Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 30-08-2018]

Agrotourisme

Hébergement à la ferme : une solution de diversification ?

photo article
Iris Charrault devant sa maison à Saint-Amand-en-Puisaye.
photo article
Sylvie Noir devant le Gîte des Plançons
C’est une tendance qui semble se confirmer dans le département : l’hébergement en gîtes est en augmentation. Le secteur agricole peut-il bénéficier de cet effet d’aubaine ? Exemple avec deux exploitations agricoles qui ont fait le choix de se lancer dans l’agrotourisme.
Iris Charrault, s’est lancée avec Nicolas son mari dans l’hébergement de touristes à la ferme. Tout a commencé fin 2016 lorsque le couple a souhaité acquérir une ferme à Saint-Amand-en-Puisaye. «Mon mari était déjà éleveur auparavant. Lorsque nous avons voulu nous installer ensemble, nous avons créé le Gaec du Vieux Charmes avec 100 ha de céréales et 130 de prairies pour le cheptel. Dans le projet de rachat, il y avait bien sur les bêtes mais surtout les deux maisons. Nous en avons gardé une dans laquelle nous vivons actuellement et nous avons souhaité nous lancer dans l’hébergement dans le but d’autofinancer la deuxième maison» explique la jeune femme. Actuellement, le couple élève environ 200 bovins charolais qu’ils valorisent ensuite par la vente directe et par la transformation en terrine à destination des particuliers mais aussi des collectivités locales via les cantines scolaires.
Il aura fallu deux ans de procédure administrative pour mener à bien ce projet. «C’est relativement long mais il ne faut pas se décourager» estime Iris Charrault. Pour s’installer, elle a pu bénéficier des conseils du réseau Gîtes de France qui facilite l’étude économique du projet. Son gîte de 100 m2 est disponible pour de 6 personnes est classé par ce réseau en trois épis. Parmi les nombreux points inscrits dans son cahier des charges, elle a souhaité mettre l’accent sur le confort de la literie. «Je cherche en permanence à ce que chaque client se sente comme à la maison. J’essaie également d’être toujours disponible» nous dit-elle.

Un rôle d’éducation
Dans sa clientèle, beaucoup de Français qui viennent de 400 km à la ronde. Des clients qui semblent assez curieux du travail à la ferme. «Avec mon mari, nous avons beaucoup de questions sur l’élevage. Il faut souvent faire preuve de pédagogie» nous explique Iris.
Malgré son manque de recul dans le domaine de l’hébergement, elle dit ne pas regretter son choix. «Il ne faut surtout pas hésiter à se lancer si vous en avez l’occasion. Ce projet nous permet de sortir de l’isolement et de s’ouvrir aux autres. Des liens d’amitié se créent parfois avec mes clients et c’est plutôt sympa. En revanche, j’attire l’attention de mes collègues sur le temps à consacrer au gîte, il ne faut pas le sous-estimer. J’estime que l’accueil est primordial. Un client va toujours vous pardonner un problème dans la maison par exemple, mais jamais la manière dont il a été reçu la première fois. Enfin, il faut également être hyper réactif» conseille-t-elle.
Son ambition n’est pas de gagner de l’argent mais surtout de sauvegarder un patrimoine. «L’aspect géographique du territoire rend impossible toute augmentation de tarifs. Il faut donc voir ce gîte comme un apport financier supplémentaire mais surtout pas la source de revenu principal» précise la jeune femme.

Théophile Mercier

votre publicité
photo article

Cuma - Paillage bois: une solution alternative face à la sécheresse

[En ligne le 18-10-2018]

Semis d’automne - «On va vivre une sacrée campagne»

[En ligne le 11-10-2018]

photo article

Bio Bourgogne - Le bilan 2018 de la moisson en bio est désormais connu

[En ligne le 11-10-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1498

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux