Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 08-11-2018]

Pépinières viticoles

L’origine France, marqueur de qualités

photo article
De gauche à droite : David Amblevert, président FFPV, Sophie Fonquernie vice-présidente région Bourgogne Franche-Comté, Jean-Pierre Van Ruyskensvelde, directeur général IFV, Christine Avelin, directrice générale FranceAgriMer, Pierre-Marie Guillaume, prés
Le 25 octobre à Beaune, la Fédération française de la pépinière viticole (FFPV) a lancé sa marque collective “origine France” lors de son congrès national. Qualité sanitaire, traçabilité, transparence avec les vignerons sont ses principaux atouts. Ne pouvant pas la dévoiler dans son intégralité – nom, logo… – en l’attente du dépôt de marque définitif, les pépiniéristes ont affiché des objectifs ambitieux, notamment pour se démarquer par rapport à la concurrence étrangère. La France est repassée leader mondial sur les marchés mais reste talonnée par l’Italie.
Le congrès de Beaune « s’inscrit pleinement » dans la volonté de la FFPV de rendre toujours plus compétitive la pépinière viticole en France, associant une « professionnalisation » du métier et une « boîte à outils » toujours plus étoffées pour ses adhérents, expliquait David Amblevert, président. Après plusieurs plans (5 millions d’euros avec les Régions les cinq dernières années) sur des aides à la modernisation (matériels…) ou pour diminuer la pénibilité du métier, le dernier exemple en date sera la mise à disposition d’une marque collective “Origine France”. En attendant la validation du dépôt de marque à l’Inpi (propriété intellectuelle), certainement pour janvier 2019, l’association qui va gérer cette marque a fait une présentation détaillée aux congressistes, à commencer par ses élus, dont les neuf présidents des fédérations régionales. Pour le Centre-Est, il s’agit donc de Pierre-Marie Guillaume.

Une marque avec les vignerons
Première particularité, et pas des moindres, quatre viticulteurs siégeront également au conseil d’administration de l’association pour une totale « transparence ». « C’est important aussi de connaître leurs avis », insistait le président de l’association, Giovanni Varelli, pépiniériste dans le Vaucluse. De fait, le cahier des charges n’est pas figé dans le marbre. L’idée étant de s’adapter au fil du temps aux besoins des clients, des pépiniéristes… mais aussi en fonction de la concurrence étrangère qui progresse (lire encadré). Son « modèle » se veut donc « évolutif ». L’association se veut aussi légère, agile et indépendante pour ne pas « mélanger les genres » avec le rôle syndical de la FFPV.
« Plus il y aura d’adhérents utilisant cette marque collective, plus les tarifs seront à la baisse », détaillait Giovanni Varelli, en présentant les premiers montants d’adhésion (mono-activité, double et triple ; pépiniériste-producteur-négoce). Histoire de motiver les producteurs de porte-greffe et ceux faisant moins de 100 000 greffons par an. L’association se veut « autosuffisante » et ne demande pas de subventions publiques, même si elle a obtenu l’appui de FranceAgriMer et du CNIV (interprofessions viticoles) pour monter ce projet.
D’ores et déjà, les principaux pépiniéristes français se sont engagés dans la démarche (minimum 30 % de leurs ventes sous certification) pour assurer le premier « budget », pour réaliser une promotion nationale et internationale. L’objectif est d’enregistrer au moins 240 adhésions – acceptées après vote du conseil d’administration – dès 2019.

Des plants français “d’excellence”
Pour certifier l’origine et le respect du cahier des charges, l’association fera appel au cabinet indépendant, Véritas pour les contrôles (vignes et ateliers). La marque repose sur deux grands piliers : des porte-greffe et des greffons produits en France et issus de la sélection française. « On veut aller vers des plants de vigne d’excellence, avéré par des procédés techniques sans faille et contrôlés », redisait Pierre-Marie Guillaume. Notamment, la prospection sanitaire pour éviter la propagation de maladies, toujours plus « menaçantes » et nombreuses (flavescence dorée, Xylella…).
Siégeant eux aussi au conseil d’administration de la marque collective, les sélectionneurs français espèrent ainsi se renforcer indirectement. « Avec 180 conservatoires et plus de 20 000 clones, nous voulons préserver et développer cette extraordinaire biodiversité », encourageait Jean-Pierre Van Ruyskensvelde, directeur général de l’Institut français de la vigne et du vin (IFV). « La marque va servir l’ensemble des partenaires : IVF et chambres d’agriculture », précisait encore Bernard Artigue, vice-président de l’APCA et vigneron bordelais.
« La qualité de notre matériel végétal en France est un atout. Dans le cahier des charges de la marque, le matériel végétal ne sera issu que de matériel de sélection française. Nous avons confiance dans la sélection clonale et on connaît le sérieux de la création variétale en France », rappelait Marie-Catherine Dufour, directrice régionale de l’IFV d’Aquitaine. Un plus donc pour la marque Entav-Inra.

Valoriser dès 2019-2020
Si des plants en pot sous marque doivent être disponibles dès 2019, « le gros des volumes » livrés chez les vignerons devrait plus probablement commencer à être planté en 2020. En 2019, une campagne de communication (site web, réseaux sociaux, film, flyers, goodies…) va « faire rayonner la marque » auprès de la viticulture pour faire valoir ses atouts. « Les viticulteurs vont être surpris de savoir tout ce qu’on fait déjà. Avec la marque, nous allons au-delà des exigences réglementaires et sanitaires », se réjouissait, David Amblevert, pour l’image et l’attractivité du métier (lire aussi encadré).
Ce matériel végétal devrait être « valorisé 3 à 5 % en plus du prix du plant. Mais c’est à chaque pépiniériste de faire en fonction de soi, sa clientèle et du collectif », conseillait et concluait Giovanni Varelli. Un autre « gros chantier » est déjà lancé, celui de l’environnement pour valoriser ce qui reste actuellement des « déchets » souvent brûlés (combustible pour les hauts fourneaux, ensilage, agents de biocontrôles grâce aux tanins contenus dans les bois…).

Cédric Michelin

foire aux pieces d usure
photo article

Élevage - À saisir… une opportunité “sciure” comme alternative à la paille

[En ligne le 15-11-2018]

photo article

Sécheresse en Bourgogne Franche-Comté - Des mesures exceptionnelles mises en œuvre par l’État en faveur des agriculteurs

[En ligne le 08-11-2018]

photo article

Concours interrégional limousin - Un très beau concours hors berceau !

[En ligne le 08-11-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1502

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux