Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 18-10-2018]

Interview d’Etienne Gangneron, vice-président de la FNSEA

Paiements Pac : des retards inacceptables

photo article
( Crédit photo : Agence Bio )
La FNSEA dénonce des retards de paiements inacceptables : «à ce jour, seuls un tiers des aides à l’agriculture biologique ont été versées pour la campagne 2016 !», rappelle Étienne Gangneron, vice-président de la FNSEA.
- De quelle manière les agriculteurs bios sont-ils impactés par les retards de paiement PAC ?
Étienne Gangneron : «Les agriculteurs bios souffrent particulièrement des retards de paiement PAC. À ce jour, seuls 50 % des soutiens aux Maec et un tiers des aides à l’agriculture biologique ont été versées pour la campagne 2016, ce qui place les exploitations en conversion dans de grandes difficultés.
Certains doivent se tourner vers leur banque afin de combler le manque de trésorerie, parfois pour éviter la cessation de paiements. Ces dossiers sont pourtant déposés depuis plus de 880 jours… Les retards constatés sont tout simplement inacceptables ! La FNSEA continue d’agir pour que des solutions soient trouvées le plus rapidement possible. Ces retards s’accumulent à des promesses non tenues sur le montant des aides bio».

- Quelle est la position de la FNSEA sur le sujet ?
E.G. : «Chacun doit prendre ses responsabilités. S’il convient de donner la priorité à la conversion dans un contexte d’épuisement des enveloppes consacrées au bio, nous tenons à rappeler les régions à leurs engagements ! En tant que gestionnaires des aides du second pilier de la Pac, c’est à elles de trouver des solutions pour accompagner les agriculteurs bios à la hauteur des montants promis. Celles-ci doivent assumer pleinement leurs responsabilités et davantage accompagner le développement de l’agriculture biologique, en lien avec les Agences de l’eau».

- Quelles sont les autres actions menées par la FNSEA sur les aides à l’agriculture biologique, et notamment sur le volet «crédit d’impôt bio» ?
E.G. : «Nous sommes attachés à la FNSEA aux différents outils de soutien qui sont aujourd’hui à disposition des agriculteurs biologiques. En réponse à nos demandes, le crédit d’impôt bio a été prolongé jusqu’à 2020, et son montant a été porté à 3 500 €, contre 2 500 € auparavant.
Cette mesure doit permettre à un certain nombre de producteurs bio de bénéficier d’un soutien supplémentaire, dans le contexte d’épuisement des crédits bio que l’on connaît.
Nous portons également une demande d’avance au crédit d’impôt bio dans le projet de loi de finances pour 2019. Dans le cadre du prélèvement à la source, les particuliers vont en effet être bénéficiaires en janvier 2019 d’une avance de 60 % de leurs crédits d’impôt.
Dans le projet de loi les agriculteurs bios ne sont malheureusement pas concernés par cette mesure… La FNSEA porte actuellement un amendement pour intégrer le crédit d’impôt bio à ce dispositif. Les parlementaires semblaient jusqu’à présent sensibles à notre demande, toutefois nous resterons vigilants jusqu’au vote final du projet de loi, afin de défendre les intérêts de nos adhérents bios».
foire aux pieces d usure
photo article

Élevage - À saisir… une opportunité “sciure” comme alternative à la paille

[En ligne le 15-11-2018]

photo article

Sécheresse en Bourgogne Franche-Comté - Des mesures exceptionnelles mises en œuvre par l’État en faveur des agriculteurs

[En ligne le 08-11-2018]

photo article

Pépinières viticoles - L’origine France, marqueur de qualités

[En ligne le 08-11-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1502

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux