Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 04-10-2018]

Vendanges 2018

Zoom sur les vendanges du coteau de Tannay

photo article
Gérald Demuth et son fils Julien dans les vignes à Asnois.
photo article
Faustine Genest de la SCEA de Sermentole, au moment du pressage du vin rouge.
C’est au petit matin que Gérald Demuth nous avait donné rendez-vous pour le début de ses vendanges dans une parcelle située à Asnois.
C’est qu’il n’y avait pas une minute à perdre pour ce viticulteur à la tête d’un vignoble de 8 ha. Une récolte qui est entièrement mécanique « pour gagner du temps et de la fiabilité au moment des vendanges. Car il faut savoir qu’une machine fait le travail que pourraient faire environ 25 personnes à l’hectare en une journée ». L’encépagement de la SCEA de Sermentole est fait de melon de Bourgogne et de chardonnay en blanc et de pinot noir pour le rouge. L’année prochaine, l’exploitant prévoit de produire du pinot gris en vin rouge. Pour le moment seul du pinot gris en rosé est proposé à la clientèle. En plus de cette production, l’entreprise propose du ratafia, (un mélange de marc de bourgogne et de jus de raisin) mais aussi une méthode traditionnelle de vin mousseux.

« Pour ces vendanges 2018, nous espérons produire 400 hectolitres soit environ 53 000 bouteilles » nous dit Faustine Genest, la compagne de Gérald Demuth. « Cette année, les raisins sont plus petits et la pellicule plus épaisse. C’est un raisin qui est très sucré et plus concentré et qui avoisine les 14 degrés contre 12 à 12,5 habituellement » nous dit encore Faustine Genest. En moyenne l’entreprise produit 500 hectolitres ce qui équivaut à 30 000 bouteilles. Cette récolte 2018 va pouvoir donner de l’air à l’entreprise touchée à 50 % par la grêle en 2017 et à 90 % en 2016. « Entre 2016 et 2017, nous avions pu faire face aux mauvaises conditions climatiques car nous avions un an de stock. Mais il faut 6 bonnes vendanges pour constituer 1 an de stock » estime Faustine Genest. Des bouteilles qui sont ensuite vendues en supermarché, dans les bars et restaurants. « À terme, nous envisageons d’exporter notre production en Hollande où la demande est importante » espère-t-elle.
porte ouverte genevrieres
photo article

Syndicalisme - Christiane Lambert à la rencontre des adhérents

[En ligne le 13-12-2018]

photo article

Dégâts de gibiers - La fronde est à son maximum

[En ligne le 06-12-2018]

photo article

Dégâts de sangliers - Du mieux pour accentuer la pression de chasse

[En ligne le 06-12-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1506

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux