Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 24-01-2019]

Protéagineux

Réussir son implantation de pois et de féverole de printemps

photo article
photo article
Périodes de semis du pois de printemps
photo article
Périodes de semis de la féverole de printemps
photo article
Densités de semis du pois de printemps
photo article
Densités de semis de la féverole de printemps
L’implantation est une clé de réussite de la culture d’un protéagineux de printemps. Le choix de la parcelle et un semis dans des conditions ressuyées sont la base d’une culture de pois et de féverole réussie.
Le choix de la parcelle
Le pois et la féverole de printemps peuvent être soumis en fin de cycle à un stress hydrique qui limite la mise en place des composantes de rendements (durée de floraison, nombre d’étages de gousses, nombre de graines par gousse, PMG). Il est important de choisir une parcelle avec une réserve hydrique suffisante afin d’assurer une nutrition hydrique satisfaisante.
Écarter également les sols argileux lourds où les risques de mauvaise mise en place des racines ou d’asphyxie racinaire sont plus importants.
Le choix d’une parcelle irrigable peut représenter un réel atout en cas de printemps chaud et sec, l’irrigation permet de prolonger la floraison et d’assurer le bon remplissage des gousses. Pour le pois, La valorisation de l’eau s’élève de 5 à 8 q/ha par tour de 30 mm. Ne pas irriguer avant début floraison (risque aphanomyces pour le pois). Pour la féverole, cette valorisation tourne entre 4.5 et 6 q/ha les 30 mm.
Attention au risque aphanomyces pour le pois : Choisir une parcelle exempte d’aphanomyces. Ce champignon du sol peut engendrer de lourds dégâts en cas de printemps doux et humide. La féverole n’est pas sensible à ce champignon et ne multiplie pas l’inoculum.
Attention au risque nématode pour la féverole : Éviter les parcelles ayant eu une féverole il y a 4 ans ou moins ou ayant déjà subi récemment des dégâts de nématodes sur des précédents betterave, pomme de terre ou luzerne. Favoriser les semences certifiées pour éviter des contaminations de nouvelles parcelles.
Semer dans un sol bien aéré sur les 15 premiers cm Le pois et la féverole nécessitent un sol bien aéré sur les 15 premiers cm afin de faciliter le développement des racines et des nodosités, permettant une nutrition azotée et une alimentation hydrique optimales. Attention aux lits de semences trop fin dans les sols à risque de battance.
Un roulage conseillé sur pois : Pour faciliter la récolte du pois (enfouissement des cailloux et nivellement du sol), un roulage peut être recommandé. Celui-ci doit être effectué après le semis ou au stade 3-4 feuilles du pois. Si vous appliquez un herbicide de pré-levée, veillez à rouler avant l’application herbicide pour ne pas perturber son efficacité.

Semer aux dates conseillées et dans des conditions ressuyées
Semer durant les périodes optimales vise à éviter ou limiter les risques climatiques lors de l’élaboration du rendement (gel, excès thermiques ou stress hydriques à floraison ou post-floraison…).
Il est recommandé de semer le plus tôt possible dans les périodes indiquées. Plus la culture est semée tard et plus elle aura des risques d’être exposée à des problèmes d’échaudages (T >  25 °C) et de stress hydrique lors de stades critiques (floraison, remplissage).
En cas de semis sur sol gelé, la graine germera lorsque les températures redeviendront favorables. La levée pourrait néanmoins être plus lente et hétérogène.

Densité de semis
La densité de semis de la féverole et du pois se décide en fonction du type de sol et du PMG. Un semis trop dense favorise la création d’un microclimat humide à la base du couvert, favorable au développement de maladies. Pour les semences de ferme ou les lots bruchés, effectuer un test germinatif pour adapter au mieux sa densité de semis).
Pour le pois, semer à 3-4 cm avec un écartement de 12 à 35 cm. Pour la féverole, semer à 6-7 cm pour les semis de février et à 5 cm à partir de fin février. L’écartement est de 17-35 cm. On peut envisager un plus grand écartement si un binage est prévu.

Phosphore et potasse
Le pois et la féverole ont des exigences moyennes en phosphore et potasse.
Pois : pour un potentiel de 55 q/ha, prévoir 55 kg/ha de phosphore et 85 kg/ha de potasse. En cas de pailles exportées, rajouter 10 kg/ha de phosphore et 60 kg/ha de potasse. Pour les sols pauvres en magnésium, un apport de 30 à 60 kg/ha peut être envisagé.
Féverole : pour un potentiel de 50 q/ha, prévoir 50 kg/ha de phosphore et 65 kg/ha de potasse.
Ces doses d’apports restent à raisonner en fonction de la teneur de ces éléments du sol et de l’historique des apports dans la rotation.

B. Remurier et M. Geloen, Terres Inovia

photo article

Métier - Exploitant agricole, un métier en voie de « normalisation »

[En ligne le 18-04-2019]

photo article

Grand débat national - L’agriculture déjà en transition, mais très attendue

[En ligne le 11-04-2019]

photo article

Soja - Le bel avenir du non OGM

[En ligne le 11-04-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1523

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux