Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 01-02-2018]

Inondations

Qui l’eût cru ?

photo article
Plusieurs routes ont été coupées à la circulation.
photo article
Certaines exploitations ont eu «très chaud» avec la montée des eaux.
Châtillon-sur-Seine et ses alentours ont les pieds dans l’eau en ce début d’année.
Un coup de tempête et deux crues en trois semaines : le Châtillonnais accumule les aléas depuis le 1er janvier. «Il est tombé 160 mm depuis cette date» relevait la semaine dernière Victor Matrat, agriculteur à Prusly-sur-Ource qui avait 40 hectares sous l’eau le 25 janvier : «par chance, mes 13 hectares labourables sont destinés au maïs et ne sont donc pas semés. Beaucoup d’autres exploitants ont des parcelles inondées, nous redoutons le gel à l’issue de la décrue». Face à de tels évènements, le JA du canton de Châtillon/Laignes/Montigny ne peut s’empêcher d’aborder les circonstances aggravantes d’un tel déluge : «les surfaces bitumées des zones industrielles et commerciales n’aident sûrement pas à l’évacuation de l’eau. Aussi et surtout, je pense aux personnes qui vont devoir indemniser tous ces dégâts matériels : elles devraient, comme le fait la profession agricole, faire pression sur le gouvernement pour trouver des solutions. Une gestion intelligente de l’eau éviterait bien des problèmes. La constitution de bassins de rétention serait intéressante : nous pourrions les remplir l’hiver et les utiliser en été pour avoir de l’eau toute l’année. Mais les citoyens parisiens ne l’entendent sans doute pas de cette oreille, eux qui commandent cette politique de gestion de l’eau. Ils parlent de continuité écologique tout au long de l’année : lors des inondations, ils s’en fichent un peu. Autre chose : on ne parle pas des citernes à fioul noyées dans les caves inondées et qui se répandent dans la nature, ou encore moins des stations d’épuration submergées. Par chance, aucun apport d’azote n’est effectué : on aurait pu encore accuser les agriculteurs de polluer. D’ailleurs, pas grand monde ne parle des agriculteurs qui ont leurs parcelles inondées. La solution pour entretenir nos rivières et les utiliser à bon escient ne viendra sans doute pas de ces incompétents de bureaux».

Aurélien Genest

porte ouverte vanlay
photo article

Foire gastronomique - Vive l’agriculture !

[En ligne le 08-11-2018]

photo article

Reproducteurs charolais - Oh, les beaux animaux !

[En ligne le 05-11-2018]

photo article

FDSEA, JA - À la rencontre du préfet

[En ligne le 25-10-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1501

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux