Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

YONNE

[Article mis en ligne le 02-08-2018]

Fabrication artisanale

«La Fermière de Chichery» : le projet de tout un village

photo article
Sylvie Pichon fabrique des yahourts nature, aux fruits (locaux !) et aux arômes naturels.
Sylvie Pichon a repris depuis un an la fabrication artisanale de yahourts «La Fermière de Chichery». Plus qu’un projet personnel, tout le village s’est mobilisé derrière elle pour relever ce défi
La marque de yahourts «La Fermière de Chichery» a développé une certaine notoriété dans le département depuis sa création en 1994. C’est l’épouse de l’un des associés du Gaec de Chichery, exploitation de polyculture élevage au nord d’Auxerre, qui a décidé de transformer une partie du lait de l’atelier laitier en yahourts. Mais en 2012, la fabrication a été arrêtée et il a fallu attendre 2017 pour que Sylvie Pichon, elle aussi épouse d’un des associés, à la recherche d’activité après la naissance de ses deux filles, se lance dans l’aventure. Le projet s’est vite imposé aux yeux de Sylvie, originaire d’Auvergne, ayant une expérience de commerciale en Alsace. «C’était compliqué de trouver un emploi pour une femme de 30 ans qui arrive dans la région… J’ai élargi mes compétences en comptabilité et en logistique pour augmenter mes chances… je n’aurais jamais pensé que ça me servirait autant  ! Et puis les gens d’ici parlaient toujours des yahourts de «La Fermière de Chichery» alors que c’était fermé depuis plusieurs années. Avec une formation dans la gestion de projet en espace rural, je me suis dit que c’était vraiment le projet qui collait au territoire : il manquait juste un candidat. Alors je me suis lancée ! Mes parents étaient éleveurs laitiers en Auvergne, ils m’ont toujours dit : il faut faire de la qualité, c’est l’avenir de l’agriculture.»

«Ce sont les habitants de Chichery qui font la réussite de ce projet»
Malgré une construction de projet compliquée (l’accompagnement ne dépendant ni de la Chambre d’agriculture, ni de la Chambre des métiers), la fabrication des fameux yahourts a pu commencer pendant l’été 2017. Mais avant de commercialiser, il fallait retrouver la recette utilisée avant 2012. Or, les ferments spécifiques n’étaient plus fabriqués et avec l’arrêt de production des ferments propres à l’ancienne fabrication, les choses se sont compliquées. C’est là que la magie a opéré. Un chicherien ancien cadre de Yoplait a guidé Sylvie pendant six mois vers l’ultime pot de yahourt, au goût des souvenirs retrouvé. Et ce n’est pas la seule aide que La Fermière a reçu des habitants du village. Emballés par le retour de l’emblème de Chichery, tout le monde y est allé de sa petite attention. De la réalisation de flyers, à la fabrication sur mesure des étagères, en passant par l’aménagement du système de chauffage de l’étuve, «ce sont les gens du village qui font la réussite de ce projet, ce sont mes gouteurs et mes conseillers, ils orientent mes recettes. Ce sont aussi eux qui m’ont aidé à retrouver le goût original». Tous les jeudis soirs, les yahourts sont vendus sur la place du village, «tout le monde s’y retrouve, c’est un vrai moment de convivialité comme il n’en existe plus dans les villages».
La commercialisation se fait localement, dans les cantines scolaires, les grandes surfaces, et via «Localink». La restauration scolaire est la priorité de la porteuse de projet «C’est important pour moi que les enfants soient éduqués au goût, à la façon de fabriquer et surtout à l’origine des produits qu’ils mangent». Avec 3 000 pots produits par semaine, et 20 000 L de lait utilisés du GAEC comptant 150 vaches, l’infrastructure peut produire trois à quatre fois plus. Mais un an après le lancement, Sylvie profite de l’été plus calme pour prendre du recul, faire des améliorations et anticiper «Il vaut mieux piloter que conduire. Pour l’instant je me donne trois ans pour voir comment ça se passe, et on verra, peut être que j’embaucherai quelqu’un… De Chichery bien sûr !»

Orianne Mouton

votre publicité
photo article

Dégâts de gibier - Les sangliers affamés sortent des bois, la FDSEA recense les dégâts

[En ligne le 18-10-2018]

photo article

Loup - Mobilisation contre le prédateur

[En ligne le 11-10-2018]

photo article

Nouvelle filière - Une diversification «à la noix»

[En ligne le 11-10-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1498

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux