Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 09-10-2017]

Point de vue

«Le prix, le prix, le prix !»

C’est pour obtenir des prix rémunérateurs, que nous avons laissé le travail d’un jour sur nos fermes. Pour rappeler aux États Généraux de l’Alimentation qu’ils n’oublient pas que le seul sujet qui compte est le prix, le prix, le prix.
Mais le prix, ce serait aussi le prix à payer si l’on n’en venait qu’à renoncer aux outils de travail que le progrès technique et la chimie ont mis à notre disposition. Ces interdictions qui se succèdent, et dont le Glyphosate n’est que le dernier avatar, auront des conséquences sur nos conditions de travail et nos coûts de production. Il est donc plus que jamais d’actualité de prendre en compte les coûts de production dans la rédaction des contrats commerciaux et donc dans la fixation des prix.
C’est pour obtenir des prix rémunérateurs, que nous avons laissé le travail d’un jour sur nos fermes. Pour rappeler aux États Généraux de l’Alimentation qu’ils n’oublient pas que le seul sujet qui compte est le prix, le prix, le prix.
Mais le prix, ce serait aussi le prix à payer si l’on n’en venait qu’à renoncer aux outils de travail que le progrès technique et la chimie ont mis à notre disposition. Ces interdictions qui se succèdent, et dont le Glyphosate n’est que le dernier avatar, auront des conséquences sur nos conditions de travail et nos coûts de production. Il est donc plus que jamais d’actualité de prendre en compte les coûts de production dans la rédaction des contrats commerciaux et donc dans la fixation des prix.
Le prix, c’est aussi d’ores et déjà le prix à payer pour honorer le paiement de aides promises. C’est le prélèvement scandaleux de 4,2% de nos aides du 1er pilier (DPB, ABA, PCO) pour financer le paiement de l’ICHN et les aides à l’agriculture Biologique en 2019 et 2020. C’est sans précédent, demander à une profession de se cotiser pour assurer le paiement de soutiens pour lequel un Président de la République s’était engagé par écrit. Ce n’est quand même pas rien la signature d’un président de la République  ! Ce choix politique percute violemment nos valeurs paysannes pour lesquelles la parole est la parole.
Le prix, ce sera le prix à payer de la signature du Ceta avec le Canada. Un pays qui utilise toujours plus de 46 molécules interdites en Europe. Ce sera la double peine pour les paysans français qui devront subir interdictions et importations  !
Alors avec ceux qui étaient là, nous avons fait le boulot, nous avons fait passer le message, nous avons expliqué, plaidé, revendiqué. Les semaines et les mois qui viennent diront si nous avons été compris et entendus.
Il est certain qu’il existe une proportionnalité entre notre mobilisation et les résultats. L’avenir sera ce que nous en aurons fait. Mais ceux qui sont venus mercredi à Nevers auront fait leur part.

Stéphane Aurousseau, président de la FDSEA 58

votre publicité
photo article

Découverte de la filière volaille - Une journée pour promouvoir la filière auprès des producteurs nivernais

[En ligne le 19-10-2017]

Emissions sur RCF Nièvre - L’agriculture sur les ondes

[En ligne le 16-10-2017]

photo article

Concours Agricole de Nevers - Une nouvelle édition au Marault

[En ligne le 16-10-2017]

RECHERCHE

ÉDITION N°1447

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux