Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 30-11-2017]

Bâtiments

La lumière augmente la production laitière

photo article
Un éclairage artificiel en début et fin de journée permet d’accroître significativement la production de lait.
La source de lumière n’a plus comme seul intérêt de favoriser la vision dans un endroit obscur. Et si elle permettait aussi d’augmenter la production laitière ?
Les constructeurs de solutions d’éclairage en bâtiments d’élevage comme Agriest, Agrilight, Delaval ou encore Lely utilisent les nouveaux outils pour augmenter la production laitière. Il s’agit d’exploiter au mieux la photopériode. L’objectif est d’agir sur la sécrétion de mélatonine, plus communément appelée hormone du sommeil. En augmentant la durée du jour quotidienne à 16 heures, on diminue la sécrétion de cette hormone, ce qui fait croître l’appétit de l’animal et se traduit directement par une production de lait plus conséquente.
Les effets bénéfiques de la lumière agiraient également sur la reproduction et le délai entre les vêlages, avec une fertilité plus importante et des chaleurs plus actives. La photopériode fonctionne quelle que soit la source lumineuse, l’important étant d’obtenir une intensité minimale (150 à 200 lux), ainsi qu’une bonne répartition de la lumière. Seul Delaval, avec sa technologie à leds bleues, arrive à descendre à 125 lux, pour la même efficacité. À titre de comparaison, 80 lux correspondent à une lumière dite de travail, dédiée uniquement aux besoins de l’homme. De façon plus imagée, il s’agit du minimum de lumière pour pouvoir lire un journal. Par ailleurs, nombreux sont les spécialistes à proposer des lumières rouges, qui permettent le déplacement de l’homme dans les bâtiments sans déranger l’animal. L’objectif pour l’éleveur est d’éclairer la plus grande surface possible, avec le minimum de source lumineuse pour limiter le coût d’investissement. Pour cela, il faut concevoir un plan d’éclairage (établi par le fournisseur) qui prend en compte les dimensions du bâtiment (longueur, largeur, hauteur au faîtage et à la sablière, ainsi que la présence de logettes) et détermine en fonction des résultats le nombre de lampes, ainsi que leur hauteur. Les propos des constructeurs sont nuancés par ceux des instituts. Jean-Yves Blanchin, de l’Institut de l’élevage rappelle que «l’éclairage doit aussi permettre aux animaux de circuler librement. Les bovins sont très sensibles aux écarts importants de luminosité. Il faut par conséquent éviter le suréclairage et les zones trop sombres, en particulier avec une traite robotisée pour ne pas pénaliser la fréquentation du robot».
Jacques Charlery, animateur du comité bâtiment du GIE élevages Bretagne va plus loin en expliquant que «l’installation de lumière dans une stabulation est avant tout une question de confort de travail et de sécurité pour l’éleveur. Le retour sur investissement lors de l’installation d’un système programmable pour produire plus de lait par vache n’est pas évident. Il faut d’abord être performant dans tous les autres domaines avant d’envisager cette solution».

Gaëtan Coisel

photo article

Quinzaine de la transmission - Regards croisés sur l’Europe

[En ligne le 13-12-2017]

photo article

Session de la Chambre régionale d’agriculture BFC - Pac: le jeu dangereux de la commission européenne

[En ligne le 07-12-2017]

photo article

éducation - Une nouvelle plateforme d’orientation pour les lycéens

[En ligne le 07-12-2017]

RECHERCHE

ÉDITION N°1455

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux