Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 19-04-2018]

Vente aux enchères numériques

Herd Book Charolais : une première encourageante

Le Herd Book Charolais a organisé du 21 au 31 mars dernier, sa toute première vente aux enchères par internet. Ce procédé novateur suscite évidemment bien des questions sur les méthodes de ventes des bovins reproducteurs dans la Nièvre. Retour sur cette première expérience.
C’est une petite révolution dans la filière agricole. Le Herd Book Charolais situé sur le domaine du Marault à Magny-Cours a proposé pour la première fois une vente aux enchères numériques. Décidée en décembre 2017, cette vente aux enchères est issue d’un constat simple : certains éleveurs n’ont plus le temps de se déplacer en marché physique et d’autres n’ont tout simplement pas l’habitude de sortir leurs bêtes pour les concours. L’objectif était de proposer à un panel d’acheteurs et de vendeurs, des bovins de qualités en facilitant l’accès à ce type de vente.
Cette première expérience est plutôt encourageante pour les équipes du HBC, puisque plus de 150 comptes client internet ont été créés à l’occasion de cette vente. 30 à 40 % de ces comptes ne sont pas adhérents au HBC. Preuve d’une certaine attente de la part des professionnels.

Des ventes encadrées par des experts
Pour prétendre à la vente par internet, il fallait d’abord avoir des mâles charolais âgés de 15 mois et plus et adhérer à la certification CPB. Deux solutions s’offraient aux vendeurs : soit les éleveurs filmaient eux-mêmes leurs bêtes dans les exploitations, soit un expert HBC se déplaçait. C’est la première solution qui l’a emporté dans la majorité des cas. Le ticket d’entrée était lui fixé à 150 euros. Un prix qui couvre notamment le temps passé par l’expert pour contrôler la qualité et la provenance des animaux à vendre. Au total, 75 bêtes ont été proposées à la vente. La formule a plu visiblement, aux acheteurs comme aux vendeurs. En dépit du contexte immatériel de la vente, des entrevues ont eu lieu dans les exploitations. Ce qui a permis aux potentiels acheteurs de se faire une idée des animaux dans leur environnement avant achat.
La mise à prix était de 2 500 euros. La vente la plus élevée s’élève à 3 600 euros. Selon le HBC, 12 reproducteurs sur 74 ont trouvé preneur. D’autres promesses de ventes ne se sont pas concrétisées.

Une mise en valeur des élevages
Avec son caractère novateur, « cette première vente aux enchères par internet a permis une véritable mise en valeur des élevages » s’est félicité Pascal Langevin, président du HBC. Pour lui, ce procédé commercial va dans le sens d’une société de plus en plus connectée. Il souligne également le gros travail réalisé par l’ensemble de ses équipes pour mettre en œuvre en si peu de temps cet événement. En revanche, il n’est pas encore question de remplacer définitivement les ventes physiques qui restent indispensables.
Lui et son équipe se donnent du temps pour analyser les retombées de cette première expérience. Il envisage pourquoi pas de renouveler l’opération plusieurs fois dans l’année, pour le moment « tout est ouvert »

Théophile Mercier

votre publicité
photo article

Élevage - Corbigny : Quel avenir pour l’abattoir ?

[En ligne le 14-08-2018]

photo article

Agri Demain chez Eric Roubeau à Pazy - Le public au rendez-vous

[En ligne le 09-08-2018]

photo article

Maraîchage - Un secteur attractif en développement

[En ligne le 09-08-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1489

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux