Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 04-10-2018]

Main-d’œuvre

L’emploi partagé une solution pour votre exploitation

photo article
Laurent Gay-Perret, à droite, et son jeune salarié Benoît Dessertenne.
Les FDSEA et les organisations agricoles encouragent depuis plusieurs années la mise en place des groupements d’employeurs départementaux pour apporter une réponse opérationnelle aux problèmes de main-d’œuvre sur les exploitations agricoles. À la demande des responsables emploi de chaque département et des présidents des groupements d’employeurs départementaux, la Région Bourgogne Franche-Comté a décidé de soutenir leur développement.
Concrètement, la Région a accordé une aide à la fédération régionale ainsi qu’aux groupements membres pour augmenter leurs activités. Il s’agit d’être présent sur tous les territoires de la région et de répondre aux attentes des exploitants intéressés par ce service.
Ce projet de développement fait l’objet d’une convention signée pour un an, renouvelable deux fois. La fédération a pour mission principale d’accompagner le développement des groupements, en mutualisant les savoir-faire, les procédures et les moyens et en facilitant ainsi les échanges de pratiques améliorant la qualité des services. Pour cela, elle coordonnera les groupements d’employeurs en particulier grâce à la communication qui sera faite, donnant ainsi plus de visibilité aux groupements.

Le groupement facilite la vie des employeurs
Rappelons qu’un groupement d’employeurs agricole et rural a pour objectif de répondre de manière efficace à des besoins structurels de main-d’œuvre sur les exploitations. La dimension d’un groupement est très variable d’un groupement à l’autre. Il peut aussi bien comporter une dizaine de membres comme plusieurs centaines. L’idée de cette structure est d’apporter une réponse souple et adaptée à des entreprises de petite taille, des micro-entreprises ou encore des TPE situées en zone rurale.
Le principal avantage du groupement est qu’il offre de la sécurité à la fois pour les salariés et pour les entreprises adhérentes. En effet, le salarié est salarié du groupement et c’est donc ce dernier qui va s’occuper des formalités administratives, notamment s’agissant du contrat de travail et des bulletins de paie. Quant au salarié, il n’aura qu’un seul employeur et pourra bénéficier d’un temps plein grâce aux besoins des différents employeurs membres. Enfin, en lissant, par le volume d’activité, les aléas engendrés par le départ d’un adhérent ou d’un salarié, il permet aux entreprises de s’adapter rapidement aux nombreux aléas liés à l’activité agricole.
Les nombreux intérêts du groupement d’employeurs font que l’emploi partagé ne cesse de se développer ces dernières années, en particulier dans le milieu agricole, où il constitue une vraie réponse aux besoins d’emplois en zone rurale.
Notre région Bourgogne Franche-Comté compte d’ailleurs un groupement d’employeurs agricole et rural dans chacun de ses départements, le Territoire de Belfort étant groupé avec la Haute-Saône.

Groupement d’employeurs
«L’esprit plus tranquille»
Soixante-cinq exploitations agricoles font aujourd’hui appel au groupement d’employeurs Agri Ressources 21. L’une d’elles fait part de sa pleine satisfaction.
Laurent Gay-Perret, exploitant en polyculture-élevage allaitant à Arnay-le-Duc, accueille un jeune salarié sur son exploitation depuis novembre dernier : «La main-d’œuvre a considérablement baissé au sein de ma ferme depuis le départ en retraite de mon père il y a près de dix ans et celui de mon oncle l’an passé. Avec 130 vêlages, il n’était plus possible de continuer seul. J’avais un choix à faire rapidement : diminuer le travail en conséquence ou bien trouver quelqu’un». Un problème récurrent au dos a fait pencher l’éleveur arnétois vers la seconde option : «grâce au bouche-à-oreille, j’ai entendu parler du groupement d’employeurs de Côte-d’Or. J’ai étudié la question avec Jean-Louis Bouley, agriculteur à Magnien, qui était également intéressé». Les deux agriculteurs se sont rapprochés d’AgriRessources 21. «Une grande phase de réflexion s’est instaurée pour moi, car la démarche n’était pas négligeable sur le plan financier», poursuit Laurent Gay-Perret, «le groupement nous a finalement proposé cinq candidats qui pouvaient convenir aux postes recherchés. Nous avons opté pour un jeune de 19 ans, originaire d’Étang-sur-Arroux. La période d’essai de deux fois deux mois a été concluante, le jeune Benoît travaille désormais le lundi chez Jean-Louis, et le reste de la semaine chez moi. Son poste est très polyvalent, il réalise de nombreux travaux en tracteur, soigne les bêtes, sa présence est très appréciable durant les vêlages. Le bilan est très positif depuis près d’un an. Sur le plan administratif, c’est très important : je n’ai strictement rien à faire. Ces quatre jours de travail hebdomadaires me coûtent 15,89 euros de l’heure. Si la situation économique de la ferme ne permet plus cette dépense à l’avenir, le temps de travail du salarié partagé pourra être allégé. Ce point est capital et m’évite de me poser trop de questions. La démarche est la même si je ne souhaite plus faire appel à ses compétences d’ici deux ou trois ans. Un préavis de trois mois devra être respecté, il n’y aura pas de licenciement ni d’autres sommes à régler. J’ai donc l’esprit tranquille de ce côté-là». Pour tout renseignement sur le groupement d’employeurs Agri Ressources 21, contacter Céline Flückiger (1 rue des Coulots 21 110 Bretenière, 03 80 68 67 68 ou geagricoles21@gmail.com)

votre publicité
photo article

Gouvernement - Didier Guillaume, un «spécialiste» à l’Agriculture

[En ligne le 18-10-2018]

photo article

Visite ministérielle au Sommet de l’élevage - Pas de plan Orsec pour l’élevage à sec

[En ligne le 11-10-2018]

photo article

Viande bovine - Interbev remet le couvert

[En ligne le 11-10-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1498

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux