Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 22-02-2018]

Politique agricole commune

La menace d’une baisse de budget Pac se rapproche

photo article
( Crédit photo : Union européenne , 2017 / Source: EC - Service Audiovisuel / Photo: Etienne Ansotte ) Le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker a réaffirmé qu’il était opposé à toute «coupe brutale» dans les fonds destinés aux régions
La prochaine Pac pourra supporter une baisse mesurée de son budget si elle est réformée de telle sorte que les paiements directs soient mieux ciblés et répartis. Tel est en filigrane le message que fait passer la Commission européenne dans sa contribution au premier débat sur le cadre financier pluriannuel post-2020 de l’UE, prévu le 23 février entre les dirigeants des Vingt-sept.
Bruxelles le martèle : les politiques classiques de l’Union devront subir un tour de vis compte-tenu de la nécessité de combler le trou budgétaire que créera le Brexit (12 à 13 milliards d’euros) et de faire face à de nouvelles priorités (une dizaine de milliards par an). On parle à Bruxelles d’une proposition de baisse du budget Pac autour de 5 à 10 %. Les réactions des syndicats agricoles sont unanimes et  condamnent une telle perspective. Les propositions détaillées de la Commission sur le cadre financier sont prévues début mai. Mais, tous les fonds et programmes européens devraient faire l’objet de coupes budgétaires, sauf ceux alloués à la jeunesse et à la recherche.
Le budget actuel de l’Union est de l’ordre de 155 M€ pour un revenu national brut des 28 États membres de 14 791 milliards d’euros, alors que les budgets nationaux atteignent 6 906 milliards d’euros, soit 47 % du RNB.

«Quel niveau d’ambition pour une Pac efficiente ?»
Dans le cadre d’un budget qui, après 2020, sera amputé de la contribution britannique et devra répondre à de nouvelles priorités (migrations, protection aux frontières, défense). C’est l’une des questions posées par la Commission européenne dans le débat sur le cadre financier pluriannuel de l’UE après 2020. Trois options sont envisagées dans ce document : le maintien des dépenses agricoles à leur niveau actuel (400  millions d’euros sur 7 ans) soit 37 % du cadre financier actuel 2014-2020 ; ou une réduction de cette enveloppe de 30 % (environ 120 M€, soit 11 % du cadre actuel, avec une chute du revenu agricole prévisible de 10%)), ou bien encore une réduction de  l’enveloppe de 15 % (environ 5,5 % du cadre actuel).

«Réduire et mieux cibler» les paiements directs
Ces scénarios, souligne la Commission, «ne peuvent être vus de façon isolée». Toute réduction des paiements directs serait en effet accompagnée par «un meilleur ciblage  du budget restant», par exemple une concentration accrue sur les petites et moyennes exploitations, et une meilleure coordination avec les mesures de développement rural.
Des discussions sont en cours sur la façon de «faire un meilleur usage des paiements directs» et une «suggestion notable» est de «les réduire et mieux les cibler», relève-t-elle à ce propos, insistant sur le fait que, «aujourd’hui 80 % des paiements directs vont à 20 % des agriculteurs». Les moyens de «réduire les différences de soutien entre les États membres» sont aussi en discussion, note-t-elle de même.

Pas de «coupe brutale», veut rassurer Jean-Claude Junker
Présentant le 14 février à la presse la communication de la Commission, Jean-Claude Juncker a réaffirmé qu’il était opposé à toute «coupe brutale» dans les fonds destinés aux régions les moins avancées de l’UE et à l’agriculture. Le 6 février, au Parlement européen, le président de l’exécutif de l’UE avait estimé qu’il «faudra réduire en chiffres les politiques de cohésion et la Pac».
«La Commission proposera une baisse des crédits agricoles entre 5 et 10 %», a pour sa part averti l’eurodéputé français Michel Dantin, après un échange de vues, le 7 février à Strasbourg, entre le groupe parlementaire démocrate-chrétien (PPE) et le commissaire au budget, Günther Oettinger. Selon lui, «si cela est effectivement proposé, c’est par an entre 500 millions et 1 milliard d’euros de moins pour les agriculteurs français, baisse équivalente aux coupes déjà concédées sur 2014-2020».

En cause : le Brexit et de nouvelles priorités
L’enjeu du prochain cadre financier de l’UE est double : combler le manque de fonds créé par le départ du Royaume-Uni (12 à 13 milliards d’euros) et faire face aux nouvelles priorités (une dizaine de milliards d’euros par an).
Le commissaire européen au budget s’est déjà prononcé pour une augmentation du plafond des dépenses à un peu plus de 1,1 % du revenu national brut (RNB), contre 1 % actuellement. Parallèlement, il faudra, selon lui, combler le trou dû au Brexit à 50 % par des économies et 50 % par de l’argent frais, et financer les nouvelles priorités à 80 % avec de l’argent frais et 20 % avec un redéploiement de crédits.
journées yonne agri carb
photo article

Région - «Faire entendre la voix de l’agriculture à Bruxelles»

[En ligne le 20-06-2018]

photo article

Mobilisation syndicale #SauverLesAgri - Une situation de blocage vite débloquée !

[En ligne le 14-06-2018]

photo article

Commerce international - Les organisations agricole de l’UE redoutent que la situation ne «dégénère»

[En ligne le 14-06-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1481

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux