Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 21-11-2018]

Arvalis-Institut du végétal

Les temps changent

photo article
Les Chambres d’agriculture et organismes stockeurs de la région étaient représentés au palais des congrès de Beaune.
photo article
La réunion technique régionale d’Arvalis a mis l’accent sur des dernières innovations technologiques en grandes cultures.
Cent dix techniciens de Bourgogne Franche-Comté ont participé le 19 novembre à la réunion annuelle d’Arvalis. La réunion a débuté avec la présentation des caractéristiques météorologiques des derniers mois, faisant de l’arrière-saison 2018 la plus chaude et la plus sèche depuis 1955.

De nombreuses perturbations sont à déplorer dans les cultures de céréales avec des retards dans les semis et dans le développement des plantes.

Le désherbage est problématique, avec un certain nombre de champs qui seront à re-semer, faute d’une présence trop importante de vulpins. «Ce début de campagne nous montre une nouvelle fois qu’il ne faut pas se reposer sur nos acquis, nous devons construire des systèmes exploitation capables de s’adapter à un contexte changeant», observe Diane Chavassieux, ingénieure Arvalis.

Moins de moyens chimiques
Nettement moins de moyens traditionnels sont à disposition de l’agriculture. Il y a encore quelques années, la présentation des innovations fongicides d’Arvalis occupait une demi-journée. Ce 19 novembre, l’exposé n’aura duré qu’une petite demi-heure. «La réglementation restreint les possibilités, nous sommes dans l’obligation de trouver autre chose», enchaîne Diane Chavassieux.

Le pilotage de l’azote en dynamique a fait partie des innovations présentées aux techniciens, avec l’objectif de valoriser au mieux l’azote, en l’apportant quand la plante en a besoin. «Un modèle de culture simule la croissance de la plante. Des règles de décision sont à établir en fonction du potentiel de l’année, du type de sol, des variétés, de la météo, du précédent, il faudra aussi réaliser une analyse des reliquats azotés», explique l’ingénieure. Un tel pilotage de l’azote n’implique aucun calcul de dose prévisionnelle, ni même de plan de fumure : «la quantité d’azote totale apportée n’est connue qu’à la fin de l’exercice. Il faudra donc une évolution réglementaire d’ici la sortie de cet outil, prévue en 2022, car aujourd’hui le pilotage en dynamique n’est permis qu’au dernier apport».

Tests de robots
D’autres innovations ont été présentées à Beaune, comme le test de robots spécialisés dans le désherbage mécanique. L’un d’eux, conçu par une société suisse, propose une destruction électrique non sélective des adventices, offrant ainsi une solution non chimique de destruction de couverts végétaux et de désherbage dans les cultures. «Le tracteur est équipé de bandes en caoutchouc et passe dans les parcelles. Le test a particulièrement bien fonctionné cette année avec des champs très secs qui ont limité la diffusion de l’électricité. Ce procédé s’apparente à une alternative au glyphosate mais il faudra le tester en conditions humides», ajoute Diane Chavassieux.

Aurélien Genest

porte ouverte genevrieres
photo article

Fertilité des sols - Le temps de la reconquête

[En ligne le 06-12-2018]

photo article

Session de la Chambre régionale d’agriculture - Contrats de filières : l’intelligence collective à la manœuvre

[En ligne le 29-11-2018]

photo article

Sécheresse 2018 en Bourgogne Franche-Comté - Aide d’urgence de la Région et des conseils départementaux

[En ligne le 29-11-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1505

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux