Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 18-10-2018]

Cuma

Paillage bois: une solution alternative face à la sécheresse

photo article
Malgré l’aspect sale, il n’est pas nécessaire de changer la litière si les animaux sont propres.
photo article
10 cm d’épaisseur sont suffisants la première fois.
Face à l’absence de précipitations depuis le début de l’été et le manque de paille qui se fait sentir, des solutions alternatives existent comme le paillage de la stabulation avec des copeaux de bois. Explication avec la Fédération régionale Cuma Bourgogne Franche-Comté et l’expérience de la Cuma Terr’Eau
Face à l’absence de précipitations depuis le début de l’été et le manque de paille qui se fait sentir, des solutions alternatives existent comme le paillage de la stabulation avec des copeaux de bois. Explication avec la Fédération régionale Cuma Bourgogne Franche-Comté et l’expérience de la Cuma Terr’Eau

C’est une solution qui pourrait bien se généraliser. Réaliser une litière à partir de copeaux de bois n’est pas encore véritablement rentré dans les mœurs des éleveurs. Pourtant, la sécheresse qui frappe le département contraint à certaines adaptations des pratiques. La Cuma Terr’Eau est dans cette logique et propose une solution alternative. Pour le président Hervé Mouron, «la litière au paillage bois fait moins de poussière et chauffe beaucoup moins que celle avec la paille mais il faut avant tout passer le seuil psychologique, si les copeaux sont sales mais que les vaches sont propres, il n’est pas nécessaire de changer la litière». Selon lui 95 % des éleveurs qui se lancent de ce type de paillage sont satisfaits. Pour la première utilisation 10 cm de copeaux sont nécessaires. Au bout de 3 semaines environ, vous pouvez pailler normalement tout en laissant les copeaux dessus, qui continueront à jouer un rôle drainant de la litière. Il est préconisé d’utiliser des bois verts car ils ont un meilleur pouvoir chauffant. Par ailleurs, comptez trois mois de séchage à partir du déchiquetage du bois afin d’avoir des plaquettes de bois de qualités. Côté agriculteur, deux bennes sont nécessaires le jour du chantier. «Pour la découpe, il faut éviter de couper en-dessous de 15 cm, l’idéal c’est 25 de diamètre» prévient Hervé Mouron.
La Cuma Terr’Eau s’occupe du déchiquetage du bois. En revanche, la coupe de bois est assurée par la Cuma Hydraulique du Cher ou la Cuma Compost 71.

Pour quel tarif ?
Pour bien comprendre les tarifs, la Cuma s’exprime en Map (mètre cube apparent plaquettes). Sachez que 1,3 Map équivaut à 1 stère de bois. On estime à environ 45 euros pour 1 Map.

Les prix à l’heure sont dégressifs en fonction du nombre de MAP déchiqueté. Ainsi de 0 à 100 MAP comptez 500 euros de l’heure. Entre 100 et 300 MAP c’est 450 euros de l’heure. Entre 300 et 800 Map c’est 400 euros de l’heure. Enfin plus de 800 MAP, 350 €/heure.
En ce qui concerne l’abattage, comptez 130 euros pour une heure.

Une solution plébiscitée par les éleveurs
Nicolas Cottin est éleveur à Limanton. Il utilise pour la deuxième fois ce type de paillage. «J’en applique une sous-couche à la rentrée des animaux au départ pour des animaux jeunes. Je trouve que le pouvoir drainant est intéressant et c’est plus sain en surface». Il apporte également un comparatif avec la paille. «Lorsque j’applique ma litière bois, je suis tranquille pour trois semaines. Alors qu’avec de la paille, il faut changer tous les jours» précise Nicolas Cottin. À l’avenir, il envisage de faire pousser des haies pour renouveler l’opération. «Cela me paraît la meilleure solution face au manque de paille».

Même son de cloche de la part de William Taillon, éleveur au Gaec d’Azy. Il a construit en 2017 un bâtiment photovoltaïque dans lequel il peut appliquer environ 220 m2. «Je viens de terminer une année complète avec la plaquette de bois. J’ai eu un peu de pertes car j’en avais trop mis pour faire ma sous-couche. Mais désormais, je vais faire une litière bois tous les ans car je ne suis pas autonome en paille. Beaucoup d’éleveurs sont réticents mais je trouve dommage de ne pas valoriser le bois lorsqu’on a la ressource à proximité» estime-t-il. William Taillon a utilisé différentes essences de bois comme du hêtre, du bois blanc, de l’érable et du charme. «Le mieux c’est quand même le bois blanc, car une fois coupé il n’est pas humide» souligne-t-il.

Si vous aussi vous êtes intéressés par ce type de litière bois, contacter la FRCuma à Nevers au 03 86 93 40 29.

Théophile Mercier

porte ouverte vanlay
photo article

Élevage - Quelles opportunités pour l’export français ?

[En ligne le 15-11-2018]

photo article

Fête de l’élevage de Cercy-la-Tour - La fête a été totale

[En ligne le 08-11-2018]

photo article

Transformation - De la vache aux yaourts

[En ligne le 08-11-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1502

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux