Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 12-04-2018]

Trois questions

«L’eau n’est pas plus polluée, juste mieux surveillée»

photo article
( Crédit photo : Daniel Gillet )
Laurent Roy est le directeur général de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse qui couvre un grand quart-Sud-Est de la France. Son regard sur les efforts réalisés sur la qualité de l’eau est des plus encourageants.
- Quelles sont les missions de l’Agence de l’eau ?
Laurent Roy : «Nous intervenons dans trois domaines principaux : la gestion quantitative pour éviter les sécheresses, la gestion du bon fonctionnement des cours d’eau qui ont souvent été artificialisés, ce qui pose des soucis écologiques (biodiversité par exemple), et enfin la qualité de l’eau bien entendu».

- Quel regard portez-vous globalement sur la qualité de l’eau dans nos régions ?
LR : «Il faut en finir avec l’idée que la qualité de l’eau baisse, ce n’est pas une réalité. En vingt-cinq ans, les polluants présents dans les eaux ont tous été divisés au moins par deux, parfois jusqu’à six. L’eau n’est pas moins bonne, elle est surtout beaucoup plus contrôlée».

J’ai cette image : «nous avançons, mais sur un tapis roulant qui recule.» Non pas que la volonté collective ne soit pas là, mais parce que l’on suit de plus en plus de facteurs, de façon de plus en plus fine et complexe, comme par exemple le retour de la biodiversité dans les cours d’eau.

- L’Agence est au cœur de différentes rumeurs : fermetures de stations d’épuration dans le Doubs, baisse drastique de budget... Qu’en est-il ?
L.R.: «UFC Que choisir a cité sept sources du Doubs qui seraient menacées de «fermeture», mais il n’en est rien ! Chacune est considérée comme prioritaires et des actions sont en cours (ou vont l’être) pour y améliorer la qualité de l’eau.
Pour ce qui est du budget, c’est une demi-vérité : comme tous les acteurs publics, nos moyens vont baisser prochainement. Mais les Agences de l’eau fonctionnent sur des budgets pluriannuels, donc c’est un peu compliqué à analyser d’année en année. En 2017, nous avons distribué un montant record de subventions (550 M€), cela baissera en 2018 surtout car nous paierons nos engagements précédents. Pour le prochain plan qui débutera en 2019, le budget devrait diminuer d’environ 25 % et imposer de se focaliser sur les priorités. Mais nous aurons toujours du budget pour intervenir, c’est une certitude».
Pierre Kons
photo article

Fertilité des sols - Le temps de la reconquête

[En ligne le 06-12-2018]

photo article

Session de la Chambre régionale d’agriculture - Contrats de filières : l’intelligence collective à la manœuvre

[En ligne le 29-11-2018]

photo article

Sécheresse 2018 en Bourgogne Franche-Comté - Aide d’urgence de la Région et des conseils départementaux

[En ligne le 29-11-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1505

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux