Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 20-06-2018]

Agriculture biologique

Un nouveau président pour Bio Bourgogne

photo article
Les techniciens «de terrain» de Bio Bourgogne, réunis au Pôle agricole de Créancey et Philippe Camburet (à gauche sur la photo).
Bernard Krempp, président de Bio Bourgogne jusqu’au 31 mai dernier, avait fait part de sa volonté de se retirer de la présidence. Le bureau issu du nouveau conseil d’administration vient d’élire son nouveau président, Philippe Camburet, agriculteur bio dans l’Yonne et président du Gabny.
La nouvelle équipe qui prend en main les destinées de Bio Bourgogne a du pain sur la planche. Comme beaucoup d’autres secteurs, la bio se trouve à la croisée des chemins, poussée par les demandes de la société civile et pressée par les attentes des nouveaux producteurs bio, qui se sont convertis en masse ces dernières années. Acteur important du développement et de la promotion du bio, Bio Bourgogne participe également à la construction des plans alimentaires territoriaux tout en prenant date pour un rapprochement avec les représentants de la bio dans l’ancienne région de Franche-comté....

Pour réussir son entrée dans la restauration scolaire et atteindre l’objectif de 20% de produits bio que la Région s’est fixé, Philippe Camburet sait que les bio doivent veiller au grain, c’est-à-dire «effectuer un premier travail de synthèse entre les besoins de la population et le niveau de la production bio locale, clarifier les circuits de distribution, trouver des solutions logistiques et rester cohérent en termes de revenu pour les producteurs». Ce qu’il faut rechercher à tous les niveaux, «c’est la cohérence» insiste le nouveau président de Bio Bourgogne, épaulé par une équipe d’une vingtaine de salariés répartis sur cinq sites en bourgogne (Auxerre, Beaune, Bretenière, Cluny, Nevers). Une équipe et des effectifs qui ont fort à faire pour répondre «à la vague de conversions qui arrive», en grandes cultures notamment.
Le mouvement des conversions s’est intensifié depuis 2015 et Bio Bourgogne est donc à même d’avoir un peu de recul par rapport à ces nouveaux venus. Pour Philippe Camburet, pas de doute «les nouveaux producteurs engagés en bio montrent qu’ils ahèrent bien au mode de production et à notre éthique. Ils découvrent visiblement avec plaisir d’autres modes de relations, l’attrait des circuits locaux et la vente directe. Ils se forgent ainsi une nouvelle identité de producteurs dans un nouveau cadre professionnel».
Par rapport au conventionnel, l’agriculture biologique bénéficie d’indicateurs «toujours au vert», ce qui ne dispense pas de devoir réfléchir en filières à «des outils de transformations locaux, à l’export, au développement de la capacité de traitement des productions et à la logistique». Pas encore victime de son succès, mais l’agriculture biologique est attentive à conserver le contrôle d’un développement maîtrisé. Les responsables du secteur estiment indispensable de «se projeter dans une vision à long terme, car ces marchés très sollicités peuvent aussi se révéler très fragiles» tempère Philippe Camburet.

à plus court terme, le grand chantier en cours avec des échéances bien identifiées, c’est celui du rapprochement avec les agrobiologistes de Franche-Comté. Les travaux d’approche avec Interbio BFC s’orientent «vers une structure d’union, permettant de mutualiser les forces et le potentiel technique pour répondre aux besoins de développement de la bio en région BFC». Le dialogue se construit, mais les différences entre les deux structures sont importantes et les ajustements vont demander du temps, «du temps pour apprendre les uns des autres et pour découvrir ce qui constitue le socle de nos compétences et de nos valeurs». C’est en tout cas «un grand rendez-vous à ne pas manquer» souligne le nouveau président de Bio Bourgogne.

Anne-Marie Klein

votre publicité
photo article

Concours national - Une journée 100% charolais à l’Agropole du Marault

[En ligne le 13-09-2018]

photo article

Sécheresse et conduite du pâturage - Quelles alternatives pour le cheptel allaitant et le cheptel laitier ?

[En ligne le 06-09-2018]

photo article

Sécheresse - Bien souvent des adaptations seront nécessaires sur le long terme

[En ligne le 06-09-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1493

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux