Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

YONNE

[Article mis en ligne le 04-04-2019]

Cecna

Un florilège de projets

photo article
Patrick Drevillon, directeur, aux côtés du président Pascal Beets
La coopérative d’insémination animale a tenu son assemblée générale le 21 mars dernier. Si l’activité principale d’insémination animale (IA) a tendance à diminuer, de nombreux projets fleurissent autour de la Cecna, toujours dynamique.
Une baisse du nombre d’utilisateurs d’IA de 3,8 % sur la période 2017-2018 se fait ressentir pour la coopérative d’insémination animale présente sur l’Yonne, l’Aube, le Cher, la Nièvre, le Loiret et la Seine-et-Marne. «Cette perte structurelle se retrouve partout depuis trois ans» souligne le directeur de la Cecna, Pierrick Drevillon. 63 595 IA ont été réalisées sur bovins, contre 67 155 sur la campagne précédente, soit une chute de 5,3 % qui se ressent surtout dans les troupeaux laitiers, enregistrant une baisse des IA de 6,3 %, contre 3,5 % en allaitant. Le directeur souligne encore une fois le coût important du transport : «dans l’Yonne, on compte 21 km réalisés par IA, ce qui fait 17 € de frais de transport, tout compris, pour une IA».

Les hormones de synchronisation des chaleurs bientôt interdites
Sur les autres activités comme la synchronisation des chaleurs, une baisse de 18,3 % du nombre de synchronisations est enregistrée. En cause, la complication législative d’accès aux traitements de synchronisation, qui n’en est qu’à ses débuts, comme le rappelle Pierrick Drevillon : «d’ici un an et demi, les contraintes seront encore plus fortes, puisque les hormones utilisées sont en passe d’être interdites. Toute la filière travaille sur cette problématique et cherche une solution.» L’activité de suivi de la reproduction, quant à elle, poursuit sa progression avec une augmentation de 5,5 % du nombre d’adhérents suivis. L’activité d’IA porcines progresse de 4,5 %, ce qui représente 96 915 doses vendues, mais l’inquiétude persiste sur la peste porcine africaine et ses conséquences si elle passait les frontières. Concernant les IA ovines et caprines, la tendance est à la baisse pour la campagne 2017-2018, avec 1 193 IA ovines (-11,6 %) et 1 306 IA caprines (-15,7 %).

L’activité équine se développe
Au niveau de l’activité équine, l’actualité porte sur l’acquisition du haras des Bréviaires en Île-de-France, qui vient compléter l’activité du haras de Charmoy. La Cecna suit 400 juments, ce qui occupe 12 salariés en période de reproduction. Pierrick Drevillon rappelle que l’activité équine est complémentaire de la période d’IA bovines, qui intervient en suivant. «Les haras nous permettent de recruter des inséminateurs plus facilement, en ciblant des personnes intéressées par les chevaux, qui vont pouvoir renforcer l’équipe d’inséminateurs bovins une fois la saison de reproduction équine terminée.»
Autre événement porté sur l’informatique, aujourd’hui indispensable pour les coopératives : la CMRE, entreprise de solutions informatiques, a fusionné avec l’Union coopérative de Migennes Ucacig, rassemblant la Cecna, Alysé et la Cialyn, pour former Okteo en juillet 2018. Le vice-président de la Cecna, Olivier Darasse, est aujourd’hui directeur délégué au développement du marché agri-agro de la structure.

Elvanovia et Cecna se rapprochent
La coopérative d’insémination animale Elvanovia, s’étendant de la Côte d’Or à Clermont-Ferrand a entamé un dialogue constructif avec la Cecna, dans l’objectif de rapprocher les deux coopérativespour optimiser les compétences. Le nouveau président de la coopérative voisine a souhaité une mise à disposition du directeur de la Cecna, Pierrick Drevillon, pour assurer la direction d’Elvanovia. L’activité de la coopérative étant en cohérence avec la Cecna, le directeur assume, depuis peu, la direction des deux structures qui, sans question de fusionner, travailleront désormais en collaboration. «Le métier évolue sans cesse, il y a déjà beaucoup de choses en commun, ce rapprochement permettra de faciliter le travail et de développer les territoires» explique Pascal Beets, président de la Cecna.
Concernant Elexinn, la start-up filiale de la Cecna poursuit ses recherches en termes d’innovation de matériel. Deux ans après la sortie d’Xtremia, pistolet d’insémination profonde, un nouveau dispositif sera présenté très bientôt. Pour l’instant, le mystère reste complet, mais cette «révolution dans le monde de l’insémination» s’annonce connectée !

Valorisation d’un site à l’abandon : «let the sun shine»
Dans la lancée des projets, l’ancienne taurellerie d’Amilly dans le Loiret, aujourd’hui désamiantée et rasée de ses anciens bâtiments, offrait 6 ha de terrain inutilisés à valoriser. La coopérative a réfléchi depuis 2015 au devenir de ce terrain et a créé une filiale, Elexol, en partenariat avec la Cicap, entreprise locale de distribution d’électricité. L’objectif est d’implanter un parc photovoltaïque sur 4,5 ha, comprenant 7 500 panneaux polycristallins, pour une puissance de 2,6 Mégawatts. Ce projet de 2,5 millions d’euros devrait voir le jour au premier semestre 2020.

Orianne Mouton

photo article

Gel - Sueurs froides pour les viticulteurs et arboriculteurs icaunais

[En ligne le 18-04-2019]

photo article

Viticulture - Un nouveau réseau météo pour plus de précision

[En ligne le 11-04-2019]

photo article

Circuit court - Ils se regroupent pour créer leur propre filière

[En ligne le 11-04-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1523

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux