Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 26-04-2018]

Vente directe

Sacrés fromages

photo article
Sébastien Roussel élève 33 chèvres et transforme l’intégralité de ses 25 000 litres de lait.
Les produits laitiers de la Chèvrerie de Blancey partent comme des petits pains sur les foires et marchés autour de Pouilly-en-Auxois.
La vente directe se porte bien, sa dynamique ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin. Sébastien Roussel, installé en 2011 à Blancey près de Pouilly-en-Auxois dans un élevage de chèvres avec un atelier de transformation, connaît une très belle période de ventes. «Il n’y a pas de collecte de lait dans le département, les éleveurs caprins transforment l’intégralité de leur production et optent très souvent pour la vente directe. C’est la meilleure manière de valoriser ses produits», indique le Côte-d’orien de 36 ans. Fromages blancs, yaourts, tomes, crottins, crottins aromatisés, camemberts de chèvres : de nombreux produits sont confectionnés à Blancey puis vendus dans le département, de préférence dans un petit rayon autour de l’exploitation.

Nombreux lieux de ventes
La Chèvrerie de Blancey est présente le vendredi soir au marché de Pouilly-en-Auxois, le samedi matin à Saulieu et chaque jeudi soir devant la gare de Dijon. Adhérent à Bienvenue à la Ferme, Sébastien Roussel participe régulièrement aux évènements du réseau. Le rendez-vous de Beaune des 14 et 15 avril a d’ailleurs été à la hauteur de toutes les attentes avec un chiffre d’affaires encore en progression par rapport aux précédentes éditions. Les foires et marchés permettent à la Chèvrerie de Blancey d’écouler près de 80 % de ses produits. Les portes de la ferme sont également ouvertes chaque mardi soir de 18 heures à 19 heures avec la possibilité de visiter l’élevage et l’atelier de transformation. Sébastien Roussel travaille aussi avec plusieurs épiceries, restaurants, petites surfaces et réseaux de communautés du département. Afin de l’épauler dans son travail, le producteur a embauché une employée à mi-temps depuis près d’un an : «La vente directe a le vent en poupe et m’a permis de recruter de la main-d’œuvre, très appréciable car avec ce métier, nous avons souvent la tête dans le guidon ! Une partie de la population revient au local en recherchant la qualité. Opter pour des produits locaux est une démarche logique et écologique».

Aurélien Genest

votre publicité
photo article

Val de Saône - «Une année très particulière»

[En ligne le 18-10-2018]

photo article

Vols dans les exploitations - Les bons réflexes à adopter

[En ligne le 11-10-2018]

photo article

Insolite - Le tour de l’agriculture française

[En ligne le 11-10-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1498

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux