Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 04-10-2018]

Pratiques alternatives

L’élevage autrement

photo article
La jeune femme se déplace dans un rayon de 40 km autour de chez elle pour tenter de résoudre tout problème physique ou émotionnel.
Sandrine Vincenot, à Rouvres-en-Plaine, propose une approche différente de l’élevage. Ses séances de kinésiologie et de Reiki améliorent le bien-être des animaux et même celui de leurs propriétaires.
Les formations suivies à la Chambre d’agriculture de Côte-d’Or ont été un déclic pour Sandrine Vincenot, compagne de Cyril Pautet, agriculteur sur une ferme de polyculture-élevage près de Genlis. «Il y a trois ans, sous le statut de conjointe-collaboratrice, j’ai commencé de me former pour gagner en autonomie dans notre élevage comptant 45 vaches charolaises. Je souhaitais devenir plus performante dans mon travail et dans le soin apporté aux animaux», indique la Côte-d’orienne de 37 ans. De nombreuses thématiques ont été abordées lors de ses sorties comme l’homéopathie, les médecines manuelles, la phytothérapie, l’aromathérapie ou encore l’acuponcture. Séduite par cet enseignement, Sandrine Vincenot a enchaîné avec des formations dédiées au magnétisme, au Reiki et à la kinésiologie, avec la Chambre d’agriculture et d’autres organismes.

Des résultats spectaculaires
L’application de ces pratiques alternatives a rencontré un franc succès à l’EARL de la Liotte. «Ces méthodes ont totalement changé notre façon de faire. Je tiens à remercier la Chambre d’agriculture de m’avoir fait découvrir toutes ces disciplines que je ne connaissais pas ou très peu», souligne Sandrine Vincenot. L’utilisation de produits chimiques, à titre d’exemple, a baissé de moitié dans l’élevage à Rouvres-en-Plaine, réduisant au passage les dépenses et l’antibiorésistance. «Dorénavant, nous considérons davantage les animaux et obtenons de meilleurs résultats dans tous les domaines», poursuit la conjointe-collaboratrice, «certains produits restent néanmoins très utiles, et nous ne nous interdisons pas leur utilisation en cas de besoin. Il y a peu, une de nos juments s’est fait mal en rentrant dans des barbelés : nous étions bien contents d’utiliser des produits antibiotiques pour la soigner». Plus que satisfaits de leurs nouvelles méthodes de travail, Cyril Pautet et Sandrine Vincenot continuent de travailler avec les vétérinaires : «nous avons encore recours à leurs services pour pallier des problèmes pour lesquels nous n’avons pas de solutions. Les vétérinaires sont en accord avec ces pratiques alternatives et nous soutiennent dans notre démarche, c’est fort appréciable. Ces méthodes s’apparentent à un complément de ce qu’il se fait plus habituellement en élevage. La kinésiologie, par exemple, ne peut en aucun cas dispenser la rencontre avec un vétérinaire ni même un médecin. Il ne faut surtout pas suspendre des traitements en cours».

Cap sur la kinésio
Sandrine Vincenot se spécialise de plus en plus en kinésiologie, une discipline qui étudie les mouvements et postures du corps, d’un point de vue biomécanique, articulaire et musculaire : «celle-ci englobe presque toutes les pratiques préalablement citées. Elle permet d’enlever des stress émotionnels ancrés dans les mémoires cellulaires, aussi bien chez les animaux que chez les humains. En pratique, un test musculaire permet de localiser puis de traiter ce stress». Sandrine Vincenot pratique, en moyenne, une vingtaine de séances de kinésiologie et de Reiki, chaque mois depuis presque un an. Une tarification libre est appliquée. En parallèle, la Côte-d’orienne se forme auprès d’une kinésiologue expérimentée en Charente-Maritime, le but étant de devenir elle-même consultante voire formatrice d’ici quelque temps. En attendant, de nombreux services sont déjà apportés aux personnes qui la contactent. Les exemples ne manquent pas avec des soins apportés à des animaux stressés, souffrant de maux de tête, de tendinites ou ayant des problèmes alimentaires ou de reproduction. Les soins apportés aux éleveurs eux-mêmes obtiennent également de bons résultats «Un éleveur pas bien dans sa tête va transmettre son stress aux animaux. Chez nous, l’évolution des vaches a été spectaculaire depuis trois ans, les animaux sont beaucoup plus calmes», ajoute Sandrine Vincenot. Contact : 06 98 49 13 40 ou lelevageautrement@gmail.com

Aurélien Genest

Pierre Kons
photo article

Action syndicale - Ils disent stop

[En ligne le 13-12-2018]

photo article

Mobilisation syndicale - «L’agri-bashing, ça suffit»

[En ligne le 06-12-2018]

photo article

Productions végétales - L’APPV 21 à l’écoute du projet R2D2

[En ligne le 06-12-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1506

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux