Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 28-06-2018]

Pratique exploitation

Des chemins de qualité pour bien pâturer

photo article
Source : Ferme expérimentale de la blanche Maison.
Les chemins d’accès aux pâtures sont de véritables investissements. Le choix des matériaux est à réfléchir selon les avantages et inconvénients de chacun.
«À la Blanche Maison, ferme expérimentale de la Chambre régionale d’agriculture de Normandie, basée à Pont-Hébert dans la Manche, on teste depuis le printemps 2017, différents chemins d’accès aux pâtures pour les 25 hectares et 1 400 mètres linéaires de chemins», explique Pierre Cordel, chargé de projet à la Blanche Maison, lors des Prairiales de Normandie organisées à Canappeville dans l’Eure.

Les chemins d’accès aux pâtures sont de véritables investissements aussi, avant de choisir les matériaux, est- il primordial de se poser les bonnes questions : quel type de pâturage, ai-je besoin de chemins, qui va les emprunter, où sont situés les points d’eau ? Celles-ci permettront de définir le contenu du projet et son ampleur.

Côté choix des matériaux, les possibilités sont nombreuses et chacun présente des avantages et inconvénients. L’objectif est d’avoir des chemins stables et non blessants. Ainsi, la ferme expérimentale régionale a installé et testé quatre différents types de matériaux pour évaluer leurs coûts, la mise en œuvre, la tenue dans le temps et le comportement des animaux : des caillebotis, du calcaire, de la galette minérale et du sable. Par ailleurs, le béton représente également une solution, onéreuse cependant, mais qui peut être amortie sur une longue durée (15 à 20 ans).

Elle est à réserver aux sorties des bâtiments. La mise en œuvre et le suivi sont importants, ils contribuent à la durabilité de ces chemins.

Une organisation déterminante
Le besoin en chemins est dépendant du type de pâturage choisi. Plus le nombre de parcelles est important, plus le besoin en voies d’accès sera conséquent. Leur largeur est ensuite tributaire du type d’usage de la parcelle. «En sortie de bâtiment et début de parcours, elles doivent être assez larges (4 à 5 mètres) pour assurer une bonne fluidité de circulation. En position terminale, le chemin peut se réduire jusqu’à un mètre de large notamment s’il est bétonné». Chaque parcelle doit être équipée d’un point d’abreuvement. L’astuce est de le  placer judicieusement pour le partager entre plusieurs parcelles.
votre publicité
photo article

Concours national - Une journée 100% charolais à l’Agropole du Marault

[En ligne le 13-09-2018]

photo article

Sécheresse et conduite du pâturage - Quelles alternatives pour le cheptel allaitant et le cheptel laitier ?

[En ligne le 06-09-2018]

photo article

Sécheresse - Bien souvent des adaptations seront nécessaires sur le long terme

[En ligne le 06-09-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1493

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux