Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

YONNE

[Article mis en ligne le 07-12-2017]

110 Bourgogne

Un plan d’économies efficace

photo article
Gérard Delagneau, président de la coopérative 110 Bourgogne
photo article
Jean-Marc Krebs, Directeur général
photo article
De nombreux adhérents ont fait le déplacement à Hauterive, pour cette assemblée générale 2017
L’Assemblée générale de la coopérative, qui s’est tenue le 1er décembre dernier, a consacré une large part de ses travaux à la collecte 2016. Un millésime catastrophe tempéré toutefois par la mise en place dès la moisson, d’un plan d’économies drastique, avec à la clé, une réduction de ses frais de fonctionnement de 2,5 millions €
«La plus mauvaise moisson de l’après-guerre. Du jamais vu…», selon Gérard Delagneau, président de 110 Bourgogne. À l’heure des comptes, 173 000 tonnes ont manqué à l’appel, avec une collecte 2016 réduite de 36%, toutes filières confondues. Blé en recul de 44%, l’orge de printemps avec des volumes en retrait de 56%, voire 65% pour les variétés hivernales. Le tonnage d’orgettes augmentant de 140%, avec des calibrages à 55%, là où d’ordinaire, on atteignait 80%. Le colza restant la production la moins impactée, avec «seulement» 24% de baisse de volumes. La qualité aura été également fortement dégradée, avec notamment 30% des blés présentant un PS inférieur à 68 kg et l’obligation de travailler le grain trois fois plus que d’ordinaire, afin de ramener les lots aux normes de commercialisation de l’année et répondre aux attentes des clients.
Une campagne 2016 a oublier très vite dans sa dimension économique, mais à chaque chose, malheur est bon, comme l’a rappelé dans son intervention le directeur de la coopérative, Jean-Marc Krebs, revenant sur le plan d’économies mis en place par la coopérative dès le début de la moisson, afin de faire face. Un plan aux axes multiples, passant notamment par une optimisation du plan de moisson et de la logistique, ce qui a permis d’économiser 437 K€, «en s’adaptant en permanence à ce qu’on découvrait dans les silos», ainsi que par la mise en place d’un dispositif d’activité partielle des salariés, «au total plus de 20 000 heures d’activité partielle réalisées, en planifiant le travail d’une façon encore jamais atteinte et en poussant au maximum la polyvalence de chacun…». Avec à la clé une économie supplémentaire de 624 K€ et au final, une enveloppe globale de 2,5 millions € économisés sur les frais de fonctionnement de la coopérative, permettant le versement aux adhérents en juin dernier, d’une somme équivalente, sous forme de compléments de prix.

La préférence aux clients locaux
La baisse de collecte de l’ordre de 36% aura eu également des conséquences sur l’activité transport, avec un net recul des segments train et péniche, au profit du transport routier, souligne Jean-Marc Krebs : «dès le début de la campagne, nous avons donné la préférence aux clients locaux, avec au final 53% des transports réalisés par camions. Du fait de moins de volumes, notre flotte aura transporté 60 000 tonnes de plus et par voie de conséquence, 160 000 tonnes de moins par les transporteurs extérieurs…» Recul également du CA de l’activité appro, passé de 44 M€ à 33,7 M€, avec notamment une baisse de 38% des fertilisants : «principalement sur la fertilisation phosphopotassique, avec des impasses énormes et 80% des terres qui n’en ont pas vu. On constate également une baisse des achats de régulateurs et de certains fongicides…» En ce qui concerne les semences certifiées, 38 500 quintaux ont été produits, pour un CA en diminution de 7% : «la qualité moindre a engendré des surcoûts de triage car malgré les installations, il a fallu passer jusqu’à deux fois les lots sur les chaînes de triage  pour qu’ils répondent aux caractéristiques des semences certifiées établies par le GNIS. Une production confrontée également à la bactériose…» Il est tentant dans ces conditions de diminuer les investissements, mais la coopérative a fait le choix inverse, injectant notamment plus de 1,5 M€ dans la rénovation de cellules et la mise ne place de ventilation.
Si l’activité vigne et cave est en recul de 11%, conséquence d’une diminution de 40% des volumes de la vendange 2016 et d’un achat moindre de produits secs (cartons, bouteilles, bouchons…), l’activité de 110 Vigne est en progression de 6% et le secteur protection, de 31%, les épisodes pluvieux de 2016 ayant engendré une épidémie importante de mildiou et d’oïdium. Confrontée à l’évolution de comportement des consommateurs, l’activité jardinerie poursuit sa diversification, avec l’ouverture de trois espaces bio «La Vie Claire», au sein des enseignes Nati vert.
L’exercice a vu également le périmètre de l’union SeineYonne augmenter, du fait de la fusion des coopératives Cerepy et Capserval au sein de la nouvelle entité Ynovae. Avec une première mise en marché le 1er juillet dernier des récoltes conjuguées de 110 Bourgogne et d’Ynovae, pour répondre à trois objectifs : «optimiser la valorisation de la récolte de nos adhérents, être en phase avec nos clients locaux et ceux du Bassin parisien, qui concernent plus de 80% des exportations de la structure SeineYonne et enfin, développer les marchés différenciés à valeur ajoutée, pour en ramener dans les fermes…».

Dominique Bernerd

photo article

Ynovae - Première AG pour la nouvelle coopérative

[En ligne le 13-12-2017]

photo article

Technologie numérique - La révolution digitale est en marche

[En ligne le 07-12-2017]

photo article

Finale départementale du concours de jugement d’animaux - Une participation a minima

[En ligne le 07-12-2017]

RECHERCHE

ÉDITION N°1455

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux