Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 15-02-2018]

Grandes cultures

Double défi pour les filières végétales

photo article
Plus de cent participants se sont rassemblés pour cette soirée qui prend ses marques à Pouilly depuis trois ans.
Comment produire demain dans la Nièvre, sur nos terres à faible potentiel, avec moins d’intrants ? Comment aller chercher plus de valeur ajoutée, avec quelles productions et quelles pratiques ? C’est à ces questions que la soirée de la section grandes cultures de la FDSEA a tenté de répondre le 8 février à Pouilly-sur-Loire, en dressant un large panorama des contraintes et des opportunités du département, face aux doubles défi de nos fermes céréalières: défi agronomique, technique, mais aussi défi commercial au sein de nos filières.
Le site d’expérimentation Axéréal du Chaumoy teste, depuis 2011, dans le cadre d’Écophyto, des itinéraires techniques plus économes en énergie et en IFT (Incidence Fréquence de Traitement), comparé à un système «classique» de culture... De quoi préfigurer ce qui se passera sûrement dans nos parcelles à l’avenir: un aléa rendement plus grand et des coûts de production plus faibles.

Moins d’intrants : un système plus fragile
Dans l’itinéraire plus réducteur en IFT, l’expérimentation a diversifié la rotation (tournesol...),  recouru aux faux semis et au désherbage mécanique, et privilégié les variétés tolérantes aux maladies et aux insectes.

Six ans de recul ont permis de mettre en évidence la plus grande vulnérabilité de ces systèmes, les mauvaises années étant plus marquées. Sans compter qu’en l’absence de glyphosate, «les chiendents et les chardons sont apparus» explique Jean-Michel Bouchié, responsable du site. «Le système requière donc un travail fin de surveillance». La bonne nouvelle, ce sont les économie de phytos (de l’ordre de 50%) qui peuvent compenser l’aléa rendement (7%) dû aux bioagresseurs.

Semis direct: faible coût de production mais rendement irrégulier
Le troisième itinéraire expérimenté se fixait pour objectif la baisse de la consommation d’énergie, avec moins de passages, semis direct, couverts végétaux (majoritairement des légumineuses) et utilisation de glyphosate pour ne pas travailler le sol.

Les avantages du système sont une très bonne fertilité du sol, des coûts de production bas, de faibles émissions de gaz effet de serre, mais le système est risqué techniquement «avec le semis direct on joue tout sur un seul coup, c’est difficile techniquement» explique Jean-Michel Bouchié, «d’autant que les couverts végétaux ont été décevants, pas suffisants pour lutter contre les adventices, nous avons donc du recourir aux herbicides par moment. Et je ne parle même pas des limaces. Le système donc a consommé plus de phytos que prévu».

Pas de recettes miracles
Pour Didier Guyon, président de la section grandes cultures de la FDSEA, la soirée n’a pas vocation à donner de recettes miracles. «Avec les niveaux de prix que nous connaissons et la baisse annoncée de l’utilisation des intrants, notre rotation blé-orge-colza classique a trouvé ses limites, en termes de rendements, d’agronomie, de capacité à nous rémunérer... Chacune de nos fermes, chacun de nos territoires, chacun de nous est différent... Néanmoins, plusieurs leviers peuvent être combinés pour trouver des relais de valorisation sur nos exploitations».

Lucie Lecointe

votre publicité
photo article

Cuma - Paillage bois: une solution alternative face à la sécheresse

[En ligne le 18-10-2018]

Semis d’automne - «On va vivre une sacrée campagne»

[En ligne le 11-10-2018]

photo article

Bio Bourgogne - Le bilan 2018 de la moisson en bio est désormais connu

[En ligne le 11-10-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1498

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux