Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 08-02-2018]

Pois et féverole de printemps

Réussir son implantation

photo article
Semer le pois en conditions ressuyées.
photo article
Périodes de semis du pois de printemps
photo article
Périodes de semis de la féverole de printemps
Les conditions météorologique de cet hiver vont certainement compliquer l’implantation de pois et de féverole de printemps . Dans ce contexte, Terres Inovia rappelle les points clés pour réussir au mieux cette nouvelle campagne.
L’implantation est un levier majeur pour définir la densité du futur peuplement, première composante de rendement de la culture. Avec un contexte  météorologique qui va compliquer les interventions en sortie d’hiver (pluies abondantes, sols engorgés), il est important de rappeler quelques points clés pour bien raisonner son implantation et mettre toutes les chances de son côté pour cette nouvelle campagne 2018.

Semer dès que possible dans des conditions ressuyées
Comme l’a démontré de nouveau l’année 2017, les semis précoces ont moins subi le stress hydrique lors de la floraison donnant de meilleurs rendements. Avec des aléas du climat plus fréquents, il est important de semer dès le début de la période de semis propre à sa région dans la mesure du possible (voir. cartes). Attention à attendre que les sols soient bien ressuyés avant toute intervention.

Considérer les caractéristiques de ses parcelles
Les tassements du sol : Les protéagineux sont sensibles aux tassements en surface qui empêchent la mise en place des nodosités, mais aussi aux tassements en profondeur freinant l’élaboration du futur système racinaire. Veiller à une bonne aération du sol sur les 10-15 premiers centimètres.

La réserve utile (RU) : Le manque de régularité des rendements des protéagineux est dû pour partie au stress hydrique à floraison de plus en plus fréquent. Afin de limiter le risque, favoriser les parcelles à bonne RU.

Les reliquats azotés : Attention aux parcelles à fort reliquat d’azote. Un excès d’azote nuit à la formation des nodosités pénalisant la culture par la suite.

Adapter sa densité de semis
La densité de semis de la féverole se décide en fonction du type de sol. Idem pour le pois, mais cela dépend aussi du PMG de la semence (cf. tableaux). Pour les semences de ferme ou les lots bruchés, il est conseillé d’effectuer un test germinatif pour adapter au mieux sa densité de semis (voir encadré).

Connaître les bioagresseurs inféodés à ses parcelles
- Aphanomyces : champignon du sol qui s’attaque aux racines de nombreuses légumineuses tel que le pois, impactant fortement le rendement. Il n’existe aucun moyen de lutte chimique. A noter que la féverole est résistante à l’aphanomyces. En cas de doute, il est possible de réaliser un test de détection de l’inoculum. Plus d’infos sur la maladie et sur le test sur www.terresinovia.fr

- Pour les cas de nématodes de la féverole, il faut respecter un délai de retour dans la parcelle concernée de 6 ans et utiliser des semences certifiées pour éviter de nouvelles contaminations.




B. Remurier – M.Geloen
Terres Inovia
votre publicité
photo article

Made in Viande - Découvrir, se parler, partager…

[En ligne le 24-05-2018]

photo article

Avenir-Formation… Agri-Actes - Des parcours dans le bon sens…

[En ligne le 17-05-2018]

photo article

Assemblée générale - L’association Salers de Bourgogne renouvelle son bureau

[En ligne le 03-05-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1477

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux