Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 26-04-2018]

Mise à l’herbe

Allez hop, au pré !

photo article
Près de 430 bovins dont 90 mères Charolaises et 60 Limousines retrouvent le grand air.
photo article
photo article
Le Gaec Bertrand lâche ses animaux autour de Marcilly-Ogny depuis trois semaines.
La mise à l’herbe a débuté le 1er avril chez Romain et Bernard Bertrand, avec le lâcher d’une soixantaine de jeunes bovins sur les terres les plus portantes de l’exploitation. L’opération devrait s’étaler jusqu’aux environs du 10 mai pour ces deux éleveurs réalisant des vêlages de printemps. Les deux Côte-d’oriens ont profité du retour du soleil la semaine dernière pour effectuer de nombreux lâchers sur une partie de leurs 250 hectares de prairies naturelles. «Les vaches de réforme et les premiers petits veaux ont été sortis ces derniers jours, nous allons attendre la fin des vêlages pour tout mettre au pré», indique Romain Bertrand, ravi de voir les conditions climatiques s’améliorer après une fin d’hiver très arrosée.

La pousse va enfin partir
L’année est relativement en retard avec les précipitations, le froid et le faible ensoleillement des derniers mois. En plus d’une portance loin d’être optimale dans toutes les prairies, la pousse d’herbe était encore «plus que timide» il y a une dizaine de jours. «Les premiers animaux ont pris la direction des terres les plus granitiques pour ne pas détériorer les prés», poursuit Romain Bertrand, «la faible pousse de l’herbe n’est pas un réel problème puisque nous effectuons un chargement progressif lié à nos vêlages de printemps. Un pré destiné à recevoir trente vaches va en accueillir dix premières, puis dix autres une semaine tard et enfin dix dernières la semaine d’après. Si les températures confirment leur redressement, s’il ne fait pas trop de vent et qu’il arrête de geler le matin, tout devrait très bien se passer».

Trucs et astuces
Romain et Bernard Bertrand n’apportent aucun engrais, ni minéral, ni fumier dans leurs prairies : «Nous nous organisons pour effectuer une rotation entre la fauche et la pâture. Pour les plus grands prés, l’utilisation d’une clôture électrique s’avère très utile. L’idée est d’obtenir un engrais qui ne coûte rien, apporté par les vaches quand le pré en question se destine à la pâture. Nous avons toujours utilisé cette technique qui marche très bien. L’une des conditions nécessaires pour l’appliquer est d’avoir un parcellaire assez plat. Par chance, c’est notre cas».

La mise à l’herbe des 55 brebis Texel du Gaec Bertrand a commencé la deuxième semaine d’avril avec une autre particularité comme l’explique Romain Bertrand : «Nous mettons six à huit brebis et leurs agneaux dans un pré comptant vingt vaches. Les ovins vont venir manger l’herbe que laisseront les bovins. Ce mélange d’espèces animales nous évite aussi et surtout bon nombre de problèmes de parasitages et même de boiteries. Les agneaux profitent bien, ils ne reçoivent aucun complément. Gras, ils seront bons à vendre début août».

Aurélien Genest

votre publicité
photo article

Val de Saône - «Une année très particulière»

[En ligne le 18-10-2018]

photo article

Vols dans les exploitations - Les bons réflexes à adopter

[En ligne le 11-10-2018]

photo article

Insolite - Le tour de l’agriculture française

[En ligne le 11-10-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1498

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux