Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 06-09-2018]

Syndicalisme

La FDSEA fait sa rentrée

photo article
Les dégâts de gibiers sont l’un des dossiers les plus importants de cette rentrée pour la FDSEA.
C’est la rentrée pour le réseau de la FDSEA 58. Dégâts de gibiers, sécheresses, SIE et Fête des Moissons, les sujets ne manquent pas pour le syndicat ni pour son président Stéphane Aurousseau qui a déjà en tête les élections à la Chambre d’agriculture. Tour d’horizon des sujets politiques du moment.
Il a remis l’ouvrage sur le métier. Après quelques jours de coupures, le président de la FDSEA 58, Stéphane Aurousseau est de retour sur le terrain pour une rentrée qui s’annonce déjà chargée. Les élections à la Chambre d’Agriculture prévue en janvier prochain vont être le fil rouge des chantiers du réseau. « Je veux que l’on se focalise sur cet enjeu » a prévenu d’entrée Stéphane Aurousseau. Pour cette échéance, le président se dit confiant. « Je pense légitimement que l’on n’a pas démérité. Je suis confiant sur la capacité des agriculteurs à reconnaître le travail qui a été effectué depuis six ans. Car cette élection ne va pas se jouer sur les quatre derniers mois, mais bien sûr l’ensemble du mandat » estime-t-il. Au-delà, de cette échéance électorale ce sont les enjeux de société qui sont à prévoir et à anticiper. « Nous avons des sujets, comme celui du glyphosate, qui ne se posaient pas avant. C’est pour cette raison que nous devons être capables de détecter les signaux faibles » estime-t-il.

« Ce n’est pas une année exceptionnelle »
Autre sujet sur la table, c’est évidemment la sécheresse et avec elle la problématique des SIE.
« Il faut reconnaître une certaine souplesse de la part de l’administration. Des dérogations pour le semis des cultures dérobées ont été obtenues et d’autres sont encore en cours. Mais nous restons bien évidemment vigilants quant aux éventuelles sanctions. Nous réfléchissons également sur l’établissement des dossiers pour les calamités ». Pour contrer tous ces désagréments, Stéphane Aurousseau avance quelques solutions. « Je pense dans un premier temps qu’il faut diversifier ses productions pour ne pas être trop dépendant par exemple de la paille. Ces changements s’accompagnent aussi sûrement d’un renforcement de notre système fourragé. Enfin, au vu de cet été, il devient primordial de récolter du fourrage de précaution. En tous les cas à la FDSEA, nous sommes prêts à accompagner nos adhérents et l’ensemble des agriculteurs vers ces changements en leur donnant des solutions pour mieux s’adapter ».

« La chasse loisir n’a pas d’avenir »
C’est l’un des sujets potentiellement conflictuel qui continue à animer les débats : les dégâts de gibiers. « L’été a été compliqué. Les dégâts dans les cultures sont nombreux et la Fédération départementale des chasseurs ne joue pas le jeu et je le regrette. Pourtant, ce n’est dans l’intérêt de personnes que cette situation s’envenime. Nous avons le sentiment que la chasse loisir se développe. Or cette pratique n’a pas d’avenir sur nos territoires. Pour moi, c’est un service public qui doit être assuré correctement. Il est faux de penser qu’il faut développer le gibier pour développer la chasse, il faut plutôt penser que l’intérêt de la chasse est de mieux s’intégrer dans le territoire. Car le risque c’est de voir arriver avec cette chasse loisir, des organismes capables d’indemniser les dégâts. Mais avec cette logique, c’est tout le système d’indemnisation qui risque de s’essouffler, on risque la fuite en avant. Enfin, concernant les CTL, je reconnais que nous n’y sommes pas assez présents. Néanmoins, nous avons progressé depuis trois ans sur ce sujet, mais on touche là, le problème de l’engagement bénévole. Et sur ce sujet, nous ne pouvons pas faire grand-chose. Pour conclure sur ce sujet, il faut que la Fédération des chasseurs ait en tête que si rien ne bouge, nous envisageons des actions d’envergure ».

« Agri Demain est un succès dans le département »
Pour terminer sur une note plus légère, Stéphane Aurousseau a souhaité revenir sur la fête des moissons dans le département. « Même si cet évènement n’est pas encore terminé, on peut d’ores et déjà en tirer un premier bilan. Une cinquantaine de rendez-vous sont organisés par Agri Demain dans le cadre de cette fête des moissons. Parmi eux, sept manifestations ont été programmées dans la Nièvre, ce qui fait de notre département, un département moteur. Mais n’oublions pas qu’Agri Demain c’est un réseau qui est présent tout au long de l’année dans un seul objectif : promouvoir et valoriser notre métier d’agriculteur. Et le réseau de la FDSEA est bien sûr à leurs côtés en « back-office » pour accompagner ce mouvement. Au-delà de cette fête des moissons, il y a l’idée que les réseaux sociaux et internet sont désormais des outils indispensables pour l’avenir de nos métiers. Car c’est à nous d’impulser une dynamique, de créer des événements et de les faire savoir au grand public à travers ces outils. Il est indispensable de prendre en main notre communication pour contrer les messages stigmatisants des médias nationaux. Ces derniers puisent d’ailleurs leurs idées de sujets à travers Facebook, Instagram… Certes nous ne pouvons pas être présents partout, mais faisons en sorte de maîtriser le message. C’est indispensable pour des dirigeants comme nous ».

Théophile Mercier

votre publicité
photo article

Cuma - Paillage bois: une solution alternative face à la sécheresse

[En ligne le 18-10-2018]

Semis d’automne - «On va vivre une sacrée campagne»

[En ligne le 11-10-2018]

photo article

Bio Bourgogne - Le bilan 2018 de la moisson en bio est désormais connu

[En ligne le 11-10-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1498

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux