Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 12-04-2018]

Qualité de l’eau

Un tiers des cours d’eau en bon état

photo article
photo article
En Bourgogne-Franche-Comté, 33 % des rivières sont en bon état, c’est ce qu’il ressort du rapport sur l’état des eaux publié par l’Agence de l’eau. Des résultats encourageants qui montrent une amélioration globale de la qualité de l’eau.
Tous les deux ans, l’Agence de l’eau «Rhône Méditerranée Corse» publie son rapport sur l’état des eaux sur son bassin versant. Un rapport qui s’appuie sur 4,5 millions d’analyses annuelles réalisées dans les rivières, nappes souterraines, et lacs. Cette année : 52 % des rivières du quart sud est de la France sont classées en état «très bon» ou «bon». Un chiffre en léger trompe l’œil de par la qualité des rivières alpines, mais qui montre une amélioration sensible de la situation depuis vingt-cinq ans.

Plutôt une belle qualité d’eau en amont
En Bourgogne-Franche-Comté, cependant, seul un tiers des rivières sont en bon état, avec des situations très disparates. Les rivières en tête de bassin sont souvent préservées, comme la Tille amont (Côte d’Or) ou l’Ain amont (Jura). Alors que sur le reste du territoire, les rivières comme l’Autruche (Territoire de Belfort) et la Guyotte (Saône-et-Loire) sont très impactées par l’artificialisation de leur profil.

Les grands axes, comme la Saône, ou des rivières telles que la Seille et l’Ognon, concentrent  l’ensemble des pollutions produites sur leur bassin versant. La pollution par les substances toxiques (pesticides ou autres micropolluants) diminue néanmoins progressivement dans les rivières grâce à des politiques en faveur d’une agriculture plus durable et aux investissements effectués par les industriels pour mieux traiter leurs eaux usées.
Par exemple, la toxicité des pesticides dans les rivières a chuté de moitié ces dix dernières années, une baisse attribuée par les responsables de l’Agence de l’eau à l’évolution de la règlementation qui retire progressivement du marché les substances les plus toxiques. Malgré tout, les pesticides restent les substances toxiques les plus présentes dans les eaux à ce jour.

Le comté cité en exemple
Mais toutes les zones ne sont pas égales par ailleurs, et la pollution se concentre beaucoup dans la plaine de la Saône. «Dans le Haut-Doubs et le Jura, au cœur de la filière comté, la qualité des eaux est assez bonne», admet Christophe Eggenschwiller, directeur régional de l’Agence de l’eau. «Les prairies et l’utilisation raisonnable des pesticides dans la filière donnent de bons résultats. On voit dans cet exemple une filière qui a des exigences plus contraignantes que la réglementation, mais qui arrive à valoriser sa production à sa juste valeur». Ailleurs dans le Doubs, le travail mené autour de Besançon a permis de diminuer en quelques années les teneurs de matières organiques dans les eaux du Doubs en aval de l’agglomération, et qui a coïncidé avec le retour d’une faune aquatique plus diversifiée. C’est là tout l’enjeu de la surveillance de la qualité de nos rivières...

Clément Pérot

votre publicité
photo article

Société - Le droit rural fait-il encore sens ?

[En ligne le 19-04-2018]

photo article

Maladies du colza - La lutte en floraison, c’est simple !

[En ligne le 12-04-2018]

photo article

Trois questions - «L’eau n’est pas plus polluée, juste mieux surveillée»

[En ligne le 12-04-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1472

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux