’énergie et le sens du collectif.

Où l’on parle échanges, contrats, filières…
Plus immédiat, un rapide tour des départements a permis de mesurer l’étendue des difficultés du moment. La sécheresse de 2018 a laissé des traces et l’incertitude pointe quant à l’évolution des précipitations et des nappes en 2019. Les questions foncières et la difficulté d’accès des jeunes au foncier appellent aussi des solutions innovantes. Le maintien du maillage des exploitations en dépend, alors que l’on constate trois départs pour deux installations… Certains territoires et certaines productions se trouvant plus avantagés que d’autres.
Les incertitudes poussent à inventer des solutions innovantes et donc à se rassembler, à travailler en commun. La coopération reste un socle collectif solide, mais la transversalité des problématiques appelle aussi à travailler ensemble en filières et en interfilières. La question a donc été posée lors d’une table ronde de la plus-value que les agriculteurs pouvaient espérer en s’inscrivant dans des échanges interfilières ? Sur le gril, Sébastien Colin, responsable filières au JA BFC, Fabrice Genin, agriculteur ayant fait le choix de l’organisation collective, Christophe Lamarre éleveur (VA et porcs) et transformateur, Florent Salmon, éleveur en Bretagne participant à la réflexion nationale sur les plans de filières, les échanges interfilières et la contractualisation, Patrick Grosjean directeur des productions animales pour Terre Comtoise, au sein du grand ensemble coopératif Alliance BFC. La diversité des expériences, des parcours et des engagements a montré que là encore les solutions étaient forcément plurielles, mais que la réussite des échanges dans la durée dépendait d’une stratégie gagnant/gagnant. La réussite de tout échange, qu’il soit entre individus ou entre structures, est au prix de l’équité entre les parties et de l’équité du contrat. Il faut savoir initier et maintenir des synergies entre agriculteurs et, dans le cas d’échanges marchands, rester réaliste sur le prix à définir ou l’équilibre de l’échange. On peut ramener de l’économie sur les exploitations de différentes manières, de gré à gré, par des contrats, grâce à des plateformes d’échanges… Tout est possible à condition de «raison garder» dans l’élaboration du prix le plus juste pour chacune des parties. Les règles de bon sens restent toujours les mêmes, «les contrats comme les relations doivent se tisser sur le long terme. Un contrat se respecte, c’est un engagement».
«Des tables rondes comme celle-ci ont atteint leur but quand elles poussent à la réflexion» C’est la conclusion amenée par Fabrice Genin, qui a su retrouver la fougue d’un ex-JA pour conclure «soyons ouverts à toutes les solutions, n’ayons peur de rien, osons !». Une conclusion complétée par Sébastien Colin encourageant les JA «à mobiliser les bonnes énergies et le bon sens présent en chacun de nous». Une des clés «pour s’adapter aux évolutions, c’est d’innover, de recréer du lien social ».

Anne-Marie Klein

photo article

Commerce extérieur - L’angoisse de la balance

[En ligne le 18-07-2019]

photo article

Future Pac - Réaliste, la présidence finlandaise du Conseil de l’UE ne prévoit pas d’accord en 2019

[En ligne le 11-07-2019]

photo article

Stations météo - Les stations météo connectées révolutionnent l’itinéraire cultural

[En ligne le 11-07-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1536

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux