Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 23-11-2017]

Brexit

Des conséquences importantes sur le secteur agricole

photo article
Le 12 novembre, Michel Barnier, négociateur de l’UE pour le Brexit (ici en 2014 lorsqu’il était commissaire en charge du marché intérieur) accordait un entretien dans lequel il disait que sur le Brexit, «on se prépare à une absence d’accord».
La sortie du Royaume-Uni de l’UE en 2019 aura des conséquences sur le budget de la Pac, mais surtout sur les échanges agroalimentaires.
La sortie du Royaume-Uni ne sera pas anodine pour le secteur agroalimentaire européen et la Pac. Telle est la conclusion des trois études commandées par la commission de l’agriculture du Parlement européen qui s’est penchée sur ce sujet le 9 novembre. Les trois études portaient sur les aspects budgétaires, commerciaux et institutionnels.

Risque de chute de 62 % des échanges agroalimentaires
Si les conséquences budgétaires du Brexit sur la Pac sont encore incertaines compte tenu des nombreux scénarios envisageables, pour les échanges commerciaux, la perte est assurée.

L’étude menée par le Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII), basé à Paris, estime que les 47 milliards d’euros d’exportations agroalimentaires des Vingt-sept vers le Royaume-Uni seront sévèrement affectés par sa sortie de l’UE. Les barrières non tarifaires (étiquetage...) sont déjà aujourd’hui estimées à 18 % du prix des produits échangés. Elles pourraient bondir à 45 % en 2030. Et à cela s’ajouteraient environ 18 % de droits de douane si aucun accord de libre-échange n’est trouvé. Une situation qui pourrait conduire à une chute de 62 % des échanges agroalimentaires entre les deux partenaires.

Viande rouge, sucre et produits laitiers seraient perdants
Mais cette baisse serait différente selon les produits. Certains, notamment la viande rouge, le sucre et les produits laitiers, devraient reculer de 90 %, estime le CEPII. Et selon les États membres aussi les conséquences seront variables. Les principaux exportateurs de produits agricoles et agroalimentaires vers le Royaume-Uni sont l’Allemagne, la France, les Pays-Bas, l’Irlande, l’Espagne et l’Italie. Mais deux pays risquent de subir les impacts les plus négatifs : l’Irlande avec une chute de 71 % de ses exportations et les Pays-Bas (-66 %). Pour la France (-51 %) ou l’Espagne (-51 %), les conséquences semblent moins importantes. En termes de valeur ajoutée, c’est l’Irlande loin devant qui va connaître l’impact le plus négatif (-16,3 %) devant le Benelux (environ -2 %).

Mais le Brexit implique aussi une plus grande marge de manoeuvre pour les produits de l’UE-27 sur leur marché intérieur et vers les pays tiers du fait d’un gain de compétitivité.

Insuffisant néanmoins pour compenser les pertes de valeur ajoutée, à l’exception de quelques secteurs, qui pourraient y gagner: la viande bovine française et le blé espagnol.

Enfin, l’étude estime qu’aucune augmentation des prix à la consommation n’est à prévoir dans l’UE sauf, une fois encore, en Irlande où ils pourraient augmenter de 5,4 %.

Agra

photo article

Quinzaine de la transmission - Regards croisés sur l’Europe

[En ligne le 13-12-2017]

photo article

Session de la Chambre régionale d’agriculture BFC - Pac: le jeu dangereux de la commission européenne

[En ligne le 07-12-2017]

photo article

éducation - Une nouvelle plateforme d’orientation pour les lycéens

[En ligne le 07-12-2017]

RECHERCHE

ÉDITION N°1455

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux