Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 18-10-2018]

Voyage pédagogique

Un retour d’expérience intéressant

photo article
Le couloir amenant à l’abreuvoir via la plateforme de pesée
photo article
Adrien Benoist (chemise verte) avec Don Menzies son maître de stage à sa gauche et Nick Corbet, l’éleveur.
Adrien Benoist est un étudiant nivernais en troisième année à l’École Nationale Vétérinaire de Toulouse. Pour son cursus, il vient d’effectuer un voyage pédagogique dans le Queensland, dans le nord-est de l’Australie. Retour sur ces 11 semaines de stages.
Adrien Benoist, 24 ans est un fils d’éleveur de charolais à Alluy. Du 18 juin au 31 août dernier il s’est rendu dans Queensland en Australie. «Un territoire grand comme trois fois la France» estime l’étudiant. Ce stage de 11 semaines s’inscrit dans le cadre de la mobilité internationale essentielle pour l’obtention du diplôme de fin d’étude de Docteur Vétérinaire. Le projet de recherche avait pour thème «Utilisation de la technologie Walk-over-Weighing pour déterminer rétrospectivement le poids de naissance dans les élevages allaitants extensifs australiens». «C’est un outil fabriqué en Nouvelle-Zélande qui permet un pesage de précision, qui s’intègre parfaitement dans l’élevage numérique et de précision» explique l’étudiant. L’outil Walk-over-Weighing (WoW) nécessite pour son fonctionnement une plateforme de pesée, un lecteur de puces électroniques auriculaires, une batterie alimentée par un panneau solaire et un boîtier télémétrique. «Les veaux sont identifiés à partir de 6 mois en même temps que le marquage au fer rouge (branding)» précise-t-il. «Cette balance est posée dans les parcelles à côté de l’abreuvoir (encerclé d’une clôture) et c’est le veau qui se dirige tout seul vers la plateforme de pesée WoW en suivant sa mère et ses congénères habituées à ce passage obligatoire pour s’abreuver. En moyenne, un veau va sur la balance au bout du 40ème jour après la naissance pour les plus jeunes et 120 jours pour les plus vieux». Ces données récoltées servent ensuite à faire un suivi des poids des animaux très précis et quasi quotidien. Cet outil est et sera encore très utilisé pour améliorer les index génétiques, notamment en Australie. Enfin, il est également utilisé dans les élevages ovins australiens et néo-zélandais. Une étude sur un troupeau ovin Lacaune, non loin de Roquefort-sur-Soulzon, sortira prochainement dans la presse scientifique agricole.

Un transfert possible vers la France
Fort de ces recherches Adrien Benoist estime que cette technique de pesage est transposable possiblement en France. «Oui elle pourrait, demain, permettre à l’éleveur de suivre la courbe de croissance de ses génisses afin d’optimiser les réussites à la mise à la reproduction».
«Autre intérêt d’autant plus sûr et certain de son efficacité, si un éleveur nivernais veut aller au marché au cadran vendre son bétail, il peut savoir plus rapidement si sa bête est prête à la vente ou s’il faut encore lui donner des concentrés afin de s’adapter au choix de poids de vente ou au marché pour les broutards par exemple».
Ce futur vétérinaire a également été surpris par la taille des exploitations australiennes. «En moyenne, elles font 60 000 ha (pour l’élevage extensif du bœuf australien), soit 1/12 de la Nièvre, la plus petite fait 500 ha mais elles peuvent monter jusqu’à 2 millions d’ha». Sur place, Adrien Benoist était dans la capitale du bœuf australien, Rockhampton, «Idéal pour manger de la bonne viande. J’ai pu m’intéresser à l’ensemble de la filière du pré jusqu’à l’assiette. J’ai pu aussi déguster des vaches qui ont servi à la recherche. Mon maître de stage, Don Menzies, étant diplômé en science agricole et membre du jury pour la qualité de la viande, c’était intéressant de discuter sur la qualité organoleptique des viandes bovines du Queensland».
Désormais ces travaux scientifiques vont faire l’objet d’une publication dans un journal scientifique intitulé Animal Production Science. Il aimerait à terme s’installer en milieu rural, plutôt système laitier AOP.

Théophile Mercier

foire aux pieces d usure
photo article

Élevage - Quelles opportunités pour l’export français ?

[En ligne le 15-11-2018]

photo article

Fête de l’élevage de Cercy-la-Tour - La fête a été totale

[En ligne le 08-11-2018]

photo article

Transformation - De la vache aux yaourts

[En ligne le 08-11-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1502

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux