Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 28-03-2019]

Élevage

La Fée Mohair : une valorisation réussie

photo article
Emmanuelle Pautrat tricote elle même ses vêtements à l’aide d’un métier à tisser.
photo article
La Laine est triée avant d’être envoyée à la SICA Mohair.
photo article
Une rotation est effectuée tous les sept jours pour lutter contre le parasitisme.
photo article
La visite de la ferme et de la boutique est possible uniquement sur rendez-vous.
Emmanuelle Pautrat est éleveuse de chèvres angora sur la commune de Beard. Elle a créée ‘’la Fée Mohair’’ pour valoriser la laine et créer sa propre ligne de vêtements en mohair. Elle nous a ouvert les portes de son exploitation. Rencontre.
C’est une passionnée qui nous a ouvert les portes de son exploitation. Emmanuelle Pautrat, 31 ans est installée à Béard sur une exploitation d’élevage de chèvres angora pour la production et la fabrication de textiles en mohair. Son activité a débuté en octobre 2015 avec l’achat de 25 chèvres à une éleveuse qui partait à la retraite. Elle entame le parcours classique de la Chambre d’Agriculture mais très vite, elle est orientée vers le CERD. «On m’a expliqué que cet organisme serait mieux adapté pour mon activité. Ils m’ont aidé dans le cadre du Contrat de Projet Individuel» explique la jeune femme. D’autres organismes l’ont accompagnée dans sa démarche d’installation comme «Initiative Nièvre», le «Lion’s Club» et le Conseil départemental de la Nièvre. Son cheptel est composé actuellement de 32 adultes et de 8 chevreaux avec lesquels elle réalise au pâturage une rotation tous les sept jours pour lutter contre le parasitisme. Les chèvres d’Emmanuelle Pautrat ont été sélectionnées pour leur qualité de laine. «C’est une race très laineuse qui produit une laine fine, entre 16 à 20 microns, 40 pour les plus mauvaises. La moyenne étant entre 25 à 30 microns» détaille l’éleveuse. Plus cette dernière est fine, moins les vêtements vont gratter, nous précise t-elle. Ses chèvres sont évaluées par l’organisme de sélection CAPgenes qui réalise un contrôle de performances, à savoir l’enregistrement des filiations et des poids de toison, ainsi qu’un pointage prenant en compte la longueur et le forme de mèche, le taux de jarre (fibre indésirable) et la couverture de l’animal. Il est complété par des analyses d’échantillons en laboratoire indiquant le rendement lavé à fond et la finesse de la fibre. La laine une fois certifiée, est envoyée à la Sica Mohair qui se charge de transformer la matière première en fil à tricoter teinté, selon une échelle de qualité variant de 1 à 4, de très fin jusqu’à très mauvais. Ce travail de sélection a permis à Emmanuelle Pautrat d’obtenir le label «Mohair des Fermes de France».

Un soin apporté à l’alimentation
En hiver, les chèvres d’Emmanuelle Pautrat sont nourries en bâtiment à base de foin, de céréales et de luzerne. «Les protéines sont très importantes pour la quantité de la laine. Mais il ne faut pas trop en donner pour ne pas dégrader la qualité de la laine» explique t-elle. Le fourrage est produit sur les quatre hectares attenant à l’exploitation. En été, les bêtes sont à l’herbe et complémentées par du maïs et de la luzerne. La tonte intervient en février et en août, les mises bas sont donc prévues au alentours de mars ou avril. Les chevreaux sont eux tondus six mois après leur naissance. «C’est une tondeuse professionnel qui vient sur mon exploitation, cela me permet aussi d’avoir un contact et un regard extérieur à mon activité» estime t-elle. Les poils de ses chèvres poussent environ de 2 centimètres par mois. La tonte intervient lorsque la toison se situe entre 10 à 15 cm, sachant qu’il faut 5 cm au minimum pour faire du fil. 200 grammes sont par exemple nécessaires pour confectionner un pull. En moyenne, 3,2 kilos de laine par chèvre et par an sont produits pour «la fée mohair».

Une gamme variée
Dans sa boutique, Emmanuelle Pautrat propose plusieurs accessoires pour l’hiver (pull,écharpe,gant et bonnet) mais aussi des pièces pour des mariages comme l’étole de la mariée. Des produits qui sont tricotés par l’éleveuse, elle-même. Cette dernière a trouvé son débouché en salon, notamment celui du Made in France à Paris. Les clients ont également la possibilité de venir acheter directement sur son exploitation, mais uniquement sur rendez-vous. Des boutiques à Dijon, Cosne-sur-Loire, Nevers et même à Paris dans le 9ème arrondissement ont fait le choix de revendre ses produits. Une activité qui va permettre à Emmanuelle Pautrat de dégager d’ici deux ans, son premier smic. Une étape importante qui prouve que les activités de niches peuvent avoir de l’avenir dans notre département.

Contact
Emmanuelle Pautra
58160 Beard.
lafeemohair@gmail.com
06 71 83 60 50
Page Facebook :
www.facebook.com/lafeemohair/

Théophile Mercier

photo article

Jeunes Agriculteurs - La loi égalim en débat à l’AG des JA

[En ligne le 18-04-2019]

photo article

Économie - Une année exceptionnelle pour la viticulture

[En ligne le 11-04-2019]

photo article

Économie - Les chiffres de la Ferme Nièvre dévoilés aux adhérents

[En ligne le 11-04-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1523

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux