Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 07-12-2017]

éducation

Une nouvelle plateforme d’orientation pour les lycéens

photo article
( Crédit photo : J.- C. Gutner ) Avec le nouveau système, les lycéens n’auront plus l’appréhension de dépendre d’un tirage au sort pour poursuivre leurs études universitaires.
Parce que les bacheliers sont toujours plus nombreux à vouloir entrer dans l’enseignement supérieur et que le système actuel est à bout de souffle, le gouvernement vient de rendre sa copie sur les nouveaux dispositifs.
De plus en plus d’étudiants accèdent à l’enseignement supérieur puisque les inscriptions ont été multipliées par 8 en 50 ans. En 2018, on estime que 28 000 bacheliers supplémentaires par rapport à 2017 poursuivront des études. Passé cette hausse due au baby-boom des années 2000, le nombre annuel de bacheliers entrant dans l’enseignement supérieur devrait se stabiliser à près de 510 000 jusqu’en 2022. Jusqu’à cette année, les filières en tension ont eu recours au tirage au sort pour choisir les élèves. Avec le nouveau Plan étudiants, cette pratique n’aura désormais plus cours et le système APB (Admission post-bac) tant critiqué est remanié.
Dorénavant, l’accent est mis sur l’accompagnement de l’orientation au lycée, selon un calendrier bien établi. Fin novembre-début décembre, les élèves de terminale vont s’informer sur leur orientation, notamment en ligne, lors de la première semaine de l’orientation. Début décembre, le conseil de classe du premier trimestre prendra connaissance des intentions d’orientation des élèves et émettra des conseils et recommandations d’orientation. Tout au long du deuxième trimestre, les élèves poursuivront leur travail de recherche et d’orientation : ils dialogueront avec leurs professeurs, ils assisteront à des journées portes ouvertes et participeront à la deuxième semaine de l’orientation. La plateforme qui permettra aux lycéens de formuler leur choix après le baccalauréat sera ouverte à partir du 15 janvier 2018, selon une nouvelle formule. Elle donnera aux élèves des informations sur les attendus, les taux de réussite, les débouchés et contenus, la capacité d’accueil des établissements. Elle permettra un accompagnement personnalisé et formulera des propositions personnalisées adaptées au profil du lycéen.

Contribution «vie étudiante»
Les lycéens auront la possibilité de faire moins de dix voeux, pour éviter l’orientation par défaut. Les voeux ne seront pas classés, chacun d’entre eux devra donc être souhaité et motivé. Les formations sélectives conserveront leur capacité à refuser un candidat. Les candidats sélectionnés se verront proposer une place qu’ils devront confirmer, ou seront placés en attente d’un désistement. Les formations non-sélectives n’auront pas la possibilité de refuser un bachelier si des places restent vacantes.

Si pour des raisons de capacités d’accueil, l’université ne peut admettre tous les candidats, la priorité sera donnée à ceux dont le parcours, la motivation et le projet sont les plus cohérents avec la formation souhaitée. En mars, les voeux seront clôturés sur cette plateforme d’affectation. Le conseil de classe du deuxième trimestre examinera les vœux des lycéens et le chef d’établissement émettra un avis pour chaque voeu. En mai, seront publiées les propositions sur la plateforme à la suite de l’analyse des dossiers. Les élèves pourront alors, dans un temps limité, répondre et accepter les propositions. À la mi-juin, la procédure sera interrompue le temps des épreuves du baccalauréat. Dès les résultats connus, s’ouvrira une procédure complémentaire. Des commissions rectorales d’accès au supérieur se réuniront chaque semaine pour proposer des affectations aux candidats qui n’ont obtenu aucun de leurs voeux. C’est en septembre qu’aura lieu la fin de l’affectation et de l’inscription pédagogique de tous les étudiants.
Il faut enfin savoir que la cotisation de sécurité sociale étudiante - de 217 euros pour l’année 2017/2018 - sera supprimée dès la rentrée 2018. Elle sera remplacée par une contribution unique «vie étudiante», dont le prix inclura notamment la santé, mais également les activités sportives et culturelles. À l’exception des boursiers qui en seront exonérés, les étudiants devront s’acquitter de cette cotisation auprès des Crous (Centres régionaux des œuvres universitaires et sociales).

Valérie Godement

photo article

Quinzaine de la transmission - Regards croisés sur l’Europe

[En ligne le 13-12-2017]

photo article

Session de la Chambre régionale d’agriculture BFC - Pac: le jeu dangereux de la commission européenne

[En ligne le 07-12-2017]

photo article

Formation Vivéa - Bien-être animal et changement climatique, deux enjeux de société majeurs pour Vivéa

[En ligne le 07-12-2017]

RECHERCHE

ÉDITION N°1455

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux