Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 25-10-2018]

FDSEA, JA

À la rencontre du préfet

photo article
La sécheresse et les dégâts de gibier étaient notamment à l’ordre du jour.
Plusieurs problématiques ont été exposées vendredi dernier à Bernard Schmeltz.
Les responsables de la FDSEA et des JA, accompagnés du président du GDS, ont rencontré Bernard Schmeltz le 19 octobre, afin de lui transmettre un certain nombre de revendications. Pour la partie sécheresse, des soutiens à la trésorerie sont absolument nécessaires. Le dispositif des calamités agricoles, mal adapté à une sécheresse tardive, doit prendre en compte la perte de récolte subie sur le premier cycle, l’affouragement d’été et d’automne, la perte de valeur fourragère et la dévalorisation des stocks d’animaux et de fourrages au 1er décembre. Compte tenu de l’ampleur du phénomène, les pertes doivent être indemnisées à hauteur de 40 % au lieu de 30 %. La mise en place d’un Fac sera utile pour permettre la prise en charge d’intérêts et libérer de la trésorerie pour l’achat de fourrages. La FDSEA et le JA demandent une enveloppe permettant de prendre en charge les cotisations MSA, pour les exploitants qui ne seront pas en mesure de les régler. L’accompagnement financier des collectivités locales doit être facilité dans cette période de turbulences.

Des solutions contre le gibier
L’explosion des dégâts de gibier a été rappelée lors de cette rencontre, ainsi que les inquiétudes sanitaires vis-à-vis de la tuberculose bovine et de la peste porcine africaine liées aux surpopulations de sangliers. Plusieurs demandes ont été formulées pour y remédier. Parmi celles-ci, les ré-attributions de bracelets doivent être automatiques et gratuites pour le reste de l’année et les restrictions d’agrainage mieux contrôlées. Le sanglier devra aussi sortir du plan de chasse pour la saison 2019-2020. «Cette rencontre a permis au préfet de prendre conscience de l’ampleur de ces dégâts. Toute une série de propositions lui a été rendue», indiquent Fabrice Faivre et Antoine Carré, présidents de la FDSEA et des JA, pour qui les populations de sangliers ne sont «aucunement maîtrisées» : «d’importantes décisions doivent être prises sur le plan préfectoral. Il n’est plus possible de continuer ainsi. C’est la double peine pour les exploitants qui rencontrent déjà bien des soucis dans leurs fermes».

Autres dossiers
La FDSEA, les JA ont abordé bien d’autres sujets lors de ce rendez-vous, comme le projet du parc national des forêts de Champagne-Bourgogne (voir encadré) et la recrudescence des vols dans les exploitations : «face à cette situation et compte tenu de l’isolement de certaines exploitations, il est indispensable de renforcer, comme ça a été le cas ces dernières semaines, les relations entre la gendarmerie et les agriculteurs et la présence de la gendarmerie sur le terrain». La profession a également dénoncé les actions des faucheurs volontaires qui mettent à mal la recherche indispensable pour accompagner l’évolution de l’agriculture et celle des antispécistes, «qui se multiplient en France. Nous soutenons les éleveurs, les bouchers et l’ensemble de la filière animale et nous demandons la plus grande fermeté contre ces actions de vandalisme, mais aussi contre toute propagande néfaste à l’agriculture».

Aurélien Genest

porte ouverte vanlay
photo article

Foire gastronomique - De la ferme à l’assiette

[En ligne le 15-11-2018]

photo article

Foire gastronomique - Vive l’agriculture !

[En ligne le 08-11-2018]

photo article

Charolais - Le rendez-vous de l’excellence

[En ligne le 08-11-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1502

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux