Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 25-01-2018]

Station de Créancey

Bien vêler, c’est gagné !

photo article
Jean-Philippe Bizouard s’est déjà procuré quatre taureaux à Créancey. Ici, l’un des produits de son dernier achat. Cette année, treize veaux seront estampillés «Facilités de Vêlage» (critères : poids à la naissance inférieur ou égal à 50 kg (moyenne racia
photo article
La vente aux enchères du GIE Charolais Évaluation approche à grand pas. Rencontre avec un éleveur arnétois habitué de ce rendez-vous du début d’année.
J-15 pour la vente de Créancey. De nombreux éleveurs ont coché l’évènement depuis plusieurs semaines sur leur agenda. Jean-Philippe Bizouard en fait partie et fera le déplacement comme tous les ans au pôle agricole. Cet éleveur de 160 mères charolaises à l’EARL de Contaut sur la commune de Mimeure à côté d’Arnay-le-Duc n’achète pas tous les ans, mais se rend quoiqu’il arrive à Créancey pour «au moins» assister à ce rendez-vous incontournable de l’élevage côte-d’orien. «Cette journée marque un peu la sortie de l’hiver, c’est un plaisir de se retrouver entre éleveurs» confie l’Arnétois, qui travaille avec un salarié sur son exploitation, vendant ses broutards et femelles engraissées à Feder.

Une pleine satisfaction
Le Côte-d’orien de 44 ans a déjà acheté à quatre reprises à Créancey, à chaque fois des taureaux à génisses : «j’insémine un certain nombre de vaches. Pour le reste, je recherche des taureaux de ce type, qui amènent des facilités de naissance. Je suis pleinement satisfait des achats que j’ai déjà réalisés à la station. Il n’y a pas photo concernant les résultats. Dans plus de 80% des vêlages, je n’ai désormais plus du tout à intervenir. J’ai divisé le nombre d’interventions vétérinaires par trois». Le choix proposé à la station d’évaluation satisfait l’éleveur: «une dizaine d’animaux sont susceptibles de m’intéresser à chaque édition. Le protocole mis en place à la station est intéressant, tout comme la comparaison entre les veaux. Ce n’est pas possible de raisonner de la même façon en ferme. Plusieurs jours avant la vente, quand il me faut un reproducteur, j’utilise le site internet de la station pour faire un premier tri. Je regarde la parenté, les index comme l’Ifnais (traduit l’aptitude à produire des veaux qui naissent facilement grâce à un poids faible et/ou à une morphologie adaptée) et l’AVel (aptitude au vêlage). Toutes les informations sont bonnes à prendre. Les critères sur le papier prennent plus d’importance que l’apparence de la bête pour ce type de vente et ce type d’animal que je recherche. Avant la station, pour trouver un bon taureau, c’était un peu une chance sur deux. Pour l’instant, ça marche à chaque fois, je touche du bois !»

Qualité assurée
Lorsqu’il envisage de se procurer un reproducteur, Jean-Philippe Bizouard se fixe à chaque fois des limites de prix : «cela m’évite d’avoir de mauvaise surprise car les enchères montent parfois très vite. Mais quoiqu’il arrive, les taureaux de la station ne sont pas forcément plus chers qu’ailleurs, surtout quand on considère leurs performances qui peuvent très vite amortir l’investissement réalisé». L’éleveur arnétois n’a aucune idée du futur résultat de cette édition : «les broutards ne vont pas trop mal en ce moment mais pour les vaches c’est la cata... Alors je ne sais vraiment pas ce que cette édition peut donner. De toute façon, des taureaux, il en faudra toujours et là, il y a la qualité assurée. C’est une sécurité pour les acheteurs».

Aurélien Genest

journée Côte-d\\\\\\\\
photo article

Jeunes agriculteurs - L’heure de passer à l’action

[En ligne le 22-02-2018]

photo article

GIE Charolais Évaluation - À la pointe de la génétique

[En ligne le 15-02-2018]

photo article

Geda - La voie du collectif

[En ligne le 15-02-2018]

RECHERCHE

ÉDITION N°1464

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux