Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 15-11-2018]

Dijon Céréales

Rester performant dans un monde en changement

photo article
Sont notamment intervenus : Michel Portier (Agritel), Mickaël Attia et Julien Lemond (GeoSys), Romain Guéritaine et Victor Moulins (cellule marchés de Dijon Céréales) et Matthieu Brun (club Demeter).
photo article
Christophe Richardot, directeur général : «Le changement climatique est un des éléments de contexte qui doit nous faire réfléchir. Des pistes de solutions existent, en lien avec la recherche et le développement agronomique et variétal, la diversification
La conférence des marchés de Dijon Céréales s’est tenue dans le cadre de la foire gastronomique. Le changement climatique en était la grande thématique.
Près de 200 agriculteurs ont participé le 8 novembre à la traditionnelle conférence de Dijon Céréales. Ce rendez-vous annuel s’est intéressé aux conséquences du changement climatique sur les marchés, avec un parterre de spécialistes venus éclairer les débats. «Un état des lieux général était nécessaire. Le changement climatique est une préoccupation majeure de nos entreprises», indique Pascal Demay, le directeur céréales de la coopérative.

1 °C pour 500 km
L’évolution météorologique va impacter la répartition des zones sèches et humides à l’échelle planétaire. Comme l’ont indiqué les représentants de GeoSys, un réchauffement d’un seul degré engendre une remontée de 500 km du climat tempéré vers le nord.

La fréquence des précipitations s’en retrouve fortement modifiée. «Certaines zones vont en pâtir, d’autres vont en profiter comme les pays de la Mer Noire, déjà leaders sur le plan mondial», souligne Michel Portier.

La Russie pourrait être la grande gagnante de ce réchauffement climatique, d’autant que l’export russe se réorganise pour s’ouvrir depuis Vladivostok et faire
baisser substantiellement ses frais de logistique.

Continuer à produire
La France doit continuer de produire dans un contexte où les terres disponibles et les ressources en eau ne seront pas plus nombreuses, au contraire de la demande qui, elle, va continuer d’augmenter avec une population mondiale estimée entre 9 et 11 milliards de personnes d’ici 2050.
«Chaque jour, il faut nourrir 230 000 bouches en plus à l’échelle mondiale, c’est énorme», informe Matthieu Brun, consultant du club Demeter, «avec le changement climatique, les marchés vont être soumis à davantage de secousses, les productions de céréales fluctueront d’autant plus.
Or, le blé, le riz et l’orge sont des denrées stratégiques pour beaucoup de pays dans le monde, ce sont de véritables vecteurs de paix et de stabilité. Même si elle n’a pas vocation à nourrir le monde, la France doit maintenir son rang actuel dans les échanges commerciaux, sa place parmi les leaders dans la production et dans les exportations, tout en contribuant à la transition énergétique. La production de céréales à l’échelle mondiale est nécessaire pour stabiliser des régions qui vont connaître d’importantes violences et des conflits dans le futur. Nous avons besoin d’une agriculture performante, soutenue par nos politiques, qui protège les agriculteurs dans leur activité de production».

Des outils à disposition
Christophe Richardot a conclu les débats. Pour rester performant, le modèle agricole doit s’adapter à cette nouvelle donne du changement climatique et évoluer avec les outils mis à sa disposition : agronomie, génétique, nouvelles technologies, assurances.
Le directeur général de Dijon Céréales a rappelé que vingt personnes de la coopérative travaillent quotidiennement dans la R&D agronomique, avec des données pluriannuelles.

Il a invité les adhérents à utiliser les services du Club des Marchés de la coopérative : «Dans des marchés fluctuants, le niveau d’information et le conseil de nos équipes sont utiles pour bien se positionner».

La problématique eau a également été abordée lors de cette conclusion : «il faudra bien la gérer, même si celle-ci va bien au-delà de la coopérative. Un important travail s’impose avec l’administration, mais aussi avec la Chambre d’agriculture et les représentants d’autres fédérations».

Aurélien Genest

porte ouverte genevrieres
photo article

Mobilisation syndicale - «L’agri-bashing, ça suffit»

[En ligne le 06-12-2018]

photo article

Session de la Chambre d’agriculture - Clap de fin pour la mandature 2013-2018

[En ligne le 29-11-2018]

photo article

Assemblée de section de Dijon Céréales - 2017 - 2018 : Un exercice de transition

[En ligne le 29-11-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1505

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux