Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 26-09-2018]

Diversification

À la découverte du maraîchage

photo article
Raphaël Revenu derrière son étal lors de cette après-midi portes ouvertes à l’espace test.
photo article
Jean-Marie Lambert lors de la visite de l’exploitation.
photo article
Les maraîchers bénéficient d’un terrain municipal de 3 ha.
Une après-midi portes ouvertes était organisée le mardi 18 septembre à l’Espace Test dans le quartier de la Baratte à Nevers. L’occasion de découvrir les deux nouveaux maraîchers.
Promouvoir le circuit court et l’agriculture biologique, c’est l’objectif du «Potager d’ici» à l’Espace Test dans le quartier de la Baratte à Nevers. Ce terrain de 3 ha appartenant à la Mairie de Nevers permet aux maraîchers bios de se lancer durant trois ans avant d’envisager une installation.
Ce système a déjà permis à Guillaume Debeer de bénéficier de ce coup de pouce. Le matériel lui est apporté par le Conseil départemental et les conseils sur la conduite de l’entreprise sont délivrés par le service Diversification de la Chambre d’agriculture.
C’est dans l’optique d’une promotion de ce système qu’un marché de producteurs locaux a eu lieu le mardi 18 septembre. Il a permis au public de découvrir les deux nouveaux maraîchers de l’Espace Test : Jean-Marie Lambert et Raphaël Revenu. Pour les deux hommes ce principe leur permet «de se faire la main tranquillement et de mettre du concret sur le projet. Ainsi, on peut voir pendant les trois années de test si notre projet est économiquement viable».
Entre 100 000 et 150 000 euros d’investissement ont été nécessaires pour démarrer leur activité. «Une production qui va du classique aux haricots violets mais aussi plusieurs variétés de salades comme la reine des glaces et les patates rouges» explique Jean-Marie Lambert. Du point de vue du débouché, la production est écoulée dans les restaurants, les magasins de producteurs, les marchés et la vente directe.
Prochainement l’objectif est de mécaniser l’activité «car le plus gros se fait à la main» nous disent-ils. Dans un an, les deux hommes envisagent également d’embaucher une nouvelle personne.

Une après-midi pédagogique
En marge de ce marché, des visites de l’Espace Test ont été proposées aux visiteurs. Comment entrer dans l’agriculture biologique ? Comment sont récoltées les cultures ? Quel type de traitement appliquez-vous ? Telles sont les questions soulevées par le public présent.
Des interrogations auxquelles Jean-Marie Lambert, en charge de la visite, n’a pas manqué de répondre sans détour. Des échanges instructifs qui ont permis à tous de repartir un plus rassuré sur la vision qu’ils se font du bio. C’est le cas d’Émilie Traullé, une étudiante en école d’infirmière venue découvrir cette espace test. «Je trouve cela intéressant de pouvoir échanger directement avec les producteurs. Car on entend parfois tout et son contraire sur cette filière».

Théophile Mercier

porte ouverte genevrieres
photo article

Dégâts de gibiers - La fronde est à son maximum

[En ligne le 06-12-2018]

photo article

FDSEA - Du sanglier au menu du sous-préfet de Cosnes-sur-Loire

[En ligne le 29-11-2018]

photo article

Chambre d’agriculture - Dernière session pour éric Bertrand

[En ligne le 29-11-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1505

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux