Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

YONNE

[Article mis en ligne le 05-10-2017]

Agroécologie

Lancement du projet icaunais 2018

photo article
Etaient présents de nombreux acteurs en lien avec le développement de l’agroécologie dans le département.
Un 3ème comité de pilotage de l’agroécologie dans le département, s’est tenu le 22 septembre dernier, en présence de nombreux acteurs en lien avec son développement. Au programme notamment : un point sur les actions en cours et les projets 2018, un focus sur les GIEE existants, ainsi qu’une présentation du dispositif «Groupes 30 000».
C’est par un rappel des actions réalisées en 2016 et leurs suites, qu’a débuté ce 3ème COPIL, porté conjointement par la Chambre d’agriculture, l’EPL des Terres de l’Yonne et la DDT 89. De nombreux acteurs de l’agroécologie départementale étaient présents pour alimenter les débats tout au long de la matinée, qui a débuté par un rappel des actions réalisées depuis 2016.
Quatre journées terrain avaient alors été retenues, réunissant au total plus de 350 participants, pour moitié, hors scolaire : deux rallyes cultures organisés les 9 et 13 juin, à Noyers puis à Brion, sur le thème «Que faire à la place du colza ?» ; une journée en septembre à Vermenton, sur le travail du sol et le désherbage mécanique en agriculture biologique ; une journée en Puisaye, le 28 septembre, autour de la «Complémentarité grandes cultures/élevage», suivie le 15 novembre à La Brosse, d’une étape de la «Route du RMT», autour des résultats de l’essai système de culture innovant mis en place par l’exploitation du lycée. Dans l’attente de l’appel à projet 2018 de la DRAAF, s’est tenu par ailleurs en mai dernier à Auxerre un Forum des opportunités, pour des actions de diversification à mettre en place sur les exploitations.
35 GIEE à l’échelle  de la région
L’Yonne compte actuellement une dizaine de Groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE), dont deux labellisés en 2016 : l’association «Vison Bio en Vermentonnais», visant à développer la rentabilité des exploitations en AB sur les plateaux superficiels à faible potentiel, dans un contexte de risque de diminution des prix suite à l’augmentation importante des surfaces en AB, ainsi que le Syndicat d’élevage «Au pays des prairies séculaires», dont l’objectif est de réussir à bien vivre d’un élevage produisant de la génétique charolaise, tout en valorisant ses prairies naturelles. Au total, 35 GIEE ont été enregistrés à l’échelle de la région BFC (17 en élevage, 18 en grandes cultures, 4 en agriculture biologique).
Une nouvelle opportunité s’offre cette année, avec la création des «Groupes 30 000», qui ont pour objectif de rassembler 30 000 agriculteurs sur le territoire, engagés dans une démarche de réduction des produits phytos. Un label qui se différencie des GIEE, par le fait, pour tout groupe constitué de trois à vingt exploitants avec une structure d’accompagnement, d’avoir accès à un financement portant sur du temps d’animation, du remplacement, des consommables, voire des matériels ne rentrant pas dans le cadre d’un plan PCAE. Un premier appel à projet a été lancé au printemps dernier, clos le 31 juillet et quatorze dossiers ont été déposés, dont deux dans l’Yonne et un à cheval sur plusieurs départements.
Trois journées et une vidéo au programme 2018
L’an passé, L’Agence de l’Eau Seine Normandie avait lancé un projet préfigurateur, auquel a répondu un collectif de Puisaye, «Noix et Noisettes de Bourgogne», que son président, Hugo Verdonck, a présenté lors de ce COPIL : «un projet né de la volonté de trouver d’autres alternatives. Je me suis intéressé à la production de noix et noisettes et après une première formation dans le Lot, en ai parlé au groupe technique dont je fais partie. Nous sommes aujourd’hui dix agriculteurs engagés dans la démarche, avec l’ambition de planter 20 ha de noyers, pour une production de noix bio, voire la construction d’une filière pour en assurer la transformation…» Les investissements sont lourds, de l’ordre de 8 000 €/ha pour la plantation et par delà l’aide financière de l’AESN, le collectif est en quête d’aides supplémentaires, comme le financement participatif ou un contrat de crédit carbone négocié avec des entreprises particulièrement polluantes.
Le programme départemental 2018 a été établi à l’issue de ce COPIL, à savoir : une vidéo sur plusieurs dynamiques collectives icaunaises (Projet Terr’Eaux, les GIEE Silex et Obelix, le projet Noix et Noisettes ainsi que le projet du GIEE Vanne et Othe ; trois journées Portes Ouvertes portant sur la construction de filières bio dans la Vallée de la Vanne, la réintroduction d’ovins sur les Plateaux de Bourgogne et un bilan de l’essai système de culture pluriannuel de la plateforme SeineYonne Artemis. Reste à faire valider ce programme lors du COPIL régionale qui se tiendra le 26 octobre prochain.

Dominique Bernerd

photo article

Ynovae - Première AG pour la nouvelle coopérative

[En ligne le 13-12-2017]

photo article

110 Bourgogne - Un plan d’économies efficace

[En ligne le 07-12-2017]

photo article

Technologie numérique - La révolution digitale est en marche

[En ligne le 07-12-2017]

RECHERCHE

ÉDITION N°1455

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux