Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

YONNE

[Article mis en ligne le 28-06-2018]

MFR Villevallier

Atouts et contraintes de la vente directe

photo article
Les participants à la table ronde, avec de gauche à droite : Patrick Chicanne, Etienne Henriot, Philippe Gionnet, Camille Henry et Erik Polrot.
photo article
Les élèves de la classe de 2e de la MFR de Villevallier, organisateurs de la soirée.
L’avenir pour l’agriculture passera t-il par les circuits courts ? C’était le thème de la Table Ronde organisée par les élèves de 2e de la MFR de Villevallier, avec la participation de différents acteurs engagés dans la vente directe.
Vente à la ferme, marchés, drive fermier, Amap, Ruche qui dit oui... La vente directe se conjugue aujourd’hui au pluriel, pour être en phase avec les attentes sociétales. Camille Henry est éleveuse caprins à Senan et vend ses fromages à la ferme ainsi que sur les marchés. Un choix qui n’est pas dicté par la seule valorisation financière : «un produit fermier se doit d’être transparent. Je ne suis pas en bio, mais le client a accès à toute ma méthode de production sans aucun tabou. Il voit les animaux, comment on les nourrit, pose des questions... Le fait aussi d’être dans des métiers où l’on travaille un nombre d’heures parfois indécent et la petite récompense de la journée, c’est ce client fidèle, qui vient vous féliciter pour la qualité de vos produits...»
Pour Philippe Gionnet, éleveur bovin engagé en bio, le déclic est passé par la crise de la vache folle : «c’était il y a 21 ans. Du jour au lendemain, mes vaches ne valaient plus rien et pour moi, la vente directe c’était avant tout de la survie!» Il réalise aujourd’hui, avec l’aide de sa fille et de son épouse, 70% de son chiffre d’affaires par le biais du réseau «La Ruche qui dit oui», auprès de collectivités, d’Amap, de restaurants ou de magasins bio, ainsi que dans son magasin à la ferme. Un choix qui s’appuie avant tout sur le collectif: «la Ruche» n’est pas faite pour un paysan égoïste et solitaire. Cela oblige à chaque fois à être collectif, en se disant que toutes les fois qu’on aide les autres, on s’aide soi-même...» Autre avantage de ce type de debouché : «c’est d’être payé deux jours après livraison. Quelle production céréalière peut prétendre à celà aujourd’hui...? En revanche, c’est amplificateur. Si t’es mauvais, faut pas rentrer dans le jeu de la vente directe!»

Un travail important à faire en amont
Producteur laitier bio, Patrick Chicanne se félicite pour sa part d’avoir choisi le système des Amap pour vendre en direct oeufs et lait à une clientèle d’habitués: «les contrats avec le consommateur sont réalisés 6 mois en avance, avec une garantie d’écouler la production. L’autre avantage, c’est que nous avons la personne en face de nous, on échange, on discute...» Un conseil à donner à un jeune débutant dans le métier..? «C’est de partir de suite sur la vente directe. Allez directement au consommateur, vous gagnerez de l’argent ! En revanche, faut travailler !» Pour Etienne Henriot, Président de la Chambre d’agriculture, il faut au contraire un minimum d’expérience avant de se lancer : «il faut déjà bien apprendre son métier. Si vous n’êtes pas capable de faire de la qualité, de répondre aux attentes du consommateur, d’assurer une certain présence humaine, ça ne marchera pas...» Ils sont aujourd’hui plus d’une centaine de producteurs, dans tout le département, à s’investir ainsi dans la vente directe, dont une quarantaine au sein du réseau Bienvenue à la Ferme, parmi lesquels, les «Jardins de la Croisière» à Sens. Pour son directeur, Erik Polrot, l’activité peut vite être chronophage : «il y a tout un travail de preparation des légumes à faire en amont, plus le temps de vente au marché. Dès que l’on commence à faire du circuit court, c’est un facteur qu’il faut prendre en compte».

Dominique Bernerd

votre publicité
photo article

Moissons - Un tour de moissonneuse pour le préfet

[En ligne le 12-07-2018]

photo article

Moissons - Le colza décevant lui aussi

[En ligne le 12-07-2018]

photo article

Cialyn-Sicarev - Activité stable mais résultats en hausse

[En ligne le 12-07-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1485

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux