Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 08-03-2018]

Convention entre EDF et Dijon Céréales

La transition énergétique en actions

photo article
C’est signé ! Et comme a conclu la déléguée régionale EDF BFC «nous avons un beau programme devant nous...»
photo article
Avant la signature officielle, un petit détour par le Gaec Franet s’imposait, tant cette exploitation a toujours une longueur d’avance en matière de diversification et sait saisir les opportunités au moment où elles se présentent.
Fin février, Christine Heuraux, déléguée régionale EDF Bourgogne-Franche-Comté et Marc Patriat, président de Dijon Céréales ont signé une convention de partenariat en faveur du développement des énergies renouvelables dans le secteur agricole.
Le lieu se prêtait bien à la conclusion d’un engagement de partenariat entre EDF et Dijon Céréales : Hauteville lès Dijon, où le Gaec Franet fait figure de tête de pont avancée en matière de diversification et de production d’énergies renouvelables. C’est donc dans ce décor, glacial en cette fin février, que l’on a parlé d’énergies renouvelables et d’engagement réciproque à faciliter l’accès à ces dossiers et à ces perspectives de diversification, aux adhérents de la coopérative et à la coopérative elle-même.
Comme l’a rappelé Marc Patriat lors de la visite du Gaec Franet «l’agriculture a besoin de se diversifier et de déployer de nouvelles activités qui génèrent de vrais compléments de revenu». Cest donc dans la logique du groupe Dijon Céréales de s’orienter vers des activités qui permettent de promouvoir ce types de production, dans le cadre d’une diversification bien pensée et rémunératrice, au service d’un «mieux vivre sur les territoire». D’autant, comme l’a regretté Pierre Guez, directeur de Dijon Céréales, que la coopérative à voulu, dès le début du développement du photovoltaïque, s’investir dans ces démarches, mais en a été empêchée.  «Si nous avions pu le faire au moment où les tarifs de rachat étaient les plus intéressants, la dynamique aurait été d’autant plus importante». Le Gaec Franet a pu profiter de ces tarifs de rachat très porteurs en 2010, date du raccordement de l’installation.

Nouvelle dynamique pour le biogaz
Cette convention va permettre d’accélérer le développement de nouvelles installations orientées, c’est nouveau, vers l’autoconsommation. Une disposition intéressante alors que les tarifs de rachat sont moins attractifs. Outre le photovoltaïque, d’autres énergies renouvelables sont concernées par cet accord, comme la méthanisation et le biogaz, dont la rentabilité exige une certaine taille critique. EDF et Dijon Céréales entendent étudier la faisabilité de nouvelles unités, dans un format plus «industriel», qui regroupe plusieurs unités de biogaz,  autour de projets suffisamment dimensionnés pour dégager de la valeur ajoutée sur les exploitations, en limitant les risques financiers pour les
exploitants.

Une région 100% énergies renouvelables
Autre volet de l’accord, le déploiement du numérique. Christine Héraux, déléguée régionale EDF BFC, a rappelé que EDF ne se réduisait pas à la seule dimension du nucléaire. D’une part «Sur la région Bourgogne-Franche en particulier, la production d’électricité  se fait à 100% à partir d’énergies renouvelables» et d’autre part, «le groupe se trouve tout autant impliqué dans l’efficacité énergétique et dans l’optimisation de la consommation énergétique». Cette convention est donc «multisources» et aussi tournée vers le digital et le numérique. EDF va ainsi accompagner Dijon Céréales sur l’exploitation des données numériques, ainsi que la mise en place de portails de données agricoles, au profit de la compétitivité des filières. Les technologies innovantes de traitement des données permettent en effet d’améliorer la triple performance : énergétique, environnementale et agronomique. Entrer résolument dans l’ère numérique, c’est aussi porteur de sens et d’intérêt pour les jeunes agriculteurs, naturellement tournés vers ces technologies et appelés de plus en plus à exercer leur activité pour un monde urbain en attente de performances.
Enfin, plus terre à terre, mais tout aussi indispensable alors que l’on est en pleine mutation du contexte énergétique, la collaboration concerne également les économies d’énergie, au travers d’une meilleure efficacité énergétique des bâtiments et des installations de la coopérative, comme de ses adhérents. Tant il est vrai que «moins de gaspillage, ça fait du bien à la nature et... à la facture».

Anne-Marie Klein

votre publicité
photo article

Val de Saône - «Une année très particulière»

[En ligne le 18-10-2018]

photo article

Vols dans les exploitations - Les bons réflexes à adopter

[En ligne le 11-10-2018]

photo article

Insolite - Le tour de l’agriculture française

[En ligne le 11-10-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1498

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux