Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 04-06-2018]

Afdi BFC

Des partenariats stratégiques et efficaces

photo article
Beaucoup de monde dans l’amphithéâtre de La Brosse pour assister à l’AG de l’association.
photo article
Lucien Maminilainoro, dit «Mam», paysan malgache et président de l’association VFTM.
photo article
Joseph Roux et Marc Gauthier, respectivement Vice-président et Président d’Afdi Bourgogne Franche-Comté (de gauche à droite).
C’est au lycée d’Auxerre La Brosse, dans l’Yonne, que s’est déroulée l’Assemblée générale d’Afdi Bourgogne Franche-Comté, en présence notamment d’une délégation de partenaires Malgaches et Sénégalais
En 2017, Afdi BFC aura soutenu au total sept organisations paysannes, dans trois pays : Madagascar, Cameroun et Sénégal. Conséquence d’un budget revu à la baisse, avec notamment une diminution de 25% des produits, les missions auront été moins nombreuses l’an passé, totalisant treize séjours à travers les pays partenaires, contre vingt deux en 2016. Ce qui fait réagir le président de l’association territoriale, Marc Gauthier : «nous avons eu une gestion prudente, en réduisant le nombre de missions, ce qui nous permet ‘équilibrer les comptes, néanmoins, il est un peu dommageable, le cœur dAfdi étant l’échange de paysans à paysans, que la variable d’ajustement, ce soit obligatoirement les missions. Il faut nous mobiliser pour essayer de maintenir le niveau d’engagement de sorte que les échanges continuent…» Tout au long de l’année écoulée, les adhérents d’Afdi BFC ont multiplié les actions, notamment auprès des jeunes, dans les lycées et Maisons Familiales Rurales, pour les sensibiliser sur le travail d’accompagnement mené auprès des OP partenaires. 2017 aura également été l’occasion d’interpeller les candidats aux législatives au travers de la campagne nationale «Des fermes, pas des firmes», avec pour idée principale, de promouvoir la place de l’agriculture familiale et d’augmenter la part du budget pour l’aide publique au développement. Autant d’actions, qui ont valu à Afdi BFC, de recevoir le trophée de l’agriculture solidaire, dans le cadre de la première édition des trophées de l’agriculture de Côte d’Or.  

Des actions multiples
C’est à Madagascar que se concentre aujourd’hui la majeure partie des échanges Nord/Sud, comme cet accompagnement depuis plusieurs années, par Afdi Jura, porté par le Syndicat des organisations agricoles malgaches (Soa), pour aider à l’installation de jeunes. Suite à des résultats très positifs, le réseau Soa a pu obtenir un nouveau financement de l’UE pour étendre le dispositif à deux nouvelles régions et ce sont ainsi 86 jeunes qui sont actuellement accompagnés dans ce programme d’aide à l’installation. Enjeu majeur dans un contexte de changement climatique, la production et la structuration de la filière semence sont au centre des actions de plusieurs OP partenaires : le Cercle Régional des Agriculteurs malgaches (Cram), VFTM et la Maison des Paysans, accompagnées dans leurs réflexions stratégiques, par la section Afdi Yonne depuis 2012. En dépit de difficultés liées au retard de versement d’une subvention du programme américain USDA et d’une campagne culturale fortement impactée par la sécheresse, 98 paysans multiplicateurs de semences ont pu être formés et 28 tonnes de semences récoltées et commercialisées. Basée à Tuléar, au Sud Ouest de l’île, la Maison des Paysans (MdP) développe pour sa part, un service de conseil à l’exploitation familiale en partenariat ave CERFrance 71. Elle compte aujourd’hui 125 organisations paysannes adhérentes, pour plus d’un millier de membres. Parmi les services proposés : le développement et la vulgarisation de nouvelles techniques de production en agriculture durable, comme la rotation ou l’association de cultures de céréales et de légumineuses, via la mise en place de champs écoles et de 56 délègues techniques sur le terrain.

Deux litres de lait par jour et par animal
Accompagnées par Afdi Côte d’Or, Cram et VFTM ont pour leur part, axé leurs actions sur la défense syndicale et l’amélioration des services aux adhérents, comme l’accès aux intrants, les conseils techniques ou la commercialisation groupée de semences certifiées de riz. Une réflexion est en cours, pour la mise en place cette année, d’un point de vente et d’approvisionnement. Le partenariat entre Rofama, Afdi Nièvre et Afdi Haute-Saône se poursuit. Composée de cinq coopératives laitières, l’Union de coopératives Rofama compte aujourd’hui 192 producteurs de lait et a mis en place tout un lot de services à destination de ses membres : collecte, commercialisation, conseils techniques… Une stratégie payante, puisqu’en dépit d’une année particulièrement difficile en raison de la sécheresse, les ventes de produits transformés ont augmenté de 20% et celles de lait cru, de 15%, absorbant les 132 000 litres de lait produits et livrés. Sur le continent africain, le partenariat mené entre la Fédération des éleveurs Sénégalais de Kolda et Afdi Doubs, a vu l’émergence d’une OP dynamique qui a vu son poids politique se renforcer sur le terrain. Un succès conduisant Afdi à s’orienter vers une fin de partenariat progressive d’ici 2020. Le président de la fédération était présent au lycée La Brosse et a pu témoigner sur ce qu’était le quotidien des éleveurs laitiers, donnant une autre dimension au mot production : «de l’ordre de deux litres par jour et par animal, avec en moyenne une dizaine de vaches par éleveur…» Le lait collecté nécessitant parfois de trois à quatre heures de transport sous des températures extrêmes. Moins de lait détruit aujourd’hui, grâce à la fabrication de fromages. Autre partenariat Africain, entre la Conapram (Confédération Nationale des producteurs de cacao du Cameroun) et Afdi Doubs. Regroupant près de 10 000 membres, la Conapram a vu son activité durement impactée par la baisse des cours du cacao, en diminution de 50% depuis deux ans.
Autre témoignage, celui de Lucien Maminilainoro, paysan malgache, président de VFTM, avec là encore, quelques chiffres édifiants : «notre but est qu’un paysan puisse nourrir sa famille et vivre de son métier et chaque exploitation pour cela, vise un revenu annuel de 600 €. Si nous y parvenons, nous serons déjà au dessus de la moyenne, sachant qu’une exploitation moyenne chez nous ne dépasse pas 80 ares…» D’où l’idée, accompagnés par Afdi, de diversifier les filières et d’associer les cultures pour augmenter le revenu : «l’objectif que nous nous fixons, c’est que VFTM puisse s’autofinancer dans trois ans à 80%, contre 24% aujourd’hui. Un pari ambitieux, mais on va y aller !»

Dominique Bernerd

votre publicité
photo article

Récolte maïs fourrage - Top départ pour les premiers chantiers

[En ligne le 09-08-2018]

photo article

Nouvelle sécheresse - Une météo bien capricieuse

[En ligne le 02-08-2018]

photo article

Herd Book Charolais - Préserver la liberté d’entreprendre

[En ligne le 02-08-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1489

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux